emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les femmes peinent plus que les hommes à s’insérer sur le marché du travail

Les femmes peinent plus que les hommes à s’insérer sur le marché du travail
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Elles comptent aujourd’hui pour près de la moitié de la population active et pourtant les discriminations restent vivaces. Difficultés d’insertion, sous-emploi et manque de reconnaissance sont encore le lot des femmes au travail, souligne la dernière étude du CESE.

Aujourd’hui, en France, 13,5 millions de femmes sont sur le marché du travail. Elles comptent pour 48 % de la population active. Un grand progrès. Il y a un demi-siècle, au début des années 1960, seulement 6,6 millions de femmes étaient répertoriées comme actives contre 13,2 millions d’hommes. Le développement du salariat a contribué à asseoir leur place sur le marché de l’emploi et aussi à les rendre plus visibles. Et aussi, au fur et à mesure du temps, elles sont devenues de moins en moins nombreuses à se retirer du marché du travail quand un enfant arrivait. « Au début des années 1960, le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans se situait autour de 40 %. A l’âge d’élever leurs enfants, quatre femmes sur dix seulement étaient présentes sur le marché du travail. En 2010, ce taux dépasse 85 % », souligne l’étude du Conseil économique, social et environnemental publiée la semaine dernière sur « Les femmes éloignées du marché du travail ». Attention, toutefois à ne pas crier victoire trop vite. Les femmes ont certes réussi à s’imposer sur le marché du travail, toutefois les freins et discriminations perdurent, comme le pointe le CESE.

 

Décrocher un job

Et cela commence dès le départ. Une étude de l’Insee citée ainsi dans le rapport avait ainsi révélé que « les femmes peu diplômées, qu’elles aient ou non des enfants, peinent davantage que leurs homologues masculins  à trouver un emploi et à l’exercer à temps plein ». En 2011, entre 20 et 29 ans, le taux d’emploi en équivalent temps plein des hommes sans aucun diplôme atteint les 52 % contre 29 % pour les femmes dans la même situation.

 

Trouver un CDI à plein temps

Une fois l’emploi trouvé, diplômées ou pas, la vie n’est pas plus douce pour les femmes. Ces dernières sont en effet plus souvent recrutées en CDD que les hommes. « Pour les moins de 30 ans, le taux d’entrée sur le marché du travail en CDD des femmes est supérieur de 62,7 points à celui des hommes. Pour les 30-49 ans, il est de 11,7 points supérieur et l’est encore de plus de 10 points pour les 50 ans et plus » avait montré la Dares dans son étude de 2012 sur « les mouvements de main-d’œuvre en 2011 ». Sans compter que le travail partiel subi est en général plus le lot des femmes que des hommes. Fin 2011, ainsi, près de 1,6 million de personnes étaient en situation de sous-emploi, et parmi elles, 76 % sont des femmes.

La féminisation du marché du travail s’est également accompagnée d’une forte sectorisation. Autrement dit « les 21 professions les plus ‘féminisées’ concentrent 71 % des femmes alors que les 21 les plus ‘masculinisées’ ne regroupent que 50 % des femmes », pointe le CESE. Et les professions où les femmes sont majoritaires ne sont pas nécessairement celles où les salaires sont les plus hauts, où les emplois sont de qualité. En 2010, les femmes comptaient pour plus de 95 % des effectifs dans 3 métiers peu qualifiés de services aux particuliers (assistantes maternelles, aides à domicile, employées de maison) et pour plus de 70 % parmi les agents d’entretien. « Ces métiers dits ‘féminins’ sont souvent associés à deux caractéristiques. D’une part, la proportion des personnes travaillant à temps partiel y est très significative et d’autre part, il s’agit majoritairement d’emplois peu qualifiés », indique l’étude du CESE.

 

Être légitime à occuper un emploi

Des progrès restent donc à faire en matière d’insertion des femmes sur le marché du travail, mais aussi sur les mentalités. Même si les femmes comptent aujourd’hui pour la moitié des actifs, elles ne sont pas toujours vues comme légitimes à occuper un emploi. Une étude de l’Insee publiées en mars 2011 pointait qu’une personne sur 4 pense qu’en période de crise économique, les hommes devraient être prioritaires pour trouver un emploi. Petit espoir. Chez les jeunes générations, les 20-24 ans, cette opinion n’est partagée que par 10 % d’entre eux.

Lucile Chevalier

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

1 Français sur 2 souhaite avoir recours au télétravail complet

1 Français sur 2 souhaite avoir recours au télétravail complet

Conflits au travail, cinq cas à résoudre

Conflits au travail, cinq cas à résoudre

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

4 recommandations pour mieux manager à distance

4 recommandations pour mieux manager à distance

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4912 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X