emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Gérer sa carrière : "Je suis une femme et je veux réussir ma carrière"

 | par Isabelle Germain

Gérer sa carrière : Je suis une femme et je veux réussir ma carrière
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les conseils de Corinne Devery, consultante en développement professionnel et personnel

Alors que l'égalité professionnelle entre hommes et femmes existe dans la loi, les femmes restent en bas de la hiérarchie des entreprises. Pour les aider à combattre cette fatalité, des consultantes en management britanniques ont créé le programme Springboard, développé dans 15 pays et introduit en France sous le nom de " Tremplin pour les femmes ".

Voir clair dans ses désirs
Le premier obstacle à la carrière au féminin est d'ordre existentiel. Pour un homme, la réussite professionnelle signifie la réussite tout court. Elle est quasiment vitale. Pour les femmes, c'est plus compliqué. La société leur fait injonction de réussir aussi leur vie familiale. Même si cette différence commence à s'estomper, elle pèse encore très lourd. Les mythes ont la peau dure ! Les femmes sont confrontées à un choix. Elles doivent d'abord faire le tri entre leurs désirs : ceux qui proviennent de pressions sociales et ceux qui leurs sont propres.

Compétence et visibilité.
Le monde du travail ayant été fait par les hommes, pour les hommes, les femmes ont parfois le sentiment de ne pas y être à leur place. Leur inconscient leur dit qu'elles ne sont pas légitimes. Du coup, elles se focalisent sur leur compétence pour être acceptées. Or des enquêtes montrent que les facteurs qui influencent une décision pour recommander une personne à un poste sont : la compétence pour 10 %, l'image pour 30 % et la visibilité pour 60 %. On sait bien, par exemple que les femmes ne s'investissent pas beaucoup dans les réseaux d'anciens élèves, ou parmi les groupes de collègues allant boire un verre après le travail. C'est pourtant indispensable pour la visibilité.

Légitimité et estime de soi
Parce qu'elles ont ce sentiment diffus d'être illégitimes, les femmes se veulent irréprochables. Elles recherchent la perfection, qui n'existe pas, et ont donc le sentiment de ne pas être à la hauteur. Elles ont toujours tendance à voir ce qui ne va pas chez elles. C'est très frappant dans les formations à la prise de parole notamment : sur les vidéos, les femmes ne voient que leurs défauts alors que les hommes portent un regard plus positif sur leur prestation. Elles doivent apprendre à concentrer leur attention sur leurs forces et mettre de côté leurs complexes.

Apprendre à tenter sa chance
Une étude montre qu'un homme qui a 50 % des compétences requises pour un poste tente sa chance alors qu'une femme qui a 75 % des compétences requises se dit : " Non, ce n'est pas pour moi. " Si une femme veut un nouveau poste, il ne faut pas qu'elle se demande si elle le mérite mais comment elle va pouvoir le décrocher. Pour avancer, les femmes doivent prendre le temps de décider où elles ont envie d'aller, comment elles vont y aller et qui elles doivent influencer pour y parvenir. Elles doivent accepter le risque d'échouer. Et considérer l'échec comme un apprentissage pour la prochaine fois. 
 

Son expérience

1. Difficulté d'affirmation
Une femme, adjointe d'un directeur, se plaint d'être en retrait. C'est un cas fréquent. " Je fais tout et c'est lui qui brille en accaparant mon travail ", dit-elle en aparté. La plupart du temps, les femmes se taisent de peur que le chef dise quelque chose comme : " Je m'en fiche, tu fais juste ton boulot. " Mais aussi parce qu'elles ne se sentent pas assez parfaites pour oser revendiquer.

Parler pour se sentir mieux
" Dans ce cas, la femme doit dire à son chef ce qu'elle ressent. Elle doit lui parler de façon très formelle. En général, le chef change d'attitude. Mais, même s'il ne le fait pas, c'est très positif pour l'image que la femme aura d'elle-même ; cette attitude renforce l'estime de soi. "

2 - Recherche de visibilité
" Une femme a persuadé sa société de participer à une association assurant la promotion d'une communauté d'entreprises auprès des pouvoirs publics. C'est elle qui représente son entreprise dans cette association. Elle se montre très active et rencontre beaucoup de monde. "

Oser postuler
" Elle entend parler d'un recrutement dans une entreprise de la communauté. Sur le papier, elle n'a pas toutes les compétences requises, mais elle présente quand même sa candidature. Elle est connue de ceux qui recrutent, qui lui proposent le poste. Du coup, son employeur lui fait une contre-proposition en lui offrant plus de responsabilités, alors que, jusque-là, elle n'avait jamais osé postuler pour ce type de promotion. "


 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5045 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X