emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les 5 questions type d’un entretien d’embauche

Les 5 questions type d’un entretien d’embauche
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Comment vous décririez-vous ? Pourquoi voulez-vous travaillez chez nous ? Un entretien d’embauche est un exercice avec ses passages obligés, ses questions types. Pour ne pas sécher, voici un entraînement en 5 questions.

Un entretien d’embauche, c’est entendu, se prépare. Il ne s’agit pas seulement de plonger dans la documentation sur l’entreprise, il faut aussi anticiper. Où vous voyez-vous dans 5 ans ? Pourquoi désirez-vous quitter votre employeur actuel ? Ces questions ont toutes les chances de vous être posées. Alors autant se préparer. Pour ne pas sécher, ou tomber dans la dangereuse improvisation, voici un exercice avec 5 questions classiques.

 

Mettre en valeur ses compétences

Tout l’intérêt d’un entretien d’embauche est de connaître un peu mieux le candidat. Vous n’y couperez pas. Le recruteur vous demandera, souvent en guise d’introduction, de parler de vous. Et « vous », dans ce cas précis, est le « vous » professionnel, le « vous » qui postule pour un poste. Pas de grande harangue sur votre vie passionnelle avec votre chien ou le résumé de vos dernières vacances à la montagne. Le recruteur cherche à savoir ce que vous pouvez apporter à l’entreprise. Il s’agit donc de mettre en valeur ses compétences, son expérience et les réalisations qui pourraient être utiles pour le poste convoité. Cette question est, en général, posée au début de l’entretien. Il faut donc être court et accrocheur. Il ne faudrait pas endormir l’interlocuteur, l’entretien à peine lancé.

 

Connaître l’entreprise sous le bout des doigts

Ensuite, le recruteur, voudra comprendre votre démarche. Ce qui vous a motivé à postuler pour ce poste au sein de cette entreprise. Il faut ici montrer que le choix est réfléchi. Le côté « il y avait de la lumière alors je suis rentré » ou « cela fait tellement longtemps que je suis au chômage alors j’ai vraiment envie de retourner sur le marché de l’emploi » sont à bannir. Non, c’est l’entreprise qui vous a séduit. Elle vous a charmé et donc vous avez voulu en savoir plus. Il s’agit ici de montrer que vous vous êtes documenté, que vous savez où vous poser les pieds. Il faut avoir surfer en profondeur sur le site de l’entreprise : connaître sa stratégie, ses projets, son actualité. Plus vous la connaissez, plus vous aurez des arguments pour démontrer que vous êtes le candidat idéal.

 

Ni trop disert, ni langue de bois

« Quel est votre principal point faible ? » La question n’est pas facile. Soit le candidat joue franc jeu et décline une montagne de défauts qui hypothèquent ses chances pour le poste. Ou à l’inverse, il joue la langue de bois, en donnant un faux défaut comme « je suis trop perfectionniste » et n’apparaît pas sincère ou, pire, prétentieux. «  Considérez cette question comme une chance de montrer que vous savez qui vous êtes, que vous êtes sincère et enclin à résoudre les problèmes. Citez un domaine dans lequel vous pouvez vous améliorer et mettez en avant les mesures que vous avez prises dans ce but », recommande Gaëlle Marre, directrice associée d’Office Team, division du cabinet de recrutement Robert Half, spécialisée dans les métiers de l’assistanat. Par exemple : « Au cours de mon parcours, j’ai pu me poser la question du comment avancer plus vite tel projet. Par la lecture d’ouvrage sur la gestion du temps, en me fixant une liste de priorités, j’ai pu considérablement avancé sur ce point. »

 

Un candidat ambitieux et réaliste

Et dans « 5 ans, où vous voyez-vous ? ». Il faut montrer que vous êtes ambitieux et réaliste à la fois. Le cabinet Office Team déconseille ainsi d’avoir les yeux plus gros que le ventre et de s’accrocher à « un objectif inaccessible, en proclament fièrement, par exemple, que l’on compte devenir directeur financier de l’entreprise alors que l’on postule à un poste d’assistant du directeur financier ». En 5 ans, c’est difficilement jouable. Le recruteur vous considérera alors au mieux comme un doux rêveur, au pire comme un imbécile. Bref, il faut des objectifs raisonnables et montrer que vous mettrez les moyens en œuvre pour y arriver.

Enfin, nous arrivons au bout de l’exercice avec cette dernière question : « pourquoi souhaitez-vous quitter votre employeur actuel ? » Attention, cette question est un piège. Il ne faut en réalité pas parler de son « employeur actuel » et surtout ne pas l’accabler. Vous ne quittez pas votre employeur actuel, vous avez surtout un désir profond de rejoindre cette nouvelle entreprise. Vous répétez, ici, ce qui vous plaît dans le poste que vous convoitez.

Lucile Chevalier

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8069 offres d’emploi en ligne

Fermer X