emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

La communication interne doit-elle tout dire ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

La communication interne doit-elle tout dire ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Sophie Barbet-Massin, consultante au cabinet Cleas, la communication interne peut être un outil précieux : " L'idée est d'essayer de réunir tout le personnel autour d'un projet commun. Mais elle n'est pas toujours bien exploitée et perd de son utilité. " Plusieurs erreurs peuvent être commises : " De la même manière qu'un bon produit marche mieux avec une bonne vendeuse, la communication interne ne doit pas seulement être un beau journal ou un bel outil. Elle doit être confiée à des gens qui ont du charisme, qui sont capables d'humaniser cette communication, d'en parler. Or les gens choisis par les entreprises comme relais ont-ils toujours ces compétences ? "

Il faut être particulièrement attentif lorsque la société ne va pas bien : " La communication interne est toujours un peu tape-à-l'oeil : elle met en avant des éléments positifs. Mais, en période difficile, si l'on ne parle dans le journal interne que de choses positives, il y aura un décalage avec ce que vivent les salariés. " Dans ce cas, il faut jouer la carte de l'honnêteté : " Il faut avoir le courage de la transparence, dire les choses. Car une mauvaise nouvelle qui est expliquée et accompagnée est mieux acceptée que si elle est jetée froidement aux salariés. Les gens seront moins révoltés. "

Conclusion

" La communication interne n'est pas un outil à utiliser juste pour faire bien, reprend Sophie Barbet-Massin. L'idéal est d'arriver à montrer toutes les facettes de la vie de l'entreprise. Car, si les entreprises arrivaient à être plus vraies dans cette communication, elles parviendraient à toucher plus de monde. Et cela tient aussi à la manière de présenter les choses et à la capacité à se mettre à la portée des gens. Or, très souvent, il y a des malaises dans les entreprises car elles ne savent pas communiquer. "

Comment ça se passe chez Balaton

" Ouah ! 135 messages... Ah, non ! C'est pas fini, la machine continue d'en charger... 166... 253... Super, je vais y passer la journée, à trier tout ça... "

De retour de vacances, Arnaud Du Lac venait d'allumer son ordinateur. A côté de lui, sur son bureau, une pile de fax et de courrier menaçait de s'écrouler.

" Bon, allez ! J'attaque... Ça, je vire... Ça, poubelle... Ça... qu'est-ce que c'est que ce mail ? En provenance du service des ressources humaines... "

Il se mit à le lire à voix basse. Puis s'exclama en se tournant vers Xavier Fournier : " Tu as vu ce truc ? C'est extraordinaire...

- De quoi tu parles ?

- Du mail de Brisson : "Nous avons décidé de créer une newsletter électronique sur la vie de l'entreprise... Elle viendra compléter ÔBalaton infos', le journal que nous vous distribuons tous les mois, avec les petites et les grandes nouvelles de la société... N'hésitez pas à nous faire des suggestions ou à nous transmettre des informations... En attendant, voici le premier numéro, avec un dossier spécial sur la mobilité interne"... Blablabla... Quelle bêtise ! On ne peut pas dire que la mobilité interne soit vraiment le fort de Balaton... Ah ! Et les brèves... "

Du Lac s'arrêta, puis reprit à voix haute : " Ah, ça, c'est la perle : "Nous souhaitons à Henri Dupont, actuellement en congé maladie, un prompt rétablissement. Ses compétences, sa gentillesse, son écoute font cruellement défaut au service logistique"... Dire que Duchêne était prêt, avant les vacances, à embaucher quelqu'un pour le remplacer... Et à le pousser dehors à son retour... "

Xavier Fournier se tourna vers Du Lac : " Si la newsletter te met dans cet état-là, je te déconseille fortement la lecture de "Balaton infos" !

- Pourquoi ?

- Parce que tu y verras les photos de la fête que Duchêne a organisée au moment de la signature du gros contrat avec Cegateau... Avec un titre pas mal dans son genre : "Balaton ne cesse d'accroître ses ventes"... Alors que, depuis le début de l'année, on nous dit qu'il faut qu'on rentre des contrats et que tout le monde sait pertinemment qu'on se fait battre à plates coutures sur tous les appels d'offres par Novaltech... "

Du Lac soupira : " Tu crois que la situation va s'améliorer si toute la journée, on se répète : "Tout va bien" ? "

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5150 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X