emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

La CCIP s’alarme des conséquences de la décision du Conseil d’État

 | par La rédaction de Néorestauration

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le président Pierre Simon redoute que les circonstances actuelles détournent davantage les candidats des métiers de l'hôtellerie-restauration.
La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP) s’alarme des conséquences de l’annulation par le Conseil d’État de l’extension de l’accord relatif au temps de travail dans les HCR. Elle relève que cette décision : "crée une insécurité juridique majeure pour les entreprises de ce secteur, spécialement pour les plus petites – 93 % d’entre elles ont moins de 10 salariés – qui doivent faire face à la confusion la plus totale sur les règles désormais applicables". Si elle devait perdurer, cette situation ne manquerait pas de dégrader les conditions d’emploi dans les professions concernées, la remise en cause des règles relatives au temps de travail se répercutant sur le niveau des salaires et le pouvoir d’achat des salariés visés, souligne la CCIP.

« Cette situation aura, à n’en pas douter, des répercussions sur l’attractivité d’une branche professionnelle déjà en butte à des difficultés de recrutement persistantes » précise Pierre Simon, président de la CCIP. «Nous redoutons que les circonstances actuelles détournent davantage les candidats de métiers pâtissant déjà, à tort, d’une mauvaise image ». La CCIP estime de plus que la qualité des prestations pourrait s’en trouver affectée, ce qui pénaliserait l’image d’excellence du secteur et par-là même l’attractivité de Paris et de la France. Elle rappelle que l’activité Congrès et salons qui joue un rôle déterminant en terme d'emploi risque également de pâtir de cette mesure, étant très liée à l’hôtellerie-restauration et au tourisme. « Il est à craindre que cette décision n’impacte durablement le tourisme en France, spécialement le tourisme d’affaires dont l‘Ile de France, région capitale en terme d’organisation de congrès et salons, est le fer de lance », conclut Pierre Simon.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

322 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X