emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Le télétravail plait aux salariés, pas aux patrons

 | par Lucile Chevalier

Le télétravail plait aux salariés, pas aux patrons
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Il y a deux semaines, le Premier ministre Manuel Valls affichait son ambition de développer en France le télétravail. De quoi séduire les électeurs, enfin surtout les salariés. Beaucoup moins les managers et patrons. C’est un sondage Syntec numérique – Odoxa sur le sujet qui le précise.

 

C’est devenu un consensus : le télétravail permet de diminuer bouchons et autres pics de pollution. Il facilite aussi une redistribution des emplois sur le territoire. Il améliore enfin la qualité de vie des salariés et donc des dirigeants. C’est peu ou prou, les arguments qu’exposa Manuel Valls le 13 mars dernier pour annoncer son « plan national de déploiement du télétravail ». Plan qui devrait être formalisé courant 2016. Il n’était pas utile de trop remplir la barque pour séduire les électeurs.

 

Les bienfaits

Car les salariés français plébiscitent aussi le télétravail. C’est du moins ce que nous apprend la dernière étude de Syntec Numérique et Odoxa sur le sujet. 59 % des sondés souhaiteraient faire du télétravail. 28 % se contenteraient d’un jour de temps en temps. 31 % préfèreraient plusieurs jours par semaine. Les cadres sont les premiers partisans de ce mode de travail, car 71 % d’entre eux signent, dès demain, si leur entreprise le leur propose. Même chose pour les salariés franciliens. 63 % sont près à se porter volontaires. Il n’est pas difficile de les comprendre quand on sait que près d’un tiers des salariés d’Ile-de-France passe entre une et deux heures par jour dans les trajets entre leur domicile et leur travail. Le télétravail les changerait du métro, boulot, dodo du moins de temps en temps.

C’est vrai pour eux, mais c’est également le cas pour les salariés des autres régions. Pour eux, tout est bon dans le télétravail. Il ouvre la voie à un meilleur équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée (cité par 48 % des sondés). Il réduit le temps passé dans les trajets (cité par 46 % des sondés). Il permet, enfin, de faire des économies sur les trajets et la nourriture (36 %).

 

Le management par le présentéisme

Bref avant même l’annonce de Manuel Valls, les salariés étaient convaincus. Les patrons et managers en revanche le sont beaucoup moins. Pour eux, un salarié qui travaille est un salarié présent. C’est du moins ainsi que les salariés sondés par Syntec numérique et Odoxa l’interprètent. Plus de la moitié d’entre eux (52 %) déclarent que le principal frein au développement du travail à distance vient du « manque de confiance globale à l’égard des salariés dès lors que l’entreprise ne peut pas vérifier heure par heure à quoi ils consacrent leur travail ». Plus d’un quart des salariés (28 %) parle du « refus de principe du management d’accepter le télétravail ». Seulement 38 % des sondés avancent comme frein « l’impossibilité matérielle de ces entreprises à permettre le télétravail par la nature de leur métier ». Bref, ce serait plus une question de culture d’entreprise que de moyens.

C’est surtout là-dessus que devra tâcher de travailler l’exécutif pour atteindre son objectif : rattraper le retard français sur la plupart des autres pays européens. La marge de progression est importante. En France seulement un peu plus de 12 % de salariés bénéficient du télétravail, c’est à-dire travaillent à distance au moins 8 heures par mois. Dans les pays anglo-saxons et scandinaves, on est plus sur une échelle allant de 20 % à 35 % de télétravailleurs.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Première édition du baromètre des soft skills

Première édition du baromètre des soft skills

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8695 offres d’emploi en ligne

Fermer X