emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le salaire des patrons en baisse

 | par Gwenole Guiomard

Le salaire des patrons en baisse
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Selon le rapport Proxinvest, le salaire des patrons du CAC 40 a baissé de 14 % entre 2008 et 2009. Leur salaire moyen était en 2009 de 3, 1 M€. Carlos Ghosn de Renault est le dirigeant le mieux payé. Un salaire dépassant le plafond du « socialement acceptable » selon Proxinvest.

C’est une baisse mais leur salaire reste confortable. En 2009, les patrons du CAC 40 ont perçu, en moyenne, 3,1 M€ contre 3,6 M€ en 2008 et 4,7 M€ en 2007. Ce sont les experts de Prowinvest qui le précise soulignant que ces rémunérations « n’excède donc plus leur plafond du socialement acceptable de 240 fois le SMIC (4,3 M€) et se compare à un total perçu par les autres premiers dirigeants de l’indice SBF 120 hors CAC 40 à 1,6 M€ (contre 1,8 M€ en 2007) ».

Les patrons exécutifs des plus grandes entreprises françaises sont donc moins gourmands qu’avant. Reste que l’écart avec la moyenne perçue par les autres dirigeants du SBF 250 est notable : un dirigeant du CAC 40 gagne presque cinq fois le montant reçu par un patron des 130 dernières capitalisations de l’indice.

 

71 177 € en moyenne et 54 904 € en médiane

Proxinvest pointe cependant une dérive du capitalisme français : la rémunération des présidents non-executifs. Ces derniers échappent au contrôle des assemblées générales et leurs rémunérations explosent.  « Ces rémunérations d’administrateur à caractère exceptionnel demeurent parmi les plus élevées en Europe avec 928 000 € pour le CAC 40 en 2009, juste après leurs voisins latins », précise l’étude de Proxinvest. Selon leurs calculs, les présidents français reçoivent quatre fois plus que leurs homologues allemands et néerlandais. A contrario, les administrateurs français du CAC 40, avec chacun 71 177 € en moyenne et 54 904 € en médiane, ressortent moins bien lotis que leur président et moins rémunérés que leurs homologues européens. Ils se situent au douzième rang des rémunérations sur les seize pays que comprend l’étude 2008 des 300 premières capitalisations européennes.

 

35% de fixe, 40% de prime

Pour Proxinvest, deux entreprises sont montrées du doigt en 2009. Il s’agit de la Société Générale, « dont les retraites et indemnités de départ des dirigeants, et au premier chef le PDG Frédéric Oudéa » auront été fortement critiquées. Le cas de Renault est aussi dénoncé avec la rémunération complémentaire « considérable » de son président Carlos Ghosn chez Nissan. La marque aux losanges avait avoué 1,2 M€ pour cette rémunération. Alors qu’elle était en fait d’environ 8 M€. Pour Proxinvest, Carlos Ghosn est le dirigeant le mieux payé de France et dépasse le plafond du socialement acceptable de 240 fois le SMIC (4,3 M€).

A noter enfin que les patrons s’appliquent une formule de rémunération comprenant 35% de fixe, 40% de prime et 25% d’incitation actionnariale à long terme.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8912 offres d’emploi en ligne

Fermer X