emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Faut-il se taire quand on ne sait rien ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Faut-il se taire quand on ne sait rien ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Henri Blaquière, dirigeant du cabinet Actiman, le manager ne doit pas laisser l'inquiétude dominer : " Il ne doit pas accentuer le malaise même si lui-même est un peu écoeuré. Face à ces rumeurs et bruits de couloir, il doit tenter de réduire l'écart entre ce que les gens imaginent et ce que la situation sera dans la réalité. " Même s'il a très peu d'information. " Il ne peut pas dire qu'il ne sait rien, car son statut de patron en prend un coup. Il doit faire patienter ses collaborateurs en leur donnant des éléments, par exemple la date prévue pour la réunion d'information des salariés ou quelques données techniques sur le projet ". Il faut qu'il se fixe des limites : " Il doit rassurer. Mais ses informations doivent être crédibles. Car s'il donne des éléments généraux, vides ou plats, cela va se retourner contre lui : ses collaborateurs le considéreront comme un "charlot". " D'autant que les tensions sont avivées : " Parmi les salariés, il y a souvent un phénomène de rapprochement, de partage de l'émotion. Mais aussi, des gens qui se replient sur eux-mêmes parce qu'ils se sentent menacés et d'autres qui voient dans cette situation des possibilités d'évolution et essaient de sortir du lot. "

Conclusion
 

" Ces réorganisations, ventes ou fusions, déclenchent des sentiments ambivalents : à la fois d'espoir et d'inquiétude, même si la seconde l'emporte lorsque le climat économique est un peu terne, reprend Henri Blaquière. Or l'idée que se font les salariés de la situation tient plus à la manière dont elle est gérée par le management qu'à la réorganisation proprement dite. Ce qui est peu acceptable aux yeux des équipes, c'est qu'on ne les tienne pas informés. "

Comment ça se passe chez Balaton

" Ah, vous voyez, Sylvain, finalement, on peut s'entendre... ". Installé à une table de restaurant en compagnie de trois de ses collaborateurs et du directeur commercial de Balaton, Robert Biroteau, le patron de l'Ile-de-France, avait retrouvé le sourire. Après des débuts difficiles, Sylvain Lambert et lui avaient fini par se comprendre. " Comme quoi, quelques jours sur le terrain, il n'y a rien de tel pour mieux connaître les gens... Et maintenant qu'on vous a donné tous nos petits secrets, peut-être que vous pourriez faire la même chose pour nous..

- A quel sujet ? " Robert Biroteau haussa les épaules : " Ben, celui qui nous occupe tous : ce que va devenir Balaton. Cet été, on avait lu dans la presse que c'était André Balaton, le neveu, qui reprenait la boîte. Après, on a entendu parler de l'arrivée d'investisseurs au capital... Et le dernier bruit qui court, ce serait un rachat par la Gordon Company, notre homologue aux Etats-Unis... On n'y retrouve pas nos petits, nous, dans ce bazar... "

Lambert prit un air embêté : " Ecoutez, je n'en sais pas plus que vous... Tout ça est extrêmement flou encore... "

Mais Biroteau insistait : " Vous faites partie du comité de direction, vous devez bien savoir quelques petites choses...

- Non, non, je vous assure, guère plus que ce que vous avez évoqué... "

A ce moment-là, le téléphone portable de Lambert sonna. Il s'excusa et quitta la table pour poursuivre sa conversation dans l'entrée du restaurant. Dès qu'il fut parti, Biroteau tempêta : " Je suis sûr qu'il en sait plus que ça... Ou, alors, c'est qu'il est complètement hors-jeu... "

L'un de ses collaborateurs enchaîna : " C'est pas ce qui se dit au siège...

- Oui, j'ai même entendu dire qu'il faisait plancher son équipe sur des scénarios de réorganisation du staff commercial... En particulier, il y en a un pour regrouper les agences en régions plus grandes que ce qui existe aujourd'hui... "

Biroteau soupira : " Ouais... Il est en train de préparer l'avenir, comme on dit... Et nous, on le découvrira le jour où tout sera bouclé... "

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X