emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans l'assurance, la banque et la finance, Les salaires dans l'assurance, la banque et la finance

La femme cadre est l'avenir de l'assurance

 | par Sabine Germain

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Tassement des effectifs, montée en puissance des cadres, redéfinition de certains métiers : les frontières de la profession sont en train de se redessiner.

La légère décrue des effectifs, entamée en 2002, se confirme : l'assurance ne crée plus d'emploi. Du moins dans son périmètre traditionnel. La radiographie des 138 000 salariés de la branche, réalisée chaque année par l'Observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance, se cantonne en effet aux compagnies relevant de la FFSA et aux mutuelles du Gema. Elle exclut donc les « nouveaux acteurs » : bancassurance, assistance ou grande distribution, par exemple. « Pour avoir une vision plus complète de la vente, la prise en compte des conseillers en assurances relevant du secteur bancaire permettrait une approche plus fine », note Gérard Lobjeois, secrétaire général de l'Observatoire.

Les effectifs prenant de l'âge, les priorités changent

Ce qui n'empêche pas le Roma 2005 (Rapport de l'observatoire des métiers de l'assurance) de produire une analyse très pertinente des évolutions sociales. À commencer par le « re-vieillissement » des effectifs : conséquence de la loi « Fillon » sur les retraites de 2003 et de la fin du système des préretraites, l'âge moyen de cessation d'activité est passé, entre 2002 et 2004, de 57 ans et 7 mois à 58 ans et 4 mois pour les cadres (plus neuf mois), et de 55 ans et 5 mois à 57 ans et 5 mois pour les non-cadres (plus deux ans !). Résultat : l'âge moyen de la population globale (naguère de 40 ans) atteint 41,4 ans. Les « plus de 45 ans » représentent 41,7 % de la population et les « plus de 55 ans » 10,7 %.
« Le vieillissement des effectifs et l'employabilité des seniors sont au coeur de la gestion prévisionnelle des emplois, prévient Gérard Lobjeois. La formation des quinquas doit redevenir une priorité, ce qui confirme, une fois encore, la pertinence des dispositions de l'accord professionnel du 14 octobre 2004 sur la formation tout au long de la vie. »

Un afflux de cadres anticipé

Les effets du papy-boom n'ont pas fini de se faire sentir. Près de 60 000 salariés devraient quitter le monde du travail d'ici à 2020 (soit un tiers des effectifs). Les cadres représentent 40 % de ces bataillons de futurs retraités. Or, avec l'industrialisation et l'informatisation des processus, l'assurance a davantage besoin de cadres que de non-cadres. Depuis 1996, la part des cadres est ainsi passée de 29,6 % à 38,2 % des effectifs. Pour pallier les effets du papy-boom et poursuivre cette montée en puissance de l'encadrement, la branche a pris les devants : elle a accueilli 3 600 cadres en 2004 (2 100 embauches et 1 500 promotions internes). « Cet afflux de cadres est probablement excessif par rapport aux besoins immédiats, note Gérard Lobjeois. Mais l'assurance a raison de prendre les devants si l'on considère que des secteurs tels que la banque, l'Éducation nationale ou la fonction publique territoriale, aussi touchés par le papy-boom que l'assurance et, a priori, plus attrayants, risquent d'assécher le marché du recrutement. »

Les femmes cheminent vers la parité


En matière de recrutement, la porte d'entrée sur le monde de l'assurance est désormais très codifiée : les non-cadres sont embauchés au niveau bac + 2 et les cadres à bac + 5. C'est ainsi que le niveau de formation initiale de l'ensemble des effectifs s'est considérablement élevé : la part des bac + 2 a passé la barre symbolique des 50 % de la population totale.
Parmi les nouvelles recrues, plus de la moitié des non-cadres sont affectés aux services commerciaux (51,3 %), 22,8 % à la gestion de contrat et 4,5 % au secrétariat. Du côté des cadres, 20,1 % vont au commercial, 15,5 % à l'informatique, 10,5 % à la gestion de contrats et 9,5 % à la conception de produits. À noter : la féminisation des effectifs se poursuit. Y compris dans l'encadrement, où les femmes représentent désormais 40,9 % des effectifs. Au point que Gérard Lobjeois dessine ainsi le portrait-robot du salarié de l'assurance : « C'était un homme non diplômé et non cadre ; ce sera, de plus en plus souvent, une femme cadre et diplômée. » 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

546 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X