emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

Le développement durable et le BTP : témoignages

 | par Le Moniteur Emploi

Le développement durable et le BTP : témoignages
Le développement durable et le BTP
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Didier Brosse – président de Brosse (Loire), 48 salariés

« Nous travaillons maintenant au millimètre »
Tolérance zéro : Didier Brosse, qui dirige une entreprise de gros œuvre et de réhabilitation de patrimoine à côté de Saint-Etienne, pourrait presque détourner à son compte la célèbre formule. «Les nouvelles réglementations techniques font que les tolérances se réduisent de plus en plus: autrefois de l’ordre du centimètre, elles sont aujourd’hui de l’ordre du millimètre.» C’est particulièrement vrai pour les dallages, de moins en moins posés sur un bassin de mortier et de plus en plus sur sol collé. Les constructions BBC décuplent l’exigence de minutie. «Le dernier DTU maçonnerie interdit désormais l’utilisation de calfeutrements humides. Il faut maintenant utiliser des produits tels que les joints silicone. En BBC, on teste l’étanchéité à l’air, d’où la nécessité de livrer des maçonneries de plus en plus parfaites.» Autre contrainte pour la profession: la gestion des déchets. Pas toujours évident, selon le patron lyonnais: «En zone rurale, nous pouvons installer plusieurs bennes, mais en ville, où il existe un problème de place, il faut souvent se contenter d’une seule benne, à charge pour un prestataire de trier lui-même.» Mais tout cela a un coût, et il est jugé de plus en plus «exorbitant» pour les entreprises. Aussi Didier Brosse s’est-il fixé une règle de conduite : faire des économies qui, en même temps, font du bien à la planète. «Dans mon métier, le transport coûte cher parce que les matériaux sont lourds. C’est pourquoi j’ai décidé de privilégier les fournisseurs les plus proches du chantier, de jouer ainsi la carte de la proximité.»

Jean-Michel Fourniau – gérant d’APIC et président de Bourguignon Le Sourne (Vienne), 70 salariés

« Une seule entreprise pour l’ensemble des travaux »
Jean-Michel Fourniau est à la tête d’une entreprise de plâtrerie et d’isolation classique plutôt spécialisée dans le neuf (Bourguignon Le Sourne), et une autre multicorps d’état spécialisée dans la rénovation (Apic). Outre leur complémentarité, les deux sociétés fonctionnent selon la même logique. « Nos entreprises interviennent avec leurs propres effectifs. Par philosophie, je fais très peu appel à la sous-traitance. Nous faisons par exemple nous-mêmes nos bandes, ce qui permet de valoriser le produit. » Jean-Michel Fourniau mise sur la “polyvalence” de ses ouvriers. « Si un plombier est en même temps carreleur, cela évite d’avoir deux corps d’état qui se battent dans 3 m2 de salle de bains. » De même, venus souvent d’horizons professionnels différents, les plaquistes possèdent plusieurs compétences. Sur un chantier, c’est du gagnant-gagnant : l’opérateur a un travail plus gratifiant et le client « n’a affaire qu’à trois ou quatre têtes, au lieu de sept ou huit ». Le calcul est à la fois économique et écologique, car cette façon de procéder optimise les déplacements. « Le bilan carbone de nos chantiers serait sûrement bon, souligne le patron poitevin. Le développement durable a renforcé l’intérêt de nos métiers car chaque chantier devient un challenge, avec une obligation de résultat. Il a accentué notre rôle de conseil: à quoi bon refaire les peintures si l’électricité n’est pas aux normes et le plafond mal isolé? Plus personne ne peut rester avec des œillères dans son coin, sans penser aux incidences sur les métiers d’à côté. Cela amène aussi du business. »

Olivier Riom – président de Nantes volutique aménagement (Loire-Atlantique), 120 salariés

« Pour une performance globale de l’entreprise »
Spécialiste de l’aménagement intérieur, Volutique joue sur tous les tableaux du développement durable: économique, social (et sociétal) et environnemental. Olivier Riom parle de “performance globale” qui s’appuie sur les fondamentaux d’une entreprise : rentabilité et fonds propres suffisants. Cette assise financière solide permet d’insuffler une politique sociale volontariste : Volutique n’hésite pas à embaucher des jeunes, des femmes, des seniors et des gens du voyage, distribue un quart du résultat à ses salariés et consacre 8 % de sa masse salariale à la formation. « C’est un modèle économique qui marche: nous sommes passés de 50 à 120 salariés en cinq ans, le turn-over a chuté de 40 à 5 % et le taux d’accidents du travail a diminué de 80 %. » Non contente de “responsabiliser” ses salariés et “d’améliorer l’ergonomie des postes de travail”, la PME réfléchit beaucoup sur les matériaux qu’elle emploie. « Nous achetons des matériaux qui répondent aux six cibles HQE que nous avons sélectionnées (acoustique, écoconception, recyclage…). Nous travaillons également avec les fournisseurs à la réduction des déchets à la source. » En achetant du sur-mesure, l’entreprise « économise entre 5 et 7 % de matériaux, et parfois jusqu’à 10-12 % ». Reste à régler le problème du retraitement des déchets, en intégrant son coût dans la prestation, et à convaincre les donneurs d’ordres publics d’instiller davantage de social dans leurs appels d’offres. Mais Olivier Riom est, pour sa part, convaincu qu’à son “petit niveau”, il peut faire bouger les choses, et que d’ores et déjà « le développement durable a changé les comportements ».

Philippe Aurientis – directeur qualité, prévention environnement de l’entreprise Malet (Haute-Garonne), 1 800 salariés

« Nous ne démolissons plus, nous déconstruisons »
Intégrée depuis le 1er octobre à Spie Batignolles, l’entreprise Malet, à Toulouse, n’a pas attendu le Grenelle de l’environnement pour faire du développement durable. On pourrait parler ici d’une véritable culture d’entreprise qui se manifeste à tous les échelons, de la direction à l’ouvrier, en passant par le bureau d’études. L’utilisation de matériaux recyclés est devenue une priorité, soit sur le chantier lui-même, soit sur d’autres chantiers après concassage. « Nous ne démolissons plus une route, nous la déconstruisons », souligne Philippe Aurientis, le Monsieur “QPE” (qualité, prévention, environnement) de la société. De même, les fraisats d’enrobés repartent dans le cycle de fabrication de nouveaux enrobés. Malet innove aussi en créant des produits moins consommateurs d’énergie, tels qu’un enrobé tiède (Etima) et un enrobé mixte à froid (Ecomix), qui améliorent en même temps les conditions de travail du personnel. Car le facteur humain reste le pivot du développement durable. « Nos salariés sont sensibilisés au tri et au recyclage sur les chantiers, indique Philippe Aurientis. On interdit par exemple le brûlage. Chaque chantier est également équipé d’un kit antipollution composé de produits pouvant absorber les fuites éventuelles. Le personnel est formé à son utilisation. » Ce souci de l’environnement et la vigilance qu’il impose ne sont pas vécus comme une contrainte par les employés de l’entreprise toulousaine, si l’on en croit le directeur QPE. « Les gens qui travaillent la semaine dans les TP sont aussi les mêmes qui, le dimanche, vont à la pêche ou se promènent en famille. »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2212 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X