emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Faut-il toujours tout dire franchement ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Faut-il toujours tout dire franchement ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Louis Bailly, consultant chez Sefop, la franchise peut faire des dégâts : " Il y a des cadres qui ont ce travers de dire ce qui leur passe par la tête. Parfois, leurs remarques sont justifiées, mais ils ne se demandent pas si la personne à laquelle ils adressent leurs réflexions est prête à les recevoir. Et si cela ne risque pas de l'enfermer davantage dans son problème, voire de la casser mentalement. "

Il faut, dans ce cas, réinstaurer le dialogue : " Si ces remarques se renouvellent, il faut solliciter son chef et lui dire ce que l'on accepte ou pas. Et même s'il répond que la personne est trop sensible et qu'il n'a pas voulu dire ça, je crois aux vertus du dialogue. "

La franchise peut aussi être la traduction d'une volonté de transparence : " C'est souvent le fait de jeunes cadres, qui arrivent sur un poste de management et qui pensent qu'en disant la vérité, ils feront progresser leur équipe. "

Mais il y a des risques : " Certains collaborateurs peuvent prendre ces remarques comme des critiques personnelles assez fortes. Par ailleurs, il faut être vigilant car la frontière entre les vies professionnelle et personnelle peut être vite franchie ".

Conclusion
 

" Sous prétexte de familiarité, certaines personnes s'autorisent à dire les choses comme elles les pensent, reprend Louis Bailly. Ce sont des réactions très primaires de gens qui n'ont pas intégré les conséquences de leurs propos et le fait que tout le monde n'a pas les mêmes références en fonction de sa culture ou de son éducation. Enfin, la transparence entre niveaux hiérarchiques différents n'est pas évidente car les collaborateurs n'oseront peut-être pas répondre à leur manager sur le même registre. Or, beaucoup de jeunes cadres qui se veulent ouverts au dialogue ne mesurent pas cet écart. "

 

Comment ça se passe chez Balaton

Salut Isabelle. Tu as le temps de déjeuner ? "

Isabelle Softelle, la directrice des systèmes d'information, leva les yeux vers la porte de son bureau. Dans l'embrasure, se tenait Bérangère, l'une des commerciales, les yeux rouges et le visage défait.

" Bien sûr. Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ? Allez, assieds-toi deux minutes... "

Bérangère secoua la tête :

" Non, non, je préfère qu'on sorte d'ici...

- D'accord, le temps de finir un mail et on y va."

Quelques minutes plus tard, alors qu'elles s'étaient installées dans un petit salon de thé à proximité de Balaton, Isabelle Softelle reposa sa question :

" Qu'est-ce qu'il se passe ?

- Oh, rien ! Un petit coup de ras-le-bol !

- Ne dis pas ça... Tu as l'air complètement déstabilisé... "

Finalement, Bérangère se décida :

" Oh, c'est Lambert, le roi des petites remarques pernicieuses... Ce matin, je suis arrivée un peu tard, et il m'a accueillie en me disant : " Encore un problème avec les enfants, ce matin ? "... Jamais il ne se permettrait de dire ce genre de choses à Arnaud ou à Xavier...

- Oh, mais il a sans doute dit ça comme ça... Sans arrières pensées... Il faut que tu apprennes à te blinder... "

Bérangère soupira :

" S'il n'y avait que ça... Mais il a continué toute la matinée : il m'a demandé où j'en étais d'un dossier... Je n'avais pas eu le temps de m'en occuper parce que j'avais donné un coup de main à Xavier pour un gros contrat et, le voilà qui me dit : " Xavier n'avait pas besoin d'aide... Arrêtez de faire votre bon samaritain "... Et moi qui croyais que l'esprit d'équipe, c'était plutôt une qualité ! "

Elle fit une pause, puis poursuivit :

" Et, là-dessus, alors que je n'étais déjà pas bien fringante, il y a Bertier qui débarque, qui me regarde de la tête aux pieds et qui me lance : " Ben, dis-donc Bérangère, il y a du relâchement dans ta tenue vestimentaire... J'aimais bien, moi quand tu mettais des talons hauts "...

- C'est pas vrai ! C'est le roi de la délicatesse, celui-là ! Ça ne fait aucun doute...

- Comme il a vu que j'étais un peu choquée, il en a rajouté une couche : " Ne le prend pas mal, c'est une remarque amicale ! On est dans la même équipe, on peut tout se dire... Ne sois pas coincée comme ça " ! "
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5487 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X