emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Handicap : des recrutements encore difficiles

 | par Laure Martin

Handicap : des recrutements encore difficiles
Le recrutement de personnes en situation de handicap est juge? difficile
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le Club Etre, réseau d’entreprises engagées pour l’inclusion du handicap en entreprise, a publié en mai le baromètre Handicap, Emploi et Prévention en entreprise. L’étude offre un éclairage concret sur la façon dont l’entreprise aborde au quotidien l’inclusion et la prévention du handicap.

 

« Ce baromètre donne pour la première fois la parole a? celles et ceux qui font vivre les politiques d’inclusion au sein de leur entreprise (charge? de mission handicap, DRH, manager...), a expliqué Emmanuel Perret, directeur du Club Etre. En s’appuyant sur leur ressenti et leur analyse, cette enquête fait émerger très clairement les freins a? lever et les leviers à développer. »

Recrutements jugés "difficiles"

Premier enseignement de cette étude : le recrutement de personnes en situation de handicap est juge? difficile voire très difficile par près de 70 % des décideurs, quelle que soit la taille de leur entreprise. Deux freins principaux expliquent ces difficultés : le manque de candidats disposant des compétences attendues (83 %) et le manque de moyens humains en interne pour mettre en place la politique handicap (71 %).

Par ailleurs, pour seulement un responsable sur deux, la formation, l’accompagnement des collaborateurs ou encore la prévention sont jugés « faciles » a? mener. Ces avis mitigés témoignent d’une situation très inégale d’une entreprise a? l’autre, en raison du manque de moyens alloués a? la gestion de ces enjeux.

Temps consacré aux questions de handicap

80 % des décideurs interrogés consacrent moins de 5 % de leur temps aux questions du handicap et à l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Ils sont seulement 5% a? être en mesure d’y consacrer plus de 20% de leur temps. La situation s’avère tre?s différente au sein des entreprises de plus de 250 salariés, ou? 38 % des sondés allouent plus de 20 % de leur temps a? la question du handicap, et 33 % sont tout autant disponibles pour l’accompagnement de leurs collaborateurs.

Priorité handicap ?

Les entreprises sont quasi unanimes (97 %), pour reconnaître l’importance de la mise en œuvre d’une politique handicap. Mais ce chiffre doit être tempéré : 57 % des sondés estiment que d’autres priorités prennent le pas sur la mise en place d’actions en faveur de l’inclusion et de la prévention handicap. Mais 40 % des entreprises estiment au contraire qu’une politique handicap est prioritaire et que leur entreprise doit agir concrètement, un taux qui atteint même 50 % pour les décideurs d’entreprises de plus de 250 salariés.

Les leviers

Invités a? s’exprimer sur les leviers qui permettraient selon eux de favoriser la mise en place ou la conduite plus dynamique d’une politique handicap au sein de leur entreprise, les décideurs « réclament » tout d’abord un meilleur dialogue avec les autorités institutionnelles comme l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH), la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Cette amélioration des échanges est envisagée comme importante pour 84 % des sondés et même indispensable par 41 % d’entre eux.

La simplification des démarches et l’assouplissement du cadre légal(1) sont aussi tre?s majoritairement évoqués et 74 % des personnes interrogées sont en attente de solutions d’aides « clé? en main » ou d’idées de mesures concrètes a? appliquer au quotidien.

 

(1) La loi Handicap de 2005, qui maintient l’obligation d’emploi des 6 % de collaborateurs en situation de handicap pour les entreprises de plus de 20 salariés, prévoit des sanctions plus strictes pour celles qui dérogent a? cette obligation a? travers, notamment, l’augmentation de la contribution a? l’AGEFIPH.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Intérim : Alphyr devient MisterTemp’ group

Intérim : Alphyr devient MisterTemp’ group

45 000 postes à pourvoir au salon Top Recrutement!

45 000 postes à pourvoir au salon Top Recrutement!

Recrutement digital : parler de ses échecs ?

Recrutement digital : parler de ses échecs ?

7 questions à poser à un développeur en entretien

7 questions à poser à un développeur en entretien

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5148 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X