emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les nouveaux conquérants du tourisme

 | par 

Les nouveaux conquérants du tourisme
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Malgré les attentats, les épidémies, la crise économique ou la commission zéro, ils sont chaque année plusieurs centaines à franchir les nombreuses étapes de la création d'entreprise. Portraits de ceux qui feront le tourisme de demain...

En 2004, le taux de création d'agences de voyage françaises a atteint 8,3 %, célébrant l'arrivée de 381 nouvelles enseignes, pour un total de 4 555 licences et 5 500 points de vente. Ce n'est pas encore tout à fait à la hauteur de la moyenne nationale (8,7 %, tous secteurs confondus) mais dans une profession qui n'a pas été épargnée au cours de ces dernières années, cela prouve que la capacité du tourisme à faire rêver les nouveaux entrepreneurs est toujours intacte.
Parmi les créations, on trouve bien évidemment des agences traditionnelles. Mais on constate aussi très souvent des concepts innovants, originaux, construits sur des thématiques et non plus des destinations, sur des niches de marché (le bien-être, le tourisme d'affaires, la clientèle gay...) en phase avec les nouvelles attentes des consommateurs. Et puis, si beaucoup d'agents de voyages franchissent le cap de la création et deviennent patrons, on remarque aussi que de nombreux entrepreneurs sont issus d'autres secteurs, malgré les contraintes réglementaires liées à la licence qui freinent les envies. Des forces vives en quelque sorte, avec une vision nouvelle du métier...

 

Un prix qui récompense les plus belles idées de l'année

Il n'y a qu'à consulter la liste des lauréats du "Nouvel entrepreneur du tourisme" pour s'en convaincre. Depuis 1998, ce challenge de l'Association professionnelle de solidarité du tourisme (APS) récompense chaque année les créations d'entreprise des trois principaux secteurs du tourisme : distribution, réceptif et production. A chaque fois, c'est un concept original, une idée nouvelle, qui sont mis à l'honneur.
L'astuce imaginée par Jocelyne Thellier, l'une des trois lauréats de 2006, c'est la prise de rendez-vous privés avec ses clients. L'ancienne salariée d'Alliance du Monde a créé son agence Bonnières Tourisme (Yvelines) il y a près de 4 ans, reprenant à son compte le local de la succursale du voyagiste. "Je me suis rapidement aperçue que les horaires classiques et l'attente dans l'agence ne convenaient pas à ma clientèle. Certains se lassaient avant que je puisse les renseigner, ou redoutaient de parler de leur projet de voyage en public. En septembre dernier, j'ai même rattrapé in extremis un jeune couple qui voulait partir en voyage de noces en Polynésie... Depuis, je ferme l'agence à 17 h et je fixe des rendez-vous privés, souvent même après le dîner. Comme j'habite tout près de mon lieu de travail, cela ne me pose pas de problèmes."
Pour Charles Modenot, lauréat dans la catégorie "réceptif", le concept de son agence "Guidatours" lui est venu devant le château de Versailles. "J'étais consterné par tous ces visiteurs individuels qui faisaient la queue pour obtenir un simple audio guide. L'idée m'est venue de les regrouper, pour leur proposer une vraie visite guidée de la Galerie des glaces et des appartements privés." Licencié de chez "Paris-Vision" en 2003, ses 20 ans d'expérience dans le réceptif lui ont permis de monter le projet en quelques mois. Avec deux associés, il démarre son activité en 2005, en distribuant des dépliants à la sortie de la gare de Versailles, avant d'ouvrir une petite boutique. Aujourd'hui "Guidatours" emploie 6 guides interprètes, dont trois en CDI et les autres en CDD, de Pâques à fin octobre.
Fraîchement sorti d'une école de commerce, Florent Dargniès, 26 ans, a également choisi l'activité réceptive. Son agence Quatre roues sous parapluie, créée fin 2003, propose la visite de Paris avec chauffeur privatif dans une mythique "deudeuch" ! "A Berlin, où j'ai passé ma dernière année d'études, j'avais remarqué que les gens étaient facilement séduits par ma 2 CV. De retour à Paris, je me suis lancé tout de suite, en profitant notamment d'une aide de l'Etat aux créateurs d'entreprise de moins de 26 ans. Aujourd'hui, je décline également le concept à Lyon."
 

