emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le pôle emploi : point final de la réforme du marché du travail ?

Le pôle emploi : point final de la réforme du marché du travail ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
La nouvelle organisation chargée de la lutte contre le chômage s’appellera Point emploi. Ce nouvel organisme est un élément central du nouveau dispositif de lutte contre les chômage. Le point sur les réformes en cours ou achevées.

Selon le Canard enchaîné du 15 octobre, l’entité issue de la fusion de l’ANPE et de l’Assedic s’appellera finalement « Pôle Emploi ». Au-delà des péripéties lexicologiques, la fusion des deux organismes était dans le programme du candidat Nicolas Sarkozy – qui aurait validé le nouveau nom. Depuis son élection, il a, à maintes reprises, affirmé son soutien à cette fusion censée offrir une meilleure prise en charge des chômeurs, et ce faisant, assurer un retour plus rapide à l’emploi. Pour l’Elysée, la multiplication de structures est synonyme d’inefficacité. « Nous sommes sans doute le seul pays où le suivi de la recherche effective de l’emploi est assuré par trois institutions : l’Etat, l’assurance chômage et l’ANPE. Autant dire qu’elle n’est suivie par personne », a ainsi déclaré le chef de l’Etat le 18 septembre dernier.

 Dans le document adopté lors du conseil d’administration du 9 septembre 2008, le principe d’un entretien unique lors de l’inscription du chômeur a été approuvé. De même, chaque chômeur aura un interlocuteur pour le suivre. Trois parcours types – selon le degré d’exclusion du demandeur d’emploi - ont été définis, l'objectif étant de concentrer les moyens sur ceux qui en ont le plus besoin. Le Pôle emploi devrait aussi être beaucoup plus actif dans la prospection auprès des entreprises.
 

Cette fusion n’arrive pas seule. Elle intervient dans un contexte où le chantier de la réforme de la formation professionnelle s'ouvre avec la volonté affichée de concentrer les moyens sur les personnes les moins employables. Les décrets sur l’offre d’emploi raisonnable d'emploi ont été pour leur part adoptés.

 Par ailleurs, la négociation sur l’assurance-chômage s’ouvre parallèlement mercredi 15 octobre. C’est donc plusieurs chantiers qui ont été initiés simultanément. Ces mesures ont été pensées dans un contexte de baisse ininterrompue du chômage. L’impact de la crise financière – notamment sur l’économie réelle - se fait d’ores et déjà sentir : l’Unedic a indiqué qu’elle prévoyait 40 000 chômeurs supplémentaires en 2008. Signe qui ne trompe pas : les contrats aidés dont le nombre devait baisser dans le projet de budget 2009 sont à nouveau envisagés, même s’ils ne sont pas « une solution au problème du chômage » selon le premier ministre François Fillon. Interrogé sur RTL, il a indiqué que leur nombre pourrait augmenter « un peu » en 2009, pour servir d’amortisseur à la crise. Reste à connaître l’ampleur de cette dernière.
 
 
Christophe Bys 

 

Pour Annette Dubois du SNU Anpe, le principal syndicat de l’Anpe la fusion est mal préparée.

Si le ton est posé, la détermination est totale. Fusionner l’Anpe et l’ASSEDIC ce n’était pas la chose à faire pour la représentante du SNU. Au-delà du nouveau nom « qui [...] fait peu d’effet », elle s’inquiète de la dégradation des conditions de travail. En cause notamment : la rapidité des formations proposées. Les agents de l’Anpe apprendront l’indemnisation du chômage en 3 jours et ceux de l’Assedic seront initiés aux métiers du replacement en 7 jours.
Elle défend aussi le principe de deux organisations séparées pour indemniser et aider les demandeurs d’emplois dans leur démarche. Une vision corporatiste ? « Non, c’est l’intérêt des demandeurs d’emploi. Tout est fait pour qu’ils acceptent n’importe quel emploi au plus vite, même s’il n’a rien à voir avec leurs compétences ou leurs projets », s’indigne-t-elle, « Pour comprendre cela, il faut faire le métier au quotidien dans une agence ».
Parmi les bizarreries de la fusion, elle note que pour l’heure aucune garantie n’a été donnée sur « l’harmonisation des systèmes d’information ». De même, les différences de statuts entre les personnels des deux organismes aboutissent à des situations étonnantes :  « les salariés de l’Assedic ne travaillant pas le 2 janvier, on nous a demandé de prendre une RTT ce jour-là », explique-t-elle.
 
C.B.

 Lire aussi :

Assurance chômage : coup d'envoi des discussions sous hautes tensions

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8695 offres d’emploi en ligne

Fermer X