emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution

Franchise : la force du réseau

 | par 

Franchise : la force du réseau
Le groupe m’a apporté un réseau, un encadrement, un savoir-faire sur des outils novateurs et avant-gardistes
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Actuellement gérant de quatre franchises "Keep Cool", salles de sport et de remise en forme, Alexandre Prochasson s’est orienté dans cette voie un peu par hasard. Nous lui avons demandé des conseils.

A l’origine, Alexandre Prochasson est titulaire d’un BTS en gestion marketing dans l’hôtellerie et la restauration. « J’ai fait toutes mes études dans ce secteur et j’avais une carrière toute tracée en région parisienne dans la restauration concédée », témoigne-t-il. Mais alors qu’il est encore en études, sa mère, gérante d’une salle de sport dans le Loiret, décide de reprendre le parc Aquatique et la salle de sport Oxygène du centre commercial de la Toison d’Or à Dijon.

« C’était une connaissance de ma mère qui était à la tête de la structure, se souvient Alexandre Prochasson. Il a été placé en redressement judiciaire et a fait appel à nous pour une reprise des actifs. » Pour créer une SARL, il faut être deux. Le père d’Alexandre Prochasson étant déjà engagé dans d’autres affaires, il ne pouvait pas en faire partie, « elle m’a alors demandé et j’ai dit oui pour donner un coup de main ». De 1999 à 2012, il se retrouve directeur-associé de la structure. « J’ai fait mes armes sur le terrain, explique-t-il. Au départ, j’étais chargé de la vente des billets d’entrée, et apportais les caisses à la banque. » Puis au fur et à mesure, il prend des responsabilités : gestion des ressources humaines, marketing, développement commercial, et gestion technique puis global du parc aquatique et de la salle de sport. Le binôme a donc remis la structure sur les rails, l’a développée jusqu’à multiplier le chiffre d’affaires de la salle de sport par cinq en douze ans.

« Mais c’était sans compter le projet d’agrandissement du centre commercial, indique Alexandre Prochasson. Au départ, l’activité du fitness devait être maintenue, elle était même indispensable dans leur cahier des charges, mais rapidement, nous n’avons plus intéressé les investisseurs. » En 2012, le parc Aquatique a été détruit tout comme la salle de sport. « Nous avons alors cherché des locaux sur Dijon pour continuer l’activité sportive. Nous avions trouvé un terrain pour construire un bâtiment, mais après plusieurs mois, le projet ne s’est pas fait. A ce moment-là, je ne voulais plus entendre parler de quoi que ce soit, surtout plus de fitness ni de salle de sport. »

La franchise vient à lui

C’est alors qu’un ami, vendeur de machines de sport, lui conseille de se renseigner sur la marque Keep Cool. « A l’origine, j’ai trouvé que cette enseigne ne correspondait pas à mon cadre de référence dans la délivrance du service d’un club de sport, reconnaît-il. Mais il m’a convaincu d’aller rencontrer le fondateur de Keep Cool à Aix-en-Provence. Lorsque j’ai vu la qualité proposée, le concept et le prix pour les adhérents, je me suis dit que cela pouvait être une belle opportunité de se relancer sur un segment de marché que je n’exploitais pas à l’époque. »

La franchise étant le modèle proposé par Keep Cool, Alexandre Prochasson a dû y adhérer alors qu’il n’y avait pas nécessairement pensé à l’origine. « Mais cela ne m’a pas dérangé, bien au contraire et j’ai beaucoup apprécié l’état d’esprit familiale du groupe », soutient-il.  De plus, l’une des grandes forces de Keep Cool est d’être le fabricant de nombreux aménagement de ses clubs de sport : cabines de douche, matériels pour le vestiaire, etc. « L’identité des clubs est donc plus forte et à l’époque, cela m’a séduit d’appartenir à un réseau qui se démarque des autres. »

Ouverture de quatre clubs

Avec son comparse vendeur de matériel de sport, il trouve un local à louer à Metz. « Avec mon épouse, nous déménageons à Metz  pour nous lancer dans l’aventure. Mais les problèmes avec notre banque historique ont commencé. » Malgré un accord initial verbal de le suivre dans son projet, elle fait finalement machine arrière. D’autres banques refusent également de le suivre dans l’aventure. « En parallèle, ma mère a vendu son club de sport dans le Loiret et de ce fait, avec cet apport et celui du dédommagement lié à la destruction du parc aquatique et de la salle de sport à Dijon, nous n’avons pas eu besoin de financement. » Après trois mois et demi de travaux, la premier club ouvre en août 2012. A cette période, une agence immobilière d’entreprise de Dijon, qui avait suivi l’aventure d’Alexandre Prochasson, lui propose un local à acheter. « On a décidé de se lancer, mais là aussi nous avons eu des problèmes avec la banque qui une fois de plus a fait machine arrière au dernier moment. Cette fois-ci nous avons pu trouver une solution avec un autre partenaire financier qui a cru en notre projet. »

Depuis, Alexandre Prochasson a ouvert un second club à Metz et un autre à Dijon également. Son frère assure la gérance opérationnelle des structures de Metz, son épouse, celle d’une structure de Dijon et une responsable s’occupe de la seconde salle bourguignonne.

L’encadrement utile

« Globalement je suis satisfait d’être franchisé. Certes, en rejoignant Keep Cool, j’avais déjà 13 ans d’expérience donc je n’ai pas forcement eu besoin d’un apport des fondamentaux du business concernant les méthodes de travail en tant que tel.  En revanche, le groupe m’a apporté un réseau, un encadrement, un savoir-faire sur des outils novateurs et avant-gardistes. Aujourd’hui, en faire partie me permet d’accéder notamment à des services de communication et de marketing très importants. Nous profitons de l’effet de groupe. Et ce qui me paraît fondamental, c’est d’avoir accès à toutes ces connexions avec les autres franchisés. Nous avons des réunions, nous parlons de nos difficultés et de nos bonnes pratiques. Cet échange d’expérience nous permet une veille concurrentielle plus pointue et d’apporter une meilleure réponse à notre marché en plein effervescence en conjuguant tout cela avec l’expertise des succursales. »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Compétences: le BIM se ménage une place dans le contrôle construction

Compétences: le BIM se ménage une place dans le contrôle construction

Dynamisme de l'emploi dans les travaux publics

Dynamisme de l'emploi dans les travaux publics

Les jeunes ingénieurs ont toujours la cote en 2019

Les jeunes ingénieurs ont toujours la cote en 2019

2019, un marché de candidats

2019, un marché de candidats

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2779 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X