emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans l'industrie

Les industries agroalimentaires recrutent et le font savoir

 | par Gwenole Guiomard

Les industries agroalimentaires recrutent et le font savoir
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les industries agroalimentaires ont mauvaise image. Pour s’en départir, elles communiquent. Leur observatoire des métiers et des qualifications (Observia) propose désormais des études pour attirer les candidats. Il y a urgence car, en 2010, le secteur recrutera 17 000 personnes.

Cela ne pouvait plus durer. Pendant des années, les industries agroalimentaires ont traîné une réputation désastreuse. Celle de métiers aux conditions de travail difficiles. Tout cela, c'est fini. Lors d’un colloque organisé le 4 novembre sur le thème « l’emploi dans les industries alimentaires, aujourd’hui et demain », c’est, peu ou prou, le message qu’a voulu faire passer Observia, l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications des industries alimentaires.

« Nous avons effectivement une mauvaise image, a convenu Jean-René Buisson, le président de l’Ania (Association nationale des industries alimentaires). Cela explique nos problèmes de recrutement. On voit les industries agroalimentaires comme un secteur travaillant dans le froid, dans des conditions pénibles ». Des études d’Observia confirment ce désamour. Selon un sondage, 70 % des jeunes de 13 à 18 ans ne souhaiteraient pas travailler dans les IAA et 90 % ne connaissent pas leurs métiers. Pire : seuls 12 % d’entre eux choisiraient le secteur pour y débuter. Après le bâtiment, c’est le plus mauvais scores des industries.

L'Ania, mais aussi les partenaires sociaux, ont donc créé en 2006 un observatoire. C’est une bonne nouvelle et un indicateur de l’intérêt du secteur pour ses salariés. A titre de comparaison, l' observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance, une référence en France, a été lancé le 4 février 1997… Désormais les IAA vont donc s’intéresser à leurs salariés. Ainsi, Observia a pour mission d’« assurer une veille sur l’emploi et produire des études sur les 8 500 entreprises et les 280 000 salariés de notre périmètre (1) », a précisé Christian Crétier, son vice-président et membre de l’organisation syndicale Force ouvrière. A l’heure où la guerre des talents s’annonce sévère, la profession veut recruter et fidéliser une main d’œuvre qualifié. Fini le temps où l’Ania ne connaissait pas ses besoins en personnel d’une année sur l’autre, ses attentes en jeunes diplômés ou les compétences recherchées.

 28 000 à 36 000 postes à pourvoir d’ici 2015

Devant une centaine de convives, Jean-Pierre Geneslay, le président d’Observia (il est issu d’Alliance 7, un regroupement de 10 syndicats d’employeurs), Caroline Cohen, la chargée de mission et Christian Crétier de Force ouvrière, ont donc expliqué ô combien il était « passionnant » de travailler dans les IAA. « Ce sont des métiers très évolutifs, a commenté Caroline Cohen. C’est le cas de deux métiers sur trois ». La jeune femme a aussi tracé un portrait robot des différentes familles professionnelles des IAA. Elle en a compté 9 allant de la production (50 % des effectifs), à la logistique (13 %) en passant par les achats-vente (11,3 %) ou la recherche et développement… Elle a aussi dénombré 46 principaux métiers. Pour elle, les métiers des IAA sont particulièrement « diversifiés, avec de nombreux débouchés. Il y a 28 000 à 36 000 postes à pourvoir d’ici à 2015 et 17 000 rien qu’en 2010 ».

Pour reconquérir le cœur du public et des futurs candidats, Observia met aussi en avant l’opération « Ensemble, nourrissons notre avenir ». La volonté des IAA est que 1 000 entreprises de la branche fournissent 100 000 stages-découvertes en 2009, période obligatoire pour les élèves de 3 e. Pour tous les candidats, la profession et les enseignants, Observia a aussi développé un site très bien fait où les études de l’observatoire sont publiées. Il s’agit d’analyses assez courtes sur l’attractivité des métiers des IAA auprès des jeunes, d’une cartographie des métiers ou d’une vision de l’avenir des métiers des IAA. Observia étudiera aussi dans les prochains mois la situation du rapport hommes-femmes dans la branche ou la place des handicapés dans le secteur.

Contestation syndicale

En préambule à la réunion,la Fédération nationale agroalimentaire et forêt-CGT a distribué un trac stigmatisant le rendez-vous et rappelant que ces grandes messes ne devaient pas cacher le principal problème de la profession : ses faibles rémunérations. Cela a un peu gâché la fête. D’autant plus que la Centrale a mis le doigt là où cela fait mal en dénonçant les salaires des IAA, en moyenne, de 20 à 30 % moins élevés que ceux des autres industries. Enfin, il est encore à rappeler qu’Observia est un observatoire paritaire où siège la… CGT. La présidence et la vice-présidence de l’observatoire sont, dans ce cadre, assurées alternativement par un représentant des organisations syndicales représentatives des salariés et un représentant des organisations syndicales d’employeurs. Cela promet de futurs conseils d’administration… plutôt vivants. Qui a dit que l’agroalimentaire proposait des carrières trop sages ?

(1)   La branche professionnelle emploie 412 500 personnes et Observia en analyse 280 000.

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

507 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X