emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les managers français sont réticents au changement

Les managers français sont réticents au changement
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Contrairement à leurs voisins européens, les managers français goûtent très peu les réorganisations au sein de leur entreprise, d’après une étude du cabinet de conseil Mercuri Urval.

Réorganiser les équipes de travail, adapter les outils, développer un nouveau segment d’activité, les entreprises muent, chaque année. En France, 78 % des entreprises ont connu en 2010 ce type de processus. C’est le pays qui a le plus la bougeotte dans le domaine, d’après une étude réalisée par le cabinet de conseil Mercuri Urval auprès de 800 managers issus de 8 pays européens*. En Italie, l’an dernier, 70 % des entreprises ont été concernées par les processus de changement, 62 % en Espagne et 49 % en Allemagne.

Les managers français familiers des réorganisations devraient être à l’aise avec la pratique. Et pourtant non, ils regardent tout changement avec méfiance. 41 % d’entre eux seulement sont satisfaits de ces réorganisations contre une moyenne générale des 8 pays de 60 % des satisfaits. En Allemagne et aux Pays-Bas, le taux de satisfaction atteint même les 73 %.

Moins d’un managers français sur 3 (29 %) estime que participer pleinement à la conduite d’un changement constitue une opportunité professionnelle. Alors même que cette pensée est largement partagée par les managers allemands (95 %), italiens (94 %) et espagnols (87%).

Pourquoi une telle méfiance ? D’après le cabinet de conseil Mercuri Urval, les managers affichent leur réticence tout simplement parce qu’ils s’y prennent mal. Le Français veulent construire Rome en un jour. « A la différence des autres pays européens qui fixent un nombre très limité de buts à atteindre, les managers français ont tendance à multiplier les objectifs des opérations de changement qu’ils impulsent », pointe l’étude. La barre est haute, et la chute ne peut être qu’importante. Hubert L’Hoste, directeur chez Mercuri Urval France leur adresse, en conclusion, un petit conseil : « les résultats de cette étude montrent que les managers français obtiendraient de meilleurs résultats en ciblant et en réduisant les ambitions de leur projets de conduite de changement. Ils généreraient moins de déception et de frustrations au sein de leurs équipes. »

 

Lucile Chevalier

 

* Etude réalisée en Autriche, Allemagne, Belgique, Hollande, Italie, Espagne, France, Suisse.

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7725 offres d’emploi en ligne

Fermer X