emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Le secteur privé attire les bac +2 comme les bac +5

 | par 

Le secteur privé attire les bac +2 comme les bac +5
Parmi les employeurs de rêve des étudiants issus de BTS, de DUT et de Licences professionnelles, Airbus arrive en deuxième position.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le groupe Universum a mené deux études sur les aspirations professionnelles des candidats issus de BTS, DUT et Licences professionnelles (1) et sur les grandes tendances de carrières des étudiants des écoles de commerce et d’ingénieurs (2).  Le secteur privé attire les deux profils.  

Parmi les employeurs de rêve des étudiants issus de BTS, de DUT et de Licences professionnelles, Airbus arrive en deuxième position.

Attirance pour les petites structures

Néanmoins, Universum constate une tendance, depuis deux ou trois ans, à voir apparaître des plus petites structures dans le classement des « entreprises de rêve » des bac +2 et bac +3. « Nous observons l’arrivée de licornes françaises comme Criteo, Parrot, Blablacar, Michel et Augustin ou encore Deezer, fait savoir Aurélie Robertet, directrice de France Universum. Leur positionnement dans le classement des Bac +2 est plus élevé que dans le classement effectué par les bac +5. »

Universum constate l’attirance des étudiants avec un niveau d’étude inférieur pour les petites structures », explique Aurélie Robertet. La taille des structures a davantage d’importance chez les bac +2 et 3 que chez les bac +5, notamment parce que leur projection dans l’entreprise est plus grande. « Ils vont accorder plus de crédit à l’ambiance, au respect des salariés, et être plus sensibles à des éléments financiers liés à la performance qui va, selon eux, être plus reconnue dans les petites structures », explique Aurélie Robertet.  Les entreprises de petite taille leur proposent plus d’agilité, un environnement de travail plus humain, qui va leur permettre d’impacter la vie et les missions de l’entreprise. 

Ces nouvelles aspirations s’expliquent aussi par la multiplication des plans de licenciements ou les restructurations affichés par les grandes structures. Les bac +2 et +3 se sentent moins en sécurité dans ces entreprises. « Cela entraîne une évolution des comportements, les jeunes sont en quête de sens », rapporte Aurélie Robertet. Aujourd’hui, ils valorisent l’environnement de travail, le développement personnel, l’impact dans l’entreprise. « Ils n’hésitent pas à poser des questions sur les horaires de travail, sur les avantages qui vont leur être accordés, et n’acceptent plus une organisation verticale du travail, explique-t-elle. Le rapport à l’autorité est différent d’il y a vingt ans. Ils ont envie d’avoir un rôle dans l’entreprise, d’être sollicités sur l’avenir de la société au même titre que leur manager. » Cette observation, générationnelle et mondiale, est liée à « l’esprit Google ».

Un marché en faveur des ingénieurs

Du côté des bac +5 et des ingénieurs,  qui souhaitent renforcer leur employabilité, l’observation est identique, avec cette tendance à vouloir aller vers des structures plus petites. Néanmoins, avec l’évolution de la situation économique du pays, qui affiche un retour à la croissance et un taux de chômage en baisse, les profils cadre savent que le marché est en leur faveur, que les entreprises vont les démarcher. « Tout ce qui est lié au package financier que peut offrir les entreprises gagne en importance », fait savoir Aurélie Robertet. La méritocratie, les responsabilités, les bonus, la performance deviennent déterminants dans le choix de poste des cadres. Les entreprises qui offrent des hauts salaires, comme dans le domaine de l’audit et du bancaire, sont des secteurs gagnants qui tirent bénéfice de cette évolution mais qui offrent aussi des conditions de travail alléchantes. « Nous observons clairement une progression flagrante des banques d’investissement, étrangères et des sociétés d’audit », conclut Aurélie Robertet.

(1)Universum a interrogé, via son enquête carrière en ligne, 2096 étudiants et 6004 expérimentés en France issus de filières DUT, BTS et Licences professionnelles, entre octobre 2016 et mai 2017, les étudiants ayant une moyenne d’âge de 21 ans et les expérimentés (au moins une année d’expérience professionnelle en entreprise) de 34 ans.

(2) 37 902 étudiants de Grandes écoles de commerce et d’Ingénieurs en France ont répondu en 2018.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

« Le marché de l’emploi est très dynamique »

« Le marché de l’emploi est très dynamique »

Les travaux publics recrutent à tout va en Ile-de-France

Les travaux publics recrutent à tout va en Ile-de-France

« Chez Egis, 90 % de la conception de nos ouvrages seront en BIM d'ici à 2020 »

« Chez Egis, 90 % de la conception de nos ouvrages seront en BIM d'ici à 2020 »

Les entreprises de taille moyenne affichent les prévisions d’embauche les plus favorables

Les entreprises de taille moyenne affichent les prévisions d’embauche les plus favorables

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

489 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X