emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le secteur ne mise pas sur les salaires pour attirer les candidats

 | par 

Le secteur ne mise pas sur les salaires pour attirer les candidats
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Dans l’agroalimentaire, les rémunérations pour les fonctions commerciales et marketing sont sensiblement les mêmes que dans les autres secteurs. Pour les ingénieurs, on est un peu en dessous.

Les industries agroalimentaires ont la côte. Elles figurent régulièrement dans les classements Universum des étudiants ou des salariés avec Great place to work. Pourtant, ce plébiscite n’est pas dû aux conditions salariales. Le cabinet de recrutement Hays évoque une des « industries les moins attractives avec celle du textile et l’imprimerie ».

Il faut aussi nuancer. Selon l’Observatoire des ingénieurs, le salaire médian des ingénieurs travaillant dans ce secteur était en 2012 de 57 600 euros brut par an avec primes. C’est mieux que le salaire médian global des ingénieurs (55 000 euros bruts/an), mais nettement en dessous de celui des ingénieurs du oil and gaz (72 000 euros bruts/an) ou de celui des ingénieurs travaillant dans l’industrie chimique (70 000 euros bruts/an). Les fonctions qui paient le plus dans le secteur sont celles de la production. Selon l’étude de Hays, un ingénieur encadrant une équipe en production en région parisienne commence à 34 000 euros bruts par an hors variable (30 000 en régions) et gagnera jusqu’à 80 000 euros bruts par an s’il acquiert plus de 15 ans d’expérience. Pour les fonctions R&D et méthodes/process, on pourra espérer entre 30 000 et 35 000 euros bruts par an pour un jeune ingénieur débutant et jusqu’à 70 000 euros bruts annuels pour un ingénieur ayant plus de 15 ans de bouteille. 

Quant aux fonctions commerciales et marketing, il n’existe pas d’écarts sensibles avec les autres secteurs. Un directeur commercial gagne de 55 à plus de 130 000 euros bruts par an selon son expérience (de 5 à plus de 8 ans). La rémunération d’un directeur de marketing passe de son côté de 50 à plus de 120 000 euros bruts par an.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Office manager : qui sont-ils ?

Office manager : qui sont-ils ? 

[Publi-rédactionnel] “Chez MODIS, nous sommes convaincus que de la différence de chacun naît la réussite de tous ! ”

[Publi-rédactionnel] “Chez MODIS, nous sommes convaincus que de la différence de chacun naît la réussite de tous ! ”

Trop d’heures sup’ ne vous vaudra pas une promotion

Trop d’heures sup’ ne vous vaudra pas une promotion

J’ai décidé d’être heureux au travail!

J’ai décidé d’être heureux au travail!

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4654 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X