emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans l'assurance, la banque et la finance

Les métiers du back office en assurance

Les métiers du back office en assurance
En milieu de carrière, un spécialiste du back office, un gestionnaire expert par exemple, peut percevoir jusqu’à 35 000 euros brut par an.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les gestionnaires de contrats ou d’indemnisation ne sont pas en ligne directe avec la clientèle des sociétés d’assurance. Ce sont des métiers techniques très demandés par les employeurs du secteur. Par Amandine Ascensio.

 

Dans les assurances, les métiers du back office sont ceux qu’on ne voit pas. Derrière leurs bureaux, ces salariés ne sont pas en contact direct avec le client. Ils n’en sont pas moins essentiels. Car ils s’occupent de la gestion des contrats et des prestations de la société d’assurance pour laquelle ils travaillent. « Ces métiers, très demandés et très difficiles à trouver particulièrement en Île-de-France, représentent environ 30 % des salariés de l’assurance, soit 40 000 personnes en France », note Nathalie Fournier, directrice de l’agence Grand Paris Assurance de Manpower. Selon elle, cette appellation globale de « métiers de back office » regroupe nombre de sous-branche métiers, comme rédacteur gestionnaire, chargés de gestion, gestion de la production de contrat, indemnisateur, tarificateur, souscripteur… Ce qui fait la différence, c’est le risque sur lequel se concentre le salarié. En effet, un contrat ne s’écrira pas et se gèrera encore moins de la même manière si l’on parle d’un risque lié à la personne, ou au bâtiment par exemple ou encore d’un risque financier.

 

Du back au front office

Cette gestion s’effectue hors de vue des clients, en traitant avec les experts et les acteurs de l’indemnisation, lorsqu’un sinistre se déclare. Un BTS assurance (bac +2) permet d’exercer ce métier. Le salaire est peu élevé les premières années (environ 1 300 euros net mensuel). Il est plafonné à 35 000 euros bruts annuels pour un gestionnaire expert dans un risque particulier. Cependant, « c’est un métier qui exerce une attractivité sur les salariés qui ont fait du télé-conseil où la relation client est parfois difficile », indique Anthony Nègre, consultant recrutement en assurance chez Hays. Les métiers du back office s’ouvrent peu à peu au front office. Avec le téléphone et le mail, la gestion des contrats et de l’indemnisation se fait souvent en ligne directe avec le client. Une évolution liée au numérique, qui a tendance à rendre moins marqué les frontières de la relation client en assurance mais qui diversifie le métier et les tâches à accomplir.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Un campus 100% numérique

Un campus 100% numérique

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

676 offres d’emploi en ligne

Fermer X