La vague du tourisme "bobo"
 

Pour Lodovica Dal Pozzo, lauréate "production" du challenge APS, c'est sa passion pour l'Italie qui l'a incitée à créer VO Italia. "Avant 2003, je passais déjà mon temps à organiser des voyages en Italie pour mes amis, en plus de mon travail dans la presse et l'édition. Partant du concept de la destination unique, j'ai démarré VO Italia en utilisant le statut d'extension de licence, puis avec ma propre licence à partir de juillet 2004. Mon ambition est d'offrir une Italie qualitative et sur mesure, avec du temps pour voir et faire les choses : cours de cuisine, cueillettes, visite de palais privés. Un voyage en version Dolce Vita, comme on sait si bien la vivre en Italie !"
Avec Bleu Safran, créé en avril 2005, Carine Catogni surfe elle aussi sur la vague très tendance du tourisme "bobo", où le concept est essentiel, et prend le dessus sur le pays lui- même. Le sien, c'est la découverte du monde par les 5 sens, avec des voyages qui font la part belle à la découverte, artisanale et gastronomique. Heureuse élue du nouveau concours "Top Création" lancé l'automne dernier à Top Resa, Carine Catogni a obtenu sa licence en décembre 2005. "En quatre mois, j'ai bouclé quelques dossiers, principalement des voyages de récompense pour les entreprises. J'attends le prochain Top Resa, où je bénéficierai d'un stand gratuit, pour développer mes ventes via les agences. Mais je suis encore loin de me verser le moindre salaire : heureusement que mon conjoint m'entretient !"

 

Pas de salaire pendant plusieurs mois

Et c'est là que le bât blesse : généralement, les nouveaux entrepreneurs patientent plusieurs mois avant de se verser leur premier salaire. Virginie Ouaknine s'est donné un an avant de vivre de sa nouvelle société First Travel, à Charenton-le-Pont (Val de Marne). "C'est le prix à payer pour acquérir sa liberté. Après 14 ans dans une agence à la tête d'un service société, je ne pouvais plus évoluer. Bien sûr, je n'ai toujours pas de salaire et je vis actuellement aux crochets de mon mari. Mais je suis contente d'avoir fait le pas !" Pas de salaire non plus pour Christophe Renard, de Passion Voyages à Montreuil-sur-Mer (Pas- de-Calais). Ses 18 mois d'Assedic lui ont permis de lancer son agence avec plus de sérénité, il y a un peu moins d'un an.

 

L'union de deux générations pour être plus forts

Mais il y a aussi, heureusement, des exceptions : poussée par son cabinet d'expertise comptable, Sylvie Roux se verse un salaire depuis la création de son agence Crolles Voyages (Isère) en juin 2004. Son premier bilan, juste équilibré, lui a donné raison. Quant à Stéphanie Fuyot, elle a choisi d'embaucher dès la création de Votre Voyage (Brie-Comte- Robert, Seine-et-Marne) il y a quelques mois. "Cela me laisse du temps pour me consacrer aux voyages à la carte et plus haut de gamme, avec un accueil plus confidentiel. J'ai également pu ainsi organiser l'inauguration de l'agence en inondant les boîtes aux lettres de flyers et en invitant les commerçants. En 4 mois, nos objectifs sont largement dépassés."
Pour profiter d'une expérience complémentaire, partager l'investissement financier et subir à deux les crises d'angoisse à l'heure du bilan, beaucoup de créateurs d'entreprises préfèrent aujourd'hui tenter l'aventure en binôme, associant très souvent deux générations : les 25/30 ans et les 35/40 ans. A Montpellier, c'est un tandem masculin qui a repris l'agence Axion Voyages, cumulant ainsi deux compétences : formation tourisme et expérience en office de tourisme pour Benjamin Bonnet (28 ans), management dans le nucléaire pour Eric Parent (39 ans). "Même si Eric est fils d'agent de voyages et que j'ai moi-même travaillé dans le milieu du tourisme, nous avons préféré garder avec nous l'ancien gérant de l'agence pendant 18 mois. Cette transition nous a permis de limiter les risques et une éventuelle fuite de clients...", explique Benjamin Bonnet.
A Meylan (Isère), Eric Loisy, 38 ans, a créé l'agence Insight-Outside avec un collègue de 10 ans son cadet, rencontré lorsqu'ils travaillaient tous deux chez Schneider. "Après l'expérience d'un grand groupe, j'ai participé à l'aventure d'Hémisphères Voyages, une agence grenobloise spécialisée dans les voyages sportifs. Lorsque j'ai décidé de créer ma propre structure basée sur une activité de réceptif pour les entreprises, j'ai voulu m'appuyer sur quelqu'un qui avait la même formation et les mêmes compétences en gestion et systèmes d'information que moi, ce qui ne nous empêche pas d'être complémentaires !"
Côté femmes, Sandrine Verdu-Pellerin, bientôt 37 ans, a fait le même choix en proposant à Marlène Isolphe, 28 ans, une gestion partagée pour l'agence Cosmopolite Voyages (Haute-Garonne, réseau Tourcom), créée en janvier dernier. "Nous venons du milieu linguistique, avec la même envie d'ouvrir une agence spécialisée dans les séjours autour de l'apprentissage des langues. A deux, on s'est sentie plus fortes. Pour ma part, j'apprécie beaucoup le regard neuf de Marlène sur la profession !"

 

De nombreuses transmissions d'agences

A Meaux, l'agence Henry