emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les augmentations individuelles se généralisent

Les augmentations individuelles se généralisent
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
78 % des cadres et 64 % des non cadres ont bénéficié en 2012 d’augmentation individuelles. Des chiffres en hausse par rapport à 2011, souligne le cabinet Altedia dans son enquête sur les rémunérations.

Les enquêtes de rémunérations des cabinets se succèdent en cette rentrée. Toutes ont le même constat : les entreprise tentent de maintenir le pouvoir d’achat de leurs salariés, mais restent très prudentes. Ainsi, aucune des 350 sociétés interrogées* par le cabinet Altedia n’a déclaré avoir gelé les budgets d’augmentation. Mais on est loin des niveaux d’avant crise. Pour les cadres, les budgets d’augmentations générales de 2012 sont en hausse de 1,40 %, et celui des augmentations individuelles de 2,16 %. Concernant les non cadres, le budget d’augmentations générales progresse de 1,60 %, et celui des augmentations individuelles de 1,32 %. Et pour 2013 ? Prudence, prudence. « Les entreprises du panel prévoient un budget global d’augmentation de 2,36 %, ce qui n’est que très légèrement supérieur à l’inflation de septembre 2012 (2,1 %) », pointe le cabinet.

 

Tendance à l’individualisation des rémunérations

Signe également de la prudence des entreprises : en ces temps de crise, les augmentations individuelles, conditionnées à la performance individuelle du salarié, progressent et cela même chez la population non cadre.  En 2012, 88 % des entreprises ont versé des augmentations individuelles pour leurs salariés cadres, contre 78 % en 2011. 78 % des cadres en ont bénéficié (contre 72 % en 2011). Pour les non cadres, Altedia observe « depuis plusieurs années une augmentation constante du nombre de sociétés versant des augmentations individuelles aux non cadres ». Ainsi 79 % des entreprises sondées leur en ont versé en 2012 (contre 77 % en 2011). Et 64 % des non cadres en ont bénéficié (contre 52 % en 2011).

 

Le salaire de base augmente

Pour préserver le pouvoir d’achat des salariés, dans un contexte de crise où il est parfois compliqué d’atteindre les objectifs, le cabinet observe que la part du salaire de base dans le package de rémunération progresse. « En 2012, pour les cadres comme pour les non cadres, le salaire de base a augmenté un peu plus fortement que les primes variables (bonus, intéressement et participation) » note Altedia. 72 % des entreprises ayant un accord ont versé de l’intéressement en 2012. Le montant médian de ce dernier pour les cadres atteint les 2 495 euros et 1 836 euros pour les non cadres.

Lucile Chevalier

* 350 entreprises oeuvrant dans 7 secteurs d’activité (Industrie, Grande consommation, Assurance, Banque/Crédit, Informatique, Transport & Logistique, Institutions de retraite et prévoyance, ont été interrogées courant septembre.

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X