emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'assurance, la banque et la finance

Le digital transforme les métiers de l’assurance

 | par Lucile Chevalier

Le digital transforme les métiers de l’assurance
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La transformation digitale redistribue les cartes dans le monde de l’assurance. Elle amène avec elle de nouveaux leviers de croissance, change les manières de faire et redéfinit la relation assureur-assuré. Certains métiers et services profitent largement de cette redistribution, indique l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance dans son dernier baromètre prospectif.

 

En apparence, rien ne bouge. Dans le monde des assurances, d’une année sur l’autre, les effectifs restent stables. Et pourtant, depuis quelques années, une « vague », comme l’appelle l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance dans son baromètre 2015, « remet en cause les fondements traditionnels d’organisation des différentes chaînes d’activités » et les manières de faire de l’assurance. Cette vague est due à la transformation digitale. La numérisation des données, l’exploitation du Big Data, l’émergence des plateformes web et applications mobiles sont loin d’être de simples gadgets. En effet, ils soutiennent le basculement vers une autre logique allant de l’industrialisation au service client. Comme le résume l’OEMA : « après quinze ans d'une logique parfois exclusive d'industrialisation, l'esprit de service, le management de l'expérience client et la restauration de marges de manœuvre pour les collaborateurs semblent revenir en tête des préoccupations de nombreux assureurs ».

Mais, en fait, ces derniers n’ont guère le choix. « La baisse des taux d’intérêts financiers affecte toutes les branches d’assurances et assombrit singulièrement les perspectives de l’assurance vie en euro » note le baromètre. Ajoutez à cela, la bataille de l’Ani qui laisse augurer une baisse des tarifs dans le secteur de l’assurance santé et donc de la rentabilité sur ces produits. Et les assurances auto, produits les moins rentables, ne viendront pas compenser ces pertes. Non. La sortie du marasme viendra du service client.

 

Organisation et qualité, pilotage, actuariat

En amont, dans le domaine de la conception, l’exploitation des larges volumes de données (Big Data) permet et permettra d’une part une analyse de plus en plus fine des besoins et des comportements des clients. D’autre part, cela développera l’élaboration de solutions et de produits personnalisés. Mais pour arriver là, il faut des collaborateurs capables d’analyser cette montagne de données. Les structures et systèmes capables de faire remonter ces données et de faire circuler l’information au sein de l’entreprise sont indispensables. Et les assureurs s’y mettent à marche forcée. « Les familles organisation et qualité, pilotage et gouvernance d’entreprise, actuariat et conception technique enregistrent les plus fortes augmentations d’effectifs au cours de la période récente » observe le baromètre. Pas étonnant.

 

Les effectifs commerciaux devraient continuer à diminuer

Dans le domaine de la distribution, l’Observatoire constate, « sur la période récente, un tassement des effectifs dédiés à la prospective et à la vente ». Et les effectifs commerciaux devraient continuer à diminuer dans les années à venir. La faute à internet et aux plateformes web et mobiles. Le client d’aujourd’hui prend en effet de plus en plus en charge des tâches qui étaient dévolues hier aux commerciaux. Ils s’informent lui-même sur le site des assureurs ou à travers les comparateurs de prix. Et surtout, il peut contracter un contrat d’assurance en quelques clics.

Enfin, dans la famille des métiers de la gestion des contrats, la baisse attendue des effectifs du fait de l’automatisation des tâches ne s’est pas produite. « Si plusieurs centaines d’emplois disparaissent des catégories de gestion hors plateforme, autant et même légèrement davantage sont créés dans des environnements ‘plateformes’, mais aussi dans la souscription des contrats non standards ou la gestion et l’indemnisation des sinistres complexes et contentieux », indique l’OEMA.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Un campus 100% numérique

Un campus 100% numérique

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

564 offres d’emploi en ligne

Fermer X