emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution

La fondation, vecteur de motivation interne

 | par NATHALIE TRAN

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
À travers leurs fondations, les enseignes œuvrent au profit du développement durable. Un moyen pour elles d'assurer leur responsabilité sociale et de rassembler leurs collaborateurs autour de valeurs de partage et de solidarité.

Les entreprises de la distribution font rimer mécénat avec développement durable. Lorsque Boulanger lance par le biais de sa fondation le site internet Cyberpapy, basé sur l'entraide intergénérationnelle, ou que la Fondation Leroy Merlin finance la construction d'une maison adaptée au handicap d'une personne tétraplégique, l'enjeu est le même : répondre aux besoins de la société et améliorer la vie quotidienne de chacun. Dans cette optique, l'association SolidarCité, aujourd'hui Fondation PPR, n'hésite pas à faire évoluer sa mission au gré des nouvelles attentes sociétales. Engagée au départ en faveur de la cohésion sociale, elle a fait de l'égalité des chances et de la diversité ses priorités, avant d'orienter ses actions autour de l'éducation et de l'insertion et, depuis peu, de la dignité des femmes.

Pour les enseignes, la fondation est un moyen d'assurer leur responsabilité sociale et environnementale, bien souvent en lien avec leur activité. « Nos actions s'inscrivent dans la continuité naturelle de notre activité et de nos métiers », souligne Marie-Christine Panitskas, responsable de la fondation Leroy Merlin. Idem pour la fondation Norauto qui, depuis plus de dix ans, s'engage dans des programmes de lutte contre les nuisances générées par l'automobile, ou celle de Nature et Découvertes, qui soutient des projets associatifs de protection de la nature et d'éducation à l'environnement.

Des collaborateurs impliqués

Mais les fondations sont aussi, pour les distributeurs, une opportunité de motivation interne. D'autant que toutes reposent, à des degrés divers, sur la mobilisation de leurs collaborateurs... Et de leurs compétences. « La fondation est portée par les bénévoles. Elle favorise l'implication et fait appel à toutes les bonnes volontés locales pour identifier et développer les projets associatifs pertinents », rappelle Sophie Fourchy, responsable de la fondation internationale Carrefour. « Nous proposons aux collaborateurs un menu à la carte où chacun choisit sa façon de donner de son temps », précise Céline Bonnaire, directrice de SolicarCité. C'est ainsi que ceux qui le souhaitent peuvent prendre un congé solidaire et partir quinze jours en Afrique, en Asie ou en Amérique latine pendant leurs vacances, pour Planète Urgence, et aider à rénover des écoles, former des adultes en informatique, ou proposer du soutien scolaire à des enfants.

Chez Leroy Merlin, les porteurs de projets sont orientés vers le point de vente le plus proche de chez eux. Si bien que ce sont les salariés des magasins qui sont leurs premiers interlocuteurs. À eux le choix de les accompagner ou non dans l'élaboration de leur dossier. Idem chez Norauto où, là, ce sont les directeurs des magasins que la Fondation sollicite pour remettre le chèque aux associations qu'elle soutient, créer des liens en local, et s'assurer du sérieux du projet. « Si certains appréhendent un peu au départ, ils reviennent généralement enthousiastes et demandeurs. Ce sont eux souvent qui, ensuite, nous poussent à avancer », admet Marie Himpe, déléguée générale de la fondation.

Chez Nature et Découvertes, en revanche, le bénévolat répond à une organisation beaucoup plus structurée. Chaque magasin possède son « réseau vert » : un salarié volontaire, qui se fait le relais des actions de la fondation auprès de son équipe et de ses clients, suit l'avancement des projets financés dans sa région et s'assure de la bonne utilisation des fonds alloués. « 10 % du travail de chacun permettent à la fondation de fonctionner. Si tous nos collaborateurs n'ont pas forcément la fibre " réseau vert ", en revanche, nous n'avons pas de difficulté à trouver des volontaires. Notre action en faveur de la biodiversité fait sens pour eux, ce n'est pas par hasard que l'on entre chez Nature et Découvertes », reconnaît David Sève, directeur de la fondation.

Séduire les candidats

Certes, l'implication est variable d'un magasin à l'autre. Sur 121 hypermarchés Auchan, par exemple, 14 ne se sont pas engagés - ou n'en ont jamais eu l'occasion. Mais quand « la mayonnaise prend », elle aide à fédérer une équipe. Selon une enquête interne de Boulanger, 60 % des collaborateurs se disent prêts à y consacrer plus ou moins de temps. « Les actions de la fondation participent à la cohésion d'équipe et au sentiment d'appartenance des salariés à l'entreprise. Ils travaillent pour quelque chose qui a du sens », constate Marie Himpe. Une enquête d'opinion réalisée par le spécialiste de l'entretien et de la réparation automobiles Norauto montre que 90 % des salariés s'identifient à ce que fait la fondation et en sont fiers. « Créer une fondation est un engagement sur la durée, reconnaît Marie Himpe. Il a fallu environ trois ans pour que la fondation vive sur le terrain, pour que les collaborateurs bénévoles deviennent des ambassadeurs auprès de leurs collègues. Aujourd'hui, les valeurs qu'elle porte sont complètement intégrées dans la culture. »

Facteur de cohésion d'équipe et de motivation interne, la fondation est également un atout séduction pour les nouveaux entrants. Conscient du besoin d'identification des moins de 30 ans aux valeurs véhiculées par l'entreprise, Auchan ouvre les portes de sa fondation aux futurs candidats potentiels. Pour la troisième année, le distributeur décernera en février 2009, le Prix spécial fondation Auchan. Trois projets portés par les associations étudiantes des écoles et université partenaires de l'enseigne, au bénéfice des jeunes issus des quartiers où sont implantés les hypermarchés, seront récompensés. « Une façon de montrer l'entreprise sous un autre aspect », déclare Marie-Hélène Boidin-Dubrule, vice-présidente de la Fondation Auchan. Et, aussi une belle vitrine pour l'image employeur !

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

395 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

INFOPRO DIGITAL
ASSISTRA
PUBLICIS DRUGSTORE
IPLC EUROPE
BABOU
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X