emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Intelligence artificielle : « La machine est au service de l’humain »

 | par Coralie Donas

Intelligence artificielle : « La machine est au service de l’humain »
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La Fédération française du bâtiment a travaillé sur le sujet de l’intelligence artificielle pour imaginer quel pourrait être son impact sur le secteur. Elle a monté un groupe de travail qui a édité un rapport après six mois de recherche. Interview du président de ce groupe, Alain Piquet.

 

Comment avez-vous constitué le groupe dédié à l’intelligence artificielle ?

Il y a un an, j’ai pris la présidence de ce groupe de travail pour rencontrer différents acteurs du sujet, défricher le thème et ensuite mesurer comment cela impacte le bâtiment et les acteurs du secteur. En effet, nous entendions de plus en plus parler de l’IA, mais le bâtiment n’y était pas associé ! Aussi nous avons réuni une vingtaine de représentants de nos corps de métiers, venus de différentes régions de France, des juristes, économistes, experts des questions sociales et internationales et nous avons commencé à nous réunir d’abord une, puis deux fois par mois.

 

Comment avez-vous procédé pour travailler sur le rapport ?

Nous avons reçu une trentaine d’experts : des startups, Cédric Vilani, Eric Léandri, le fondateur du moteur de recherche français Qwant, mais aussi la Fédération française de l’assurance ou les Pompiers de Paris, qui ont travaillé sur la formation du personnel avec une approche numérique et l’IA. Nous avions la volonté de rassembler des experts hétéroclites et qui pouvaient tous nous amener des choses intéressantes sur l’IA.

 

Une opportunité pour rendre la profession attractive

 

Qu’est-ce que l’IA pourra apporter de plus au numérique déjà présent sur les chantiers ?

Il existe déjà les casques et les semelles connectés, ou la maintenance prédictive sur certains appareils. L’IA permettra de démultiplier les capacités de calcul et d’inventer de nouvelles fonctionnalités notamment pour la sécurité sur le chantier, ou le tri des déchets de chantier grâce à la reconnaissance visuelle. Il faut d’abord avoir un grand nombre de données, et les structurer pour qu’elles puissent être transformées en algorithmes utiles. Les métiers ne vont pas être bouleversés tout de suite, nous avons le temps de travailler sur ces questions. Mais nous voulons dès maintenant mesurer l’IA car l’évolution s’accélère.

 

Quels ont été les premiers enseignements du travail d’audition des experts ?

La machine n’est pas intelligente, mais au service des humains. C’est une intelligence augmentée, une puissance de calcul énorme et une brique supplémentaire au numérique. Nous démystifions l’IA auprès de nos entreprises du bâtiment en leur expliquant qu’un logiciel comme Excel est aussi un outil du numérique, qu’il ne faut donc pas avoir peur du numérique ou de l’IA. Depuis un an, nous avons senti qu’une nouvelle approche allait faire évoluer les usages.

 

Comment cela peut-il se traduire pour les entreprises de bâtiment ?

De la conception à l’exécution des chantiers, il y a toute une filière à embarquer. En tenant compte que sur 392 000 entreprises de bâtiment, 372 000 ont moins de dix salariés. Nous avons mis en place une veille pour nous tenir au courant des évolutions très rapides du sujet. Nous allons voir avec des entreprises de taille intermédiaire, des majors, et sur certains chantiers, comment mettre l’IA en pratique. Nous nous rapprochons aussi de la recherche, nous avons initié un partenariat avec l'université de Côte d’Azur, qui accueille un Institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle (3IA) et qui s’est intéressée à nos travaux. Nous avons aussi rencontré l’ESTP, Centrale Supelec… L’IA peut être une opportunité pour rendre la profession attractive.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2212 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X