emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans l'industrie, Travailler dans l'industrie, Les salaires dans l'industrie

Les 6 raisons d’intégrer le secteur aéronautique

 | par 

Les 6 raisons d’intégrer le secteur aéronautique
L’aéronautique est en pleine mutation avec la possibilité, pour les salariés, de se former et de développer de nombreuses innovations technologiques.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’aéronautique embauche. Le secteur propose de très nombreux métiers avec des possibilités de travailler à l’international. Il permet aussi des carrières variées et il est d’une grande stabilité.

 

L’aéronautique est un secteur béni des dieux. Il cumule les raisons pour y postuler, pour y progresser et pour passer une large partie de sa carrière. Voici les 6 raisons d’y travailler.

 

1/ Le secteur embauche

« L’aéronautique est un secteur qui continue de recruter, précise Thierry Baril, le directeur général des ressources humaines d’Airbus Group et d’Airbus. Au sein de notre entreprise, nous sommes actuellement en phase de stabilisation de nos effectifs, mais planifions tout de même d’embaucher plus de 1 000 salariés en France au cours de l’année 2016. »

 

2/ Il offre des opportunités variés

Le groupe Thales, selon son DRH David Tournadre, « offre des opportunités variées et multiples avec, en France, pour 2016, le recrutement de 2 000  CDI, 1 800 alternances, 2 000 stages et encore une centaine de VIE. Tout cela dans  un environnement en croissance.  Idéal pour débuter sa carrière, non ? »

 

3/ Il sera en croissance pour au moins 10 ans

Le secteur, selon toutes les prévisions, restera en croissance pour les 20 prochaines années avec une multiplication par 5 du nombre de passagers à l’horizon 2035. Le secteur devrait donc poursuivre des recrutements que le Gifas (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales regroupant 366 sociétés) estime, pour 2016, à 10 000 dans l’année. « C’est un secteur ultra stratégique pour la France et l’Europe, poursuit Romain Doutre, senior manager de la division ingénieur et supply chain/achat pour Robert Walters. Pas question, pour les pouvoirs publics, de voir ce secteur s’étioler. Il ne peut pas non plus s’écrouler du jour au lendemain. Les commandes d’aujourd’hui seront livrées dans 5 à 10 ans. Cela entraine une situation pérenne et sécurisante pour les salariés ».

 

4/ C’est un secteur de passion…

« C’est aussi un secteur de passion, une activité qui fait rêver tout en étant à la portée de tout le monde, ajoute Laurent Couppechoux, responsable de la communication et de la commercialisation du CFA des métiers de l’aérien formant des diplômés du niveau CAP à celui du BTS aéronautique. L’aéronautique a pour ambition de transporter de plus en plus de passagers dans des avions de moins en moins bruyants et de moins en moins polluants. Les salariés vont donc participer aux mutations technologiques, aux enjeux écologiques avec l’arrivée des moteurs électriques, des panneaux solaires ».

 

5/ … Avec de nombreux métiers en tension

Très attractif, le secteur éprouve des difficultés à embaucher certains spécialistes. Les employeurs ont, ainsi, du mal à trouver des techniciens en maintenance, des assembleurs monteurs, des spécialistes du traitement de surface. Tout le monde a sa place. Mais, « pour emprunter la voie royale, je conseillerai de débuter par la production, précise Laetitia Missillier, consultante en recrutement spécialisé en ingénierie et industrie pour le cabinet de recrutement Hays. Puis, d’intégrer le management comme chef d’équipe, responsable de production, responsable des opérations puis directeur du site ».

 

6/ Le secteur paye correctement

En début de carrière, les ouvriers aéronautiques sont payés environ 22 000 à 24 000 euros brut par an. Les Bac +2 seront, eux, rémunérés de l’ordre de 26 000 euros brut par an. « Alors que les ingénieurs vont percevoir, toujours comme jeune diplômé, entre 2 000 et 2500 euros net par mois (de 29 000 à 36 000 euros brut par an) et ils peuvent terminer leur carrière avec 6 000 à 8 000 euros net par mois (85 000 à 115 000 euros brut par an) », explique Philippe Tichadelle-Jué, le président de l’association des anciens de l’école d’ingénieurs Enac (Enac-Alumni).

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

656 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X