emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Femmes et sciences : la Fondation L’Oréal intervient dans les classes…et ça marche !

 | par Christine CATHIARD

Femmes et sciences : la Fondation L’Oréal intervient dans les classes…et ça marche !
L’objectif de ces interventions est de contrecarrer les stéréotypes associés aux métiers scientifiques et à la place des femmes en sciences
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

C’est le très sérieux Institut des politiques publiques qui relate cette expérience : en intervenant dès le plus jeune âge, on pourrait inverser  la tendance, celle qui pousse les garçons vers les études d’ingénieurs informaticiens, et les filles…ailleurs, mais surtout pas en filière scientifique.

En France, comme dans la plupart des pays développés, la sous-représentation des femmes dans les filières scientifiques est énorme. Et cette dernière constitue un frein important à l’égalité professionnelle. On voit nombre croissant d’ingénieurs informaticiens hommes par exemple, et un nombre de codeuses en baisse depuis 30 ans. Avec de nombreuses interrogations à la clé.

 Depuis 2014, le programme de sensibilisation For Girls in Science de la Fondation L’Oréal propose des interventions d’une heure qui sont dispensées en classe par des jeunes femmes ayant une formation scientifique (collaboratrices du groupe L’Oréal et jeunes chercheuses).

Contrecarrer les stéréotypes

L’objectif de ces interventions est de contrecarrer les stéréotypes associés aux métiers scientifiques et à la place des femmes en sciences, de manière à rendre les filières scientifiques plus attractives auprès des jeunes filles.

« En nous appuyant sur un protocole d’évaluation par assignation aléatoire impliquant près de 20 000 élèves scolarisés dans les classes de seconde et de terminale scientifique d’une centaine de lycées franciliens en 2015-2016, nous montrons que ces interventions ponctuelles entraînent une diminution significative des représentations stéréotypées des élèves sur les métiers scientifiques et sur les différences genrées d’aptitudes pour les sciences, aussi bien chez les filles que chez les garçons. » observe l’étude

Des effets significatifs post-bac par l’exposition au modèle

Ces interventions n’ont pas d’impact « détectable » sur les choix d’études des élèves de seconde et des garçons de terminale S, elles ont des effets significatifs sur l’orientation post-bac des filles de terminale S : « parmi ces dernières, la proportion s’orientant vers une classe préparatoire (CPGE) scientifique passe de 11 à 14,5 % (soit une augmentation de 30 %). L’un des enseignements de l’étude est que la capacité à influencer les choix d’orientation des jeunes filles ne dépend pas uniquement de l’efficacité des role models féminins à déconstruire les stéréotypes relatifs aux métiers scientifiques et à la place des femmes et des hommes en science, mais également du type d’identification déclenchée par l’exposition au modèle. »

Il faut intervenir dans les classes !

En conclusion, il est évident que l’intervention de femmes scientifiques dans les classes des lycées réduit de  beaucoup la prévalence des stéréotypes associés aux métiers scientifiques et à la place des femmes en sciences, tant chez les filles que chez les garçons.

L’étude note aussi que : « Le programme n’affecte pas significativement les choix d’orientation des élèves de seconde mais fait passer de 11 à 14,5 % la part des filles de terminale S qui s’orientent vers une classe préparatoire scientifique. Parmi les élèves les plus performants en mathématiques, le programme réduit d’un tiers l’écart filles-garçons dans l’accès aux CPGE scientifiques. L’impact du programme sur les choix d’études des élèves dépend étroitement du profil des role models qui ont conduit les interventions en classe. Un effet non anticipé du programme est qu’en mettant l’accent sur la sous-représentation des femmes dans les filières et les métiers scientifiques, les interventions ont renforcé chez les élèves le sentiment que les femmes sont discriminées en science, particulièrement chez les moins performants. »

Retrouvez l’étude complète de l’Institut des politiques publiques ici. 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

462 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X