emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les jeunes femmes diplômées, premières (et seules ?) victimes de la crise

 | par Lucile Chevalier

Les jeunes femmes diplômées, premières (et seules ?) victimes de la crise
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les diplômés des grandes écoles s’insèrent toujours plutôt facilement sur le marché de l’emploi. L’enquête de la conférence des grandes écoles 2014 le précise. Les salaires baissent légèrement par rapport à l’an dernier. Les femmes sont les plus concernées par la crise.

6 mois après leur sortie, plus de 8 diplômés des grandes écoles étaient en poste, annonce la dernière enquête de la Conférence des grandes écoles. Le taux net d’emploi exact est de 80,5 %. Bref, pas de quoi vraiment dramatiser. Certes, c’est un peu moins bien que l’an dernier. 6 mois après leur sortie, 81,5 % des diplômés de la promotion 2012 étaient en poste. La part des CDI a également légèrement baissé (75 % contre 76 % l’an dernier), ainsi que les salaires (35 544 euros bruts en moyenne par an avec primes contre 35 771 euros bruts l’an dernier). Même chose pour la part des anciens diplômés ayant obtenu dès leur premier emploi le statut cadre. L’an dernier, 87 % des diplômés des grandes écoles avaient ce statut contre 85 % des diplômés de la dernière promotion.

 

Les caprices de la crise touchent surtout les femmes

En revanche, il est beaucoup plus inquiétant de constater que le fossé entre les hommes et les femmes se creusent. Ces dernières ainsi décrochent moins facilement que les hommes un CDI. 72,3 % des hommes ingénieurs étaient en CDI 6 mois après leur sortie contre 59,9 % de leurs collègues féminines. Même chose du côté des diplômés des écoles de commerce : 60,2 % des hommes en CDI contre 56,8 % des femmes. Elles ont aussi moins souvent le droit au statut cadre : 91 % des ingénieurs hommes ont ce statut contre 82 % des ingénieures. 81 % des managers de sexe masculin sont des cadres contre 74 % de leurs collègues féminines. Avec les salaires, la boucle est bouclée. Alors que les ingénieures gagnent en moyenne 34 782 euros bruts annuels avec les primes, les ingénieurs eux touchent 36 839 euros bruts par an. Les managers gagnent plus, surtout les hommes (37 430 euros bruts par an avec primes contre 35 308 euros pour les femmes). Pour résumer, les caprices de la crise touchent surtout les femmes.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

4 recommandations pour mieux manager à distance

4 recommandations pour mieux manager à distance

Télétravail : attention aux mauvaises postures !

Télétravail : attention aux mauvaises postures !

Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat : y avez-vous droit ?

Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat : y avez-vous droit ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4360 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X