emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution

Gérer son propre magasin sans en être propriétaire

 | par 

Gérer son propre magasin sans en être propriétaire
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le statut de mandataire non-salarié dans la grande distribution, permet de diriger un magasin avec un investissement de départ minime.

« Les gérants-mandataires ont des profils très divers. Ce sont souvent des couples ou des personnes vivant maritalement qui s’orientent vers ce statut. Il s’agit de gens qui ont envie de faire du commerce car ils aiment le contact, les relations humaines, mais ils n’ont pas les moyens d’ouvrir leur propre magasin », rapporte Christian Gué, président de la commission sociale des gérants mandataires non salariés au sein de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Les mandataires sont souvent constitués en binôme (fratrie, amis…). Il est possible de prendre seul la gestion d’un commerce, mais la charge est lourde. Les sociétés-mères qui offrent ce type de statut proposent aux aspirants mandataires une boutique, sans demander d’apport financier personnel.

 

Un accompagnement constant


Pour devenir gérant-mandataire, il faut envoyer sa candidature à la maison-mère de l’entreprise. Les représentants reçoivent les futurs commerçants afin de connaître leur motivation et s’assurer de l’adéquation entre leur demande et la réalité du métier. Avant d’être sélectionné, le binôme bénéficie d’une période de découverte auprès de gérants en exercice. « Ce stage de découverte fait partie du processus de recrutement », indique Christian Gué. Une fois recrutés, les co-gérants se voient proposer un magasin avec de la marchandise et sont formés pendant deux à trois semaines par une équipe de la maison-mère. Ils sont ensuite accompagnés régulièrement par l’équipe commerciale régionale du groupe, surtout durant les premiers mois.

 

Une semi indépendance


L’objectif du gérant-mandataire est de vendre pour le compte de l’entreprise. Il ne perçoit pas de salaire mais une commission sur le chiffre d’affaires. Un minimum garanti est prévu par l’accord collectif, qui se monte à 2400 euros brut pour un tandem. Il peut bénéficier également d’un logement, ou d’une indemnité pour se loger. « Pour la commission, l’accord collectif prévoit 5.8 % du chiffre d’affaires auxquels s’ajoutent 0.35 % de bonification annuelle, fait savoir Christian Gué. Cela ne peut pas être en-dessous. » Le gérant-mandataire bénéficie des mêmes droits à la protection sociale que les salariés. Le détail de leurs cotisations est précisé sur le bulletin de commission. Mais il gère le quotidien du magasin comme un indépendant. Il est libre de définir les horaires d’ouverture, ainsi que les services qu’il souhaite rendre à ses clients pour les fidéliser et développer son chiffre d’affaires. C’est lui qui gère les commandes et embauche du personnel si cela est nécessaire.

 

Une carrière durable


« Les gérants-mandataires travaillent généralement dans des commerces de petite taille. Il s’agit de magasins de quartier, ils doivent donc vraiment avoir envie de s’investir dans la vie locale. Ils deviennent le visage du quartier, ce qui nécessite de la passion et des échanges avec les clients. C’est un métier de service », indique encore Christian Gué. Souvent, les personnes qui souhaitent se lancer dans cette aventure ont déjà occupé d’autres emplois. « Les mandataires ont généralement entre 35 et 40 ans, et souhaitent une autre expérience professionnelle et familiale », précise Christian Gué. Une nouvelle aventure à laquelle certains prennent goût. « Etre gérant-mandataire peut être considéré comme une formation au métier du commerce, c’est mettre un pied à l’étrier pour avancer et devenir par la suite complètement indépendant. Mais certains font toute leur carrière en tant que gérant-mandataire », précise ainsi Christian Gué.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ancien chef pâtissier, il devient courtier en immobilier !

Ancien chef pâtissier, il devient courtier en immobilier !

Transformation numérique : essentielle pour être recruté aujourd’hui

Transformation numérique : essentielle pour être recruté aujourd’hui

Loi Elan : un impact sur les recrutements des bailleurs sociaux

Loi Elan : un impact sur les recrutements des bailleurs sociaux

« Vous aimez trouver des solutions techniques ? Devenez ingénieur génie civil ! »

« Vous aimez trouver des solutions techniques ? Devenez ingénieur génie civil ! »

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1587 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X