emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les managers restent positifs malgré la crise

Les managers restent positifs malgré la crise
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les managers ne se laissent pas abattre, selon le baromètre des managers de CSP Formation. Dans un contexte de crise, ils gardent un état d’esprit positif même si tout n’est pas rose.

Les cadres ne se laissent pas abattre. « Malgré la crise et l’incertitude ambiante, les managers français sont positifs » constate CSP Formation. C’est du moins l’un des enseignements que retire l’organisme de formation professionnelle de son baromètre des managers*. En effet, 39 % des managers se disent « enthousiastes », près de 20 % « sereins » et plus de 11 % « épanouis ». Pour résumer, 70 % des managers gardent un état d’esprit positif. Une large majorité qui contrebalance une minorité de managers broyant du noir : 9,5 % des sondés se disent « réservés », 8,5 % « désabusé, 8 % « stressés et 4 % « inquiets ».

 

Le goût des responsabilités

Ils trouvent cette force et leur motivation dans leur goût des responsabilité (cité par 51,6 % des sondés), dans le contenu de leur métier (45,5 %) ou encore dans les relations qu’ils entretiennent avec les membres de leur équipe (42 %). L’ambiance au travail (16,4 %) ou la fierté d’appartenir à l’entreprise (13,1 %) ou encore les perspectives de rémunération (12,2 %) jouent un faible rôle dans leur motivation. Ils ont conscience de la raréfaction des ressources financières disponibles et ne placent en conséquence pas beaucoup d’espoir sur l’évolution de leur salaire.

 

Manque de reconnaissance et d’autonomie

S’ils ne se laissent pas abattre, cela ne veut pas dire que tout est rose pour eux. Près de 3 managers sur 10 (28 %) souffrent en effet d’un manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie. Et « plus les managers sont proches des fonctions opérationnelles, plus ce besoin est exprimé » indique le baromètre. Ainsi 33 % des managers se sentent assez peu voire pas reconnu, contre 15 % de leur supérieur direct, et 13 % des dirigeants. Ils souhaiteraient aussi être plus autonome, c’est du moins ce à quoi aspirent 40 % des sondés. 35 % des managers ont même l’impression que leur zone d’autonomie s’est restreinte.

 

Manque de temps pour développer leurs compétences

Ils n’ont aussi pas beaucoup de temps pour développer leurs compétences et se former. Trois managers sur dix déclarent passer l’essentiel de leurs temps et leur énergie à éteindre les feux, résoudre les problèmes et les urgences. La moitié d’entre eux (50,5 %) passent la plupart de leur temps à piloter l’activité, à orienter l’action ou à contrôler les résultats. Seulement 2 managers sur 10 se consacrent au quotidien à l’accompagnement, au développement et au soutien de leur équipe. Du coup cela laisse peut de temps pour soi. Ils aimeraient pourtant bien développer leur habileté à promouvoir une dynamique de coopération, ou l’art de responsabiliser leurs collaborateurs ou encore être formé sur le thème de la conduite du changement. Mais confessent-ils « c’est compliqué » de dégager du temps.

Lucile Chevalier

* Réalisé en octobre 2012 auprès de 209 managers dont 58,4 % de managers de proximité, 23 % de managers de managers, 11,5 % de dirigeants et 7,2 % d’autres profils.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8064 offres d’emploi en ligne

Fermer X