emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

General Motors forme ses ouvriers dans un atelier simulé

 | par arnaud dumas

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Pour éviter les problèmes de qualité au lancement de l'Opel Insignia, General Motors a créé un simulateur de production. Une ligne d'assemblage grandeur nature dans laquelle les opérateurs viennent se former.

C'est bien connu, l'arrivée d'un nouveau modèle sur une ligne d'assemblage donne des sueurs froides aux responsables qualité des constructeurs automobiles. Le temps que les opérateurs s'habituent à la fabrication du véhicule, en se formant en bord de ligne, il n'est pas rare que les défauts se multiplient sur les premières séries.

Pourtant, l'entrée en production, début septembre, de l'Insignia, la nouvelle berline d'Opel, n'a pas suscité autant de craintes. La raison ? Les ouvriers du site de Rüsselsheim (Allemagne) se sont déjà frottés à sa fabrication, bien avant son arrivée dans les ateliers. Plutôt que d'accepter sans rechigner ces erreurs d'ajustement, General Motors a en effet mis au point un outil de formation destiné à y remédier.

Partant du principe que rien ne vaut l'entraînement, un « environnement de travail simulé » (ou SWE, pour Simulated Workshop Environment) a vu le jour. Créé aux Etats-Unis, il a été lancé pour la première fois en Europe à Rüsselsheim en 2005, pour la formation continue des opérateurs.

 

objectif zéro défaut

Cette fois, il va aussi servir au lancement d'un modèle. « C'est le premier endroit où les ouvriers sont entrés en contact avec la nouvelle voiture », explique Jörg Schäfer, le responsable de la formation de l'usine de Rüsselsheim. Il s'agit en fait d'un atelier « pour de faux » dans lequel les opérateurs apprennent à perfectionner leurs mouvements afin d'atteindre l'objectif du zéro défaut. Une salle de formation en dehors des ateliers de production accueille des groupes d'une quinzaine de stagiaires. Après une partie théorique pendant laquelle ils découvrent les spécificités du nouveau modèle, les opérateurs passent à la partie pratique. Une réplique de chaîne de production permet de simuler la cadence. Chaque stagiaire se voit assigner une opération de montage sur une maquette grandeur nature - mais en bois - de véhicule et doit remplir ses objectifs en termes de qualité d'assemblage et de sécurité. Un débriefing avec les formateurs - tous d'anciens team leaders chevronnés - permet ensuite d'améliorer les points négatifs.

En tout, pour l'Insignia, le constructeur a prévu 280 000 heures de formation pour le personnel de l'usine. Le concept du SWE a en effet déjà fait ses preuves. L'objectif de l'atelier de simulation est d'assurer une meilleure application des principes de production de General Motors (qualité, standardisation des procédés, implication du personnel, amélioration continue). Entre 2002 et 2007, le taux de connaissance de ces principes par les opérateurs de l'usine a grimpé de 60 à 91 %. « Passer de 60 à 80 % était facile, ce sont en fait les derniers pourcentages qui sont les plus difficiles à gagner, se rappelle Jorg Schäfer. Le Simulated Workshop Environment était un outil pour les atteindre ». .

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

468 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X