emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Je suis nommé directeur !

 | par NADÈGE JOYAUX

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
management - Vous prenez les rênes d'un magasin pour la première fois. Passé l'effet promotion, la peur de rater la prise de poste prend le pas. Quelques conseils pour bien réagir.

La remise des clefs. C'est à ce moment-là que Cédric Rotach, nommé directeur d'un supermarché Champion il y a six mois, a pris toute la mesure de sa fonction. « Quand mon prédécesseur, qui m'avait accompagné pendant les premiers jours ne m'a pas dit " à demain ", les choses sont devenues vraiment palpables. » Il se souvient d'un sentiment mêlé d'angoisse et d'excitation, comme tous ceux qui, un jour, ont été « nouveaux » directeurs. « Normal, on prend pour la première fois seul les commandes du navire », commente le jeune impétrant. Et pas question de faire une mauvaise manoeuvre pendant cette délicate phase de prise de poste, où la moindre maladresse peut hypothéquer l'avenir.

Considérant cette fonction comme un maillon stratégique de leur organisation, la plupart des enseignes prévoient des processus d'intégration très structurés, comme le parcours de passeport directeur de Champion, qui alterne sur six à neuf mois théorie et stages, ou le programme d'immersion de Sephora dans un magasin d'excellence. Mais si rien n'est laissé au hasard, certaines choses, de l'ordre du comportement, ne s'apprennent pas !

Souvent, les 100 premiers jours sont décisifs. Dans ce laps de temps, le directeur doit sentir l'atmosphère, identifier les forces et les faiblesses de son magasin, impulser les premiers changements. C'est court pour intégrer les mille et une informations qui assaillent le nouveau responsable. Même pour celui qui a déjà eu une expérience de management. « Car cette fois, il s'agit de manager des manageurs. Les directives cèdent le pas à un management beaucoup plus participatif », explique Jean-Michel Moszkowiez, directeur adjoint de Fora, qui insiste : « Plus le comité de direction sera soudé et responsabilisé, plus le directeur pourra se consacrer aux missions transversales qui lui incombent désormais. »

 

Rapport d'étonnement

Le principal piège qui menace est de vouloir tout changer trop vite. Cela aurait pour effet de braquer les équipes, de passer pour un petit chef autocrate irrespectueux des réalisations de l'équipe en place. La tentation est pourtant forte, car le nouveau directeur sait qu'il doit rapidement s'imposer, impulser un style qui le positionnera. « De plus, ce qui choque d'emblée, ce sont souvent les dysfonctionnements », explique Guillaume Lecointre, directeur de Champion à Clamart (92). Mieux vaut toutefois réprimer ses instincts réformistes, et consacrer les premières semaines à construire son rapport d'étonnement.

Ce document que beaucoup d'enseignes demandent à leurs nouveaux directeurs doit servir de base à des chantiers de changements ultérieurs. « Au bout de deux mois, on lui demande ce qui l'a étonné en arrivant. Noter les premières impressions avant qu'elles ne s'estompent avec l'habitude est fondamental, car c'est cette fraîcheur qui guidera les changements », détaille Marc Veyron, DRH de Champion. Ceux à qui cet exercice n'est pas demandé seront bien inspirés de se l'imposer pour s'obliger à écouter, à diagnostiquer et à proposer ensuite des améliorations argumentées...

Pas de précipitation, donc. Sauf pour poser quelques règles du jeu et valeurs. Laurent Gornon a organisé des face-à-face avec chaque membre de l'équipe lorsqu'il est devenu directeur du Sephora de Chelles (77). « Une bonne manière de se connaître, de cerner les affinités et de saisir l'ambiance », explique le directeur, qui a profité de ce moment pour se positionner. Les choses se compliquent quand on devient le directeur de ses anciens collègues. Sans passer au vouvoiement quand on a eu l'habitude de se taper dans le dos et que l'on joue dans le même club de tennis, il faut toutefois instituer un nouveau mode de relation.

 

Savoir prendre ses distances

« Posez clairement le cadre, conseille Édouard Benguigui, consultant de la Cegos. Dites que vous allez être évalué différemment, et que votre rôle de patron vous amènera à donner des ordres. » Pour lui, il faut bannir toute connivence, complaisance ou compromission. Et plus on est jeune, ce qui est fréquent pour les cadres de la distribution, plus la vigilance est de mise. « Le manque de confiance en soi facilite le copinage dont il faut se prémunir », insiste Nathalie Roubin. Laurent Gornon, lui, a été d'autant plus attentif à canaliser l'affectif qu'il était le plus jeune salarié du magasin et qu'il revenait sur le lieu de ses débuts comme caissier. Sa solution ? Ne surtout pas provoquer la confidence !

À l'inverse, le directeur « parachuté » doit tisser des relations. Pour Marc Veyron, une astuce efficace consiste à retenir rapidement les nom et prénom de chacun par un tableau de photos installé dans son bureau. Et quand on ne sait pas bien comment se comporter, mieux vaut s'appuyer sur ce que l'on connaît bien. Nathalie Roubin était vendeuse sans aucune expérience de management, quand elle a été nommée directrice d'un Bois et Chiffons : « Je savais que je pouvais assurer les chiffres. J'ai proposé de transmettre ce savoir-faire. ça a marché. J'ai gagné ma légitimité et la confiance en six à huit mois. » Attention toutefois à ne pas se référer sans cesse aux méthodes exemplaires de son ancien employeur... le meilleur moyen de se faire moquer. En pratique, ceux qui pourront s'exercer via des missions de remplacement, qui constituent une mise en situation réelle mais avec une pression moindre, s'en sortent mieux. À défaut, les plus motivés éviteront les sorties douteuses grâce à un coaching personnalisé. Efficace mais cher. À moins de le demander à l'employeur dans le cadre du droit individuel à la formation...

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8953 offres d’emploi en ligne

Fermer X