emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'assurance, la banque et la finance

Et si vous deveniez…courtier en assurance ?

 | par Marjorie Corcier

Et si vous deveniez…courtier en assurance ?
Je mise sur la relation humaine, le réseautage. C’est pourquoi je ne me sens pas vraiment en concurrence avec des assureurs sur internet
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Derrière le métier de courtier se cachent des réalités bien différentes. On trouve des professionnels qui sont salariés de grandes sociétés de courtage nationales ou même internationales, mais aussi des courtiers indépendants. Autonome, parfois seul dans son agence, le courtier indépendant peut choisir ses clients ainsi que ses compagnies partenaires.

Rencontre avec Alexandre Millot, courtier en assurance à Marseille (Bouches-du-Rhône) spécialisé dans le conseil aux TPE et PME et qui place la relation avec ses clients au cœur de son métier.

Son credo ? Le réseau. Après avoir été agent général pour une grande compagnie d’assurance à Marseille durant deux ans, Alexandre Millot s’est lancé dans le métier de courtier à l’été 2018. Nouveau sur son marché, l’indépendant concentre ses efforts à tisser des liens avec des acteurs du monde économique marseillais pour se faire connaître. « J’ai noué des partenariats avec des apporteurs d’affaires comme des avocats, des notaires, des comptables », énumère l’intermédiaire en assurance. Un travail de fourmi qui commence à porter ses fruits.

« Mon cœur de cible ce sont des TPE et PME jusqu’à 50 personnes », confie Alexandre Millot, qui propose assurances multirisques professionnelles, industrielles, mutuelles collectives et autres contrats de flottes.

Trouver différentes compagnies partenaires

Contrairement à l’agent général, le courtier peut en effet proposer des contrats d’assurances chez différentes compagnies partenaires. « Je mets un point d’honneur à faire toujours au moins trois propositions au client », détaille le professionnel. Pour cela il a signé des protocoles de partenariat avec plusieurs compagnies avec lesquelles il s’engage sur un volume de contrats. En échange le courtier dispose d’un accès aux outils de tarification et d’assurances des compagnies.

Attention toutefois, les compagnies peuvent refuser ces partenariats si elles jugent que votre portefeuille de clients n’est pas assez conséquent.

Une fois le contrat signé, le coutier reste l’interlocuteur principal de son client. Et peut, le cas échéant, lui proposer d’autres solutions. « Quand une compagnie augmente ses prix chaque année et que le client souhaite partir, je me dois de lui faire d’autres propositions », poursuit Alexandre Millot.

Il tire sa rémunération d’une commission sur les primes d’assurance

Le courtier indépendant tire en effet sa rémunération d’une commission prélevée sur la prime d’assurance, le taux est en général de 15%. Dès lors, l’intérêt est de fidéliser au maximum le client. « Un contrat d’assurance se rentabilise sous trois ans : la première année n’est pas rentable car le courtier va consacrer beaucoup de temps à analyser les besoins, trouver l’offre la plus adéquate, remplir des questionnaires », explique le courtier.

C’est là que le conseil et la relation client prennent toute leur place. « Je mise sur la relation humaine, le réseautage. C’est pourquoi je ne me sens pas vraiment en concurrence avec des assureurs sur internet », analyse l’intermédiaire en assurance, qui met en avant son profil « commercial ».  Le professionnel est en effet arrivé dans le métier de l’assurance voici trois ans seulement à la faveur d’une opportunité proposée par le GAN. « La compagnie m’a formé quand je suis devenu agent général, j’ai eu beaucoup de chance », reconnait cet ancien commercial « dans le nucléaire ».

Aujourd’hui, Alexandre Millot espère continuer de développer son activité de courtier en assurance pour être en mesure de recruter un collaborateur à l’horizon 2020.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

SEEPH 2019 : TOUS DIFFERENTS, TOUS COMPETENTS !

SEEPH 2019 : TOUS DIFFERENTS, TOUS COMPETENTS !

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

592 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

AFI ESCA
INTEREUROPE AG EUROPEAN LAW SERVICE
KAPIA RGI
CIBLEXPERTS
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X