emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

« Les femmes doivent davantage se mettre en valeur »

 | par Laure Martin

« Les femmes doivent davantage se mettre en valeur »
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Ancienne banquière, Claire Cailhol est devenue artiste-mouleur en 2011. Après avoir monté son entreprise, elle a décidé, afin de ne pas rester seule dans son entreprenariat, de monter son réseau de franchise. 

Après avoir été banquière, Claire découvre l’art du moulage. Elle se forme à Paris puis ouvre sa boutique de dépôt-vente pour enfant, à Antibes, où elle développe sa clientèle pour le moulage 3D. Lorsque son mari est muté à Paris, elle décide de se former à d’autres techniques afin de savoir mouler toutes les parties du corps.
 
« J’ai ensuite créé mon entreprise mais je ne voulais plus être seule dans mon entreprenariat », indique-t-elle, avant d’expliquer : « Je ne trouvais aucun réseau où mes problématiques étaient évoquées en tant qu’artiste notamment tout ce qui concerne la charge de la matière première, le choix des fournisseurs. » Le coût de la matière première étant élevé, elle ne parvient pas à adapter son prix de vente au prix d’achat que sa clientèle est prête à investir. « Ce n’était pas rentable toute seule, souligne-t-elle. Pour entreprendre sérieusement, il faut être en réseau. J’ai donc eu l’envie et le besoin d’entreprendre à plusieurs. » 
 

Un modèle économique exportable

 
Pour développer sa franchise, elle monte un modèle économique. « Je me suis appuyée sur le développement de ma propre entreprise, sur mon plan d’action de trésorerie, mon plan commercial, pour monter ce projet, rapporte-t-elle. Il est vrai que mes études initiales dans le commerce m’ont beaucoup aidée à monter le projet. Je n’aurais certainement pas eu cette réflexion sinon. »
 
Depuis maintenant quatre ans, Sceptine and Co, l’atelier du moulage, est monté. Claire travaille également au développement d’une deuxième marque, Révèle-moi, moulage corporel, davantage centré sur le luxe (moulage en bronze, verre et joaillerie), lancée début 2020, qui fait également partie du réseau. 
 

Déploiement du réseau

 
Pour développer sa franchise et gagner en visibilité, Claire investit dans la communication et organise une campagne de crowdfunding pour participer au Salon du bébé à Paris. « A partir de là, les candidates sont venues à moi pour rejoindre mon réseau. » Aujourd’hui, dix franchises portent le nom de Sceptine and Co. « Je suis accompagnée par un comptable, un avocat, une assistante et une conseillère en franchise pour le recrutement, mais le travail n’est pas facile, reconnaît Claire. J’ai formé les personnes à la technicité du moulage mais aussi à la gestion de l’entreprise et à la gestion commerciale de l’entité. Ouvrir un réseau de franchise, ce n’est pas uniquement donner son nom. Il faut faire en sorte que le réseau fonctionne. »
 
En trois ans, six à sept franchises ont été ouvertes annuellement et deux à trois ont fermé tous les ans. « Beaucoup de jeunes femmes - car bien que je sois ouverte aux hommes, ma franchise n’est composée que de femmes - n’ont pas bien mesuré ce que signifie être entrepreneure. Il faut avoir de l’argent de côté pour pouvoir lancer l’entreprise. Les gens ne se rendent pas toujours compte de la dimension financière et du temps d’implication que cela demande. »
 
Car au-delà du métier manuel, il faut apprendre le métier d’entreprendre et « comprendre les plans de trésorerie ainsi que les comptes de résultats », prévient Claire. Et de poursuivre : « Certaines femmes ont des difficultés à se mettre en valeur. Dans nos mots, nous participons à renvoyer une image mal valorisée des femmes. Elles disent tout le temps qu’elles ont monté ″une petite entreprise″, qu’elles font des ″petites choses″. Non ! Ce n’est pas possible ! Si elles agissent comme tel, cela contribue au fait qu’elles peuvent avoir des difficultés à trouver des clients. » 
 

Valoriser ses franchisées

 
Claire doit donc les mettre en valeur en permanence. « C’est une problématique à laquelle je n’avais pas pensé, reconnait-elle. Il faut gérer l’aspect psychologique de la femme qui entreprend et le manque de confiance en elle. Je ne l’avais pas anticipé car je n’en souffre pas personnellement. Mais j’ai constaté que c’est très récurrent dans mon réseau. »
 
Heureusement, elle aime transmettre. « Je n’aurais pas pu être franchiseur sinon. » Claire propose une formation à la technique artistique et une formation en gestion une fois par an. « Une fois par mois, j’échange avec chaque entité pour savoir qu’elles sont les problématiques qu’elles rencontrent. » Elle se fait accompagner bénévolement par le Réseau initiative, car elle maintient « qu’il ne faut pas entreprendre seule ».
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Les profils cadres experts restent confiants malgré la crise

Les profils cadres experts restent confiants malgré la crise

38% des entreprises gèlent leurs recrutements tech

38% des entreprises gèlent leurs recrutements tech

Digital Learning Manager : un métier d'avenir

Digital Learning Manager : un métier d'avenir

Chaînes Logistiques et Industrie du Futur : Grenoble INP lance un nouveau certificat de compétences

Chaînes Logistiques et Industrie du Futur : Grenoble INP lance un nouveau certificat de compétences

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1727 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X