emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Coronavirus : le ministère annule 750 millions d'euros de charges pour l'hôtellerie

 | par Nathalie Perrier

Coronavirus : le ministère annule 750 millions d'euros de charges pour l'hôtellerie
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’hôtellerie-restauration est un des secteurs les plus touchés par la crise économique consécutive à l’épidémie de coronavirus. Mercredi 15 avril, le gouvernement a promis l’annulation d’une partie des charges fiscales et sociales.

L’hôtellerie-restauration est à l’arrêt. Et ce n’est pas prêt de repartir. Frappée de plein fouet par la pandémie de Covid-19, l'hôtellerie ne devrait pas retrouver son niveau d'activité de 2019 avant 2022, selon le groupe d'études statistiques STR et le cabinet spécialisé In Extenso. Le secteur est touché par l’activité touristique mais aussi économique, les entreprises ayant annulé leurs séminaires, congrès, voyages et autres rassemblements.

 

Pour ne rien arranger, la crise actuelle intervient dans une mauvaise passe : 2019 a été une année difficile à cause du mouvement des  « gilets jaunes » et des grèves de fin d'année contre la réforme des retraites.

 

Pour venir en aide à ce secteur phare de l’économie française, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé le 15 avril sur Europe 1 que le ministère travaillait à annuler jusqu'à 750 millions d'euros de charges fiscales et sociales pour les entreprises des secteurs de l'hôtellerie, de la restauration, des arts et spectacles.

 

L'hôtellerie en appelle aussi aux assureurs


Marc Sanchez, secrétaire général du SDI (syndicat des indépendants) a immédiatement réagi: « Nous nous félicitons d'avoir été entendus et remercions le gouvernement d'avoir pris au sérieux la proposition du SDI visant l'annulation de l'ensemble des charges des cafés et restaurants. Un dispositif simple, compréhensible et efficace que nous demandions depuis longtemps ». Pour autant, le syndicat entend rester vigilant et « attentifs aux conditions réelles de mise en place de ce dispositif qui restent à confirmer ».

 

Les hôteliers et restaurateurs attendent également un geste de la part des assureurs. « Par ailleurs, poursuit Marc Sanchez, pour aller encore plus loin dans l'aide aux petites entreprises et à la suite de l'appel lancé par le Président Macron lundi soir, les compagnies d'assurance ont proposé d'augmenter leur contribution au Fonds national de solidarité en faveur des petites entreprises et des indépendants en passant de 200 à 400 millions d'euros. Une avancée, certes, mais un montant qui doit être encore revu à la hausse pour couvrir l'ensemble des TPE et ne pas en condamner ou isoler certaines. »

 

>> A lire aussi

_ Les hôtels du groupe Accor accueilleront des patients asymptomatiques

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

322 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X