emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans la grande distribution

L’alternance dans la grande distribution

 | par Lucile Chevalier

L’alternance dans la grande distribution
Daniele Pederzoli, directeur du Bachelor en Retail Management-Ecal au sein de la Neoma Business school.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

5 500 alternants chez Carrefour en 2015, près de 2900 chez Auchan, 500 pour Monoprix. La grande distribution utilise beaucoup les contrats d’apprentissage notamment pour attirer et former les jeunes aux métiers de bouche et aux postes opérationnels en magasin.

 

5 500 alternants chez Carrefour en 2015, près de 2900 chez Auchan, 500 pour Monoprix. L’apprentissage a bel et bien conquis le secteur et à tous niveaux du CAP au Bac +5. Car ce type de dispositifs sied particulièrement aux mœurs, pratiques et mentalités du monde de la grande distribution. « C’est un secteur avec des métiers très opérationnels valorisant l’expérience, explique Daniele Pederzoli, directeur du Bachelor en Retail Management-Ecal au sein de la Neoma Business school. La grande distribution confie rapidement des responsabilités aux salariés ayant fait leur preuve sur le terrain. Les cursus en alternance ont donc une bonne réputation ». Beaucoup d’enseignes s’en servent notamment pour se constituer un vivier de recrutements. Chez Carrefour, la moitié des alternants se voient proposer par la suite un poste au sein du groupe.

 

CAP et Bac Pro

« Une grande majorité de nos alternants suivent un CAP ou un Bac professionnel en ‘vente’. Beaucoup de nos métiers opérationnels en magasin se sont en effet construits autour de ce type de dispositif de formation. Pour les métiers de bouche, je pense notamment aux métiers pénuriques comme les bouchers, il n’existe pas d’autre mode de formation que l’apprentissage. Aujourd’hui, nous utilisons aussi ce dispositif pour faire découvrir aux jeunes ces métiers et les attirer vers ceux-ci », explique Thierry Roger, directeur Espace Emploi chez Carrefour.

 

BTS et licence pro

Cela a donc commencé ainsi. Mais ensuite, l’offre de formation et l’apparition de nouveaux dispositifs aidant, l’apprentissage a alors conquis d’autres niveaux d’étude. Plusieurs BTS en « management des unités commerciales » ou en « techniques de commercialisation », des licences professionnelles ont vu le jour. Et les enseignes se sont engouffrées dans la brèche, y voyant ici un bon moyen de former leur futur chef de rayon. « Pour nos métiers de manager, nous ciblons les formations en licence professionnelle (le réseau Distribsup), les bachelors », pointe ainsi Auchan.

 

Masters

Au niveau master, les recrutements d’alternants sont beaucoup moins nombreux. Les entreprises du secteur utilisent en effet beaucoup l’apprentissage pour former aux métiers opérationnels du magasin. Chez Monoprix ainsi, mais la règle est de mise dans toutes les enseignes, seulement 10 % des recrutements en alternance se font pour des postes au siège. Et les apprentis de master d’écoles ou université sont en général recrutés pour ces fonctions supports présentes au siège : acheteurs, contrôleur de gestion… Sauf dans les hypermarchés du type Auchan ou Carrefour. « Les magasins sont plus grands, et les postes à hautes responsabilités, avec une grande part de management, y sont plus nombreux. Ce type de structure a donc les moyens d’attirer vers elles, pour des métiers de terrain, en magasin, des étudiants de niveau Bac+4/+5 de la filière classique », conclut la Neoma Business School.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2062 offres d’emploi en ligne

Fermer X