emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le salaire des diplômés des grandes écoles en hausse

 | par Gwenole Guiomard

Le salaire des diplômés des grandes écoles en hausse
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Selon l’enquête 2011 de la conférence des grandes écoles, le salaire de leurs diplômés 2010 est reparti à la hausse. La moyenne des rémunérations de ces jeunes gens atteint, en salaire d’embauche, 33 030 euros par an contre 32 006 en 2009. Les Franciliens sont toujours mieux rémunérés et les femmes toujours moins bien loties.

C’est un autre effet de la reprise du marché du travail pour les diplômés et les cadres : la hausse des salaires. La conférence des grandes écoles djoint sa pierre à l’édifice en publiant son étude 2011 sur ses diplômés. Niveau salaire brut par an, la CGE estime que les émoluments de ses diplômés (niveau Bac +5) a augmenté de plus de 1000 euros en un an. En effet, le salaire annuel brut moyen (hors prime) de ces jeunes gens a atteint, en 2010, 33 030 euros. La moyenne était de 32 006 euros en 2009.

Dans cette loterie de la rémunération, les jeunes « managers » issus des écoles de commerce perçoivent, en moyenne, plus que les jeunes ingénieurs. Les premiers ont touché, en 2010, en brut annuel et en moyenne, 34 270 euros alors que les ingénieurs ont dû se contenter de 32 540 euros. Dans ce monde des hyper diplômés, mieux vaut aussi être un homme qu’une femme. Tout au moins au niveau financier. En moyenne, les diplômés ont perçu 33 600 euros brut par an alors que les diplômées touchaient 31 770 euros. Mieux vaut aussi habiter en Ile-de-France (34 278 euros) que dans une autre région (30 059 euros). Le fin du fin est de travailler à l’étranger puisque le salaire annuel moyen avoisine les 38 443 euros. A noter enfin que ces moyennes salariales sont issues des déclarations des diplômés. Les spécialistes en rémunération, chargés de recrutement des entreprises en tête, estiment que ces émoluments sont souvent légèrement survalorisés par rapport à la réalité du terrain. Ces chiffres sont donc plus à prendre comme des tendances que comme des sommes précises à annoncer à un éventuel employeur.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X