emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Faut-il tempérer l'impatience des plus jeunes ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Faut-il tempérer l'impatience des plus jeunes ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Bruno de Courrèges, président du cabinet Sustainable, les jeunes ont une approche très égalitariste : " Ils sont habitués au système scolaire, très égalitaire où les critères de jugement sont les mêmes pour tous. Ils expriment donc une demande de clarté dans le contrat qu'ils passent avec l'entreprise. " Pour les anciennes générations, cette demande est incompréhensible : " Il y a un vrai différentiel. Les responsables des ressources humaines comprennent cette exigence, les managers de terrain beaucoup moins. Ils leur répondent donc qu'en vingt ans de carrière, on ne leur a jamais rien dit et que lorsqu'ils éprouvent le besoin d'une formation, ils en parlent et cela se met en place. "

Il faut expliquer aux jeunes que les règles du jeu ne sont pas claires du tout : " Dans l'entreprise, on ne peut pas afficher un critère unique sur lequel on jugerait tout le monde. C'est, au contraire, un lieu inégalitaire : il n'y a pas deux jobs ou deux patrons identiques. Le système repose sur des diagnostics très fins et individuels. " C'est l'occasion pour les managers de s'améliorer : " Cette demande va les obliger à clarifier leur système de valeurs en se demandant sur quels critères l'entreprise va juger les gens. En prenant un peu de temps pour définir ce système commun, l'équipe dirigeante en gagnera beaucoup lors des affectations de personnel. Cela peut déboucher sur un progrès considérable. "

Conclusion

" Rien ne prépare les générations montantes à affronter le système inégalitaire de l'entreprise, reprend Bruno de Courrèges. Les jeunes demandent un univers prédictible, sans aventure. Excessive et révélatrice d'une certaine immaturité, cette demande peut pourtant être une source de progrès pour l'entreprise. "

Comment ça se passe chez Balaton

" Euh, pour moi, ce sera une terrine en entrée... Et puis, un steak tartare...

- Avec frites ou salade, le tarare ?

- Frites. "

La serveuse s'éloigna. Installé dans un coin de la brasserie la plus proche de Balaton, Sylvain Lambert regarda Jean-Claude Weber, son alter ego du marketing, d'un air interrogatif :

" Eh, bien, quel appétit ! "

Weber soupira : " Après la matinée que j'ai eue, j'ai bien besoin de me requinquer !

- Qu'est-ce qui s'est passé encore ? Duchêne t'a retoqué ton prochain projet de pub ? Tu t'es encore battu avec la R & D ou les achats?

- C'est pas drôle... Non, j'ai eu une discussion hallucinante avec un petit jeune qui vient d'arriver dans mon service... Un ingénieur qui a fait un troisième cycle en marketing...

- Et ? "

La bouche pleine de pain, Weber grommela : " Monsieur se plaint... Ça fait deux mois qu'il est là... Et il rouspète parce que, au moment de son entretien d'embauche, on lui avait dit que, très vite, il aurait des formations... Il voulait savoir quand ça aurait lieu... Comme si j'en savais quelque chose, moi...

- Tu n'avais qu'à le renvoyer vers Brisson. Après tout, c'est la DRH qui s'engage dans ce genre de trucs au moment de l'embauche.

- Et s'il n'y avait que ça ! Il a un de ses copains d'école qui a été pris aux achats, il n'y a pas longtemps... Et il lui a dit que, dans deux ans, il passerait acheteur leader... Alors, le mien, il me demande s'il peut compter sur le même type de progression pour sa carrière... Il vient juste de commencer à travailler ! "

Lambert sourit de la véhémence de Weber : " Et comment tu t'en es sorti ?

- Mal justement... Je lui ai dit que cela faisait quinze ans que je bossais pour cette entreprise et que mon évolution s'était faite en fonction des opportunités, des créations de poste... Qu'ici, on ne fonctionne pas à l'ancienneté... Et que s'il a besoin d'une formation, qu'il la demande et on verrait... Et tu sais ce qu'il m'a répondu ? Qu'il espérait bien qu'à la fin de l'année, il pourrait aborder tous ces sujets lors de l'entretien d'évaluation... Et que d'ailleurs, il aimerait bien voir ma grille de critères... Comme si j'avais un truc de dix pages, avec tout bien détaillé ! " 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4799 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

BOREALIS
CIBLEXPERTS
IPLC EUROPE
EAU DU PONANT
USERCUBE
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X