emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le nombre de jours d’arrêt de travail a baissé en 2010

 | par Gwenole Guiomard

Le nombre de jours d’arrêt de travail a baissé en 2010
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
En France, le nombre de jours d’arrêt de travail est, en moyenne, de 14, 5 jours. Il a baissé en 2010 par rapport à 2010. Il concerne plus les salariés du Sud de la France que ceux du Nord.

Voilà une étude qui vient renforcer l’image d’un sud de la France amoureux d’une certaine farniente et d’un nord industrieux. Selon le baromètre 2010 du groupe Alma consulting sur les arrêts de travail en 2010, la France se découpe en 2 grandes parties. Au Nord, les arrêts de travail ne dépassent pas les 18 jours par an en 2010. Au Sud, ils dépassent allègrement les 20 jours.

Au delà du cliché, l’étude explique ce phénomène par une plus forte proportion de plus de 50 ans dans les régions du sud de la France : absentéisme de 27 jours en PACA-Languedoc-Roussillon et de 20,3 jours en Rhône-Alpes. Or, ces plus de 50 ans sont deux fois plus absents, en moyenne, que leurs jeunes collègues. Au Nord, la palme du « présentéisme » est détenue par les Franciliens avec 13 jours d’absence en 2010 suivie par le Nord-Picardie (13, 2 jours), l’Aquitaine-Midi-Pyrénées-Auvergne avec 13, 4 jours et le grand-ouest avec 17,6 jours.

 

BTP contre santé

L’étude montre aussi que le nombre d’arrêt de travail a baissé en 2010 par rapport à 2009. En moyenne, les Français se sont arrêtés, en 2010, 14,5 jours. C’est 3 jours de plus (17, 8) qu’en 2009. La crise explique cela. Dans un contexte difficile économiquement, le nombre de jours d’absence diminue mécaniquement. Explications : les salariés entendent garder, à tout prix, leur emploi et sont peu enclin à s’absenter. Ensuite, l’absentéisme est lié aux secteurs des salariés. Les salariés du BTP sont moins absents que ceux des services. Là encore, l’explication vient des politiques de préventions mis en place par le bâtiment pour prévenir les accidents et autres maladies. Viennent aussi  se greffer un fort attachement des salariés de ce secteur à leur travail et à leur entreprise. Par contre, dans des secteurs comme les services où les employeurs estiment, sans doute à tort, que l’intérêt du travail les mettraient à l’abri d’une désaffection de leurs salariés, on assiste à un fort développement de l’absentéisme. Le secteur de la santé est enfin celui où les arrêts de travail sont les plus nombreux.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5383 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X