emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Jusqu'où peut aller la préoccupation en faveur du développement durable ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Jusqu'où peut aller la préoccupation en faveur du développement durable ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Jean-Louis Muller, directeur du département management de la Cegos, l'attitude de cette collaboratrice (voir ci-dessous) est intéressante : « Il est louable qu'un salarié se sente responsable du développement durable. Mais il doit faire attention à ne pas se transformer en ayatollah et proposer une série de petits pas, plutôt que des mesures radicales. »
Il affrontera différentes réactions de ses collègues : « Il y a des gens qui pensent qu'il a raison, mais se sentent coupables de ne pas oeuvrer en ce sens. A ceux-là, il doit montrer que, lui non plus n'est pas parfait mais qu'un petit pas compte. D'autres vont se révéler agressifs. Dans ce cas, il doit réaffirmer son point de vue mais sans entrer dans un débat. »
Il peut être utile à son manager : « Ce dernier peut se servir de ses remarques un peu pointilleuses et embêtantes pour sensibiliser son service et l'entreprise à la réduction des coûts, par exemple en matière de consommation d'énergie. Il faut s'en faire un allié dans l'intérêt de l'entreprise. »
Et éviter la moquerie : « On peut être tenté de pointer les contradictions de ce salarié : il recycle le papier, mais circule en voiture. On peut utiliser l'humour pour le lui faire remarquer, mais sur le ton de la complicité, pas du mépris. »
 

Conclusion
 

« En 2007, une entreprise ne peut que bien se tenir en la matière, reprend Jean-Louis Muller. Même si, derrière le vocable "écolo", il y a l'image de ceux qui veulent arrêter les centrales nucléaires ou de José Bové. Au contraire, les managers doivent s'en servir pour sensibiliser le personnel à un certain nombre de comportements générateurs d'économie. »
 

Comment ça se passe chez Balaton

Jeudi,plateau des commerciaux
« Qui est-ce qui a imprimé tous ces tableaux et qui n'est même pas venu les récupérer ? »
Bérangère, l'une des commerciales de Balaton, était plantée à côté de l'imprimante du service et brandissait une liasse de papier. D'un même mouvement, tous ses collègues baissèrent la tête vers leurs écrans d'ordinateur.
Voyant qu'elle n'obtiendrait pas de réponse, elle poursuivit son laïus :
« Non, mais vous vous rendez compte du gâchis... On ne peut pas continuer à tuer des arbres comme ça ! »
Elle s'arrêta, puis :
« Bon, ben, puisque personne ne veut récupérer ses papiers, je les recycle pour faire de l'impression recto-verso... »
A ce moment-là, Xavier Fournier se décida à intervenir :
« Tu sais, il paraît que c'est pas très bon pour les imprimantes... L'encre chauffe et ça les encrasse... Résultat, au niveau écolo, c'est raté...
- Ça, c'est l'excuse qu'utilisent tous ceux qui ne veulent pas faire d'efforts pour sauver la planète... », trancha Bérangère en remplissant le bac de l'imprimante.
Pour détendre l'atmosphère, Stéphane Bertier lui proposa d'aller prendre un café. Dès qu'ils se furent éloignés, Arnaud Du Lac se leva pour récupérer des documents qu'il venait d'imprimer.
« Ah, c'est pas vrai ! Elle est vraiment pénible, cette Bérangère ! Elle a trouvé le moyen de mettre le papier dans le mauvais sens ! Il ne me reste plus qu'à recommencer ! »
A ce moment, Sylvain Lambert, leur patron, sortit de son bureau et réclama :
« Qui a récupéré le dossier que j'avais imprimé hier soir ?
- Vous ne le faites plus dans votre bureau ?
- Mon imprimante est en panne... Alors, il est où ce dossier ?
- Euh... Bérangère a décidé de faire la chasse au gaspi... Elle l'a recyclé...
- Mais de quoi se mêle- t-elle ? On ne lui a rien demandé... »
Alors que Lambert s'escrimait pour ouvrir l'imprimante, Bérangère fit sa réapparition :
« Vous avez quelque chose contre l'écologie, Sylvain ? »
Son chef la regarda :
« Dites-moi, Bérangère, avant de vous occuper de nos mauvaises habitudes, vous pourriez commencer à boire votre café dans un gobelet recyclable... Le plastique, c'est mauvais pour la nature, non ? »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8855 offres d’emploi en ligne

Fermer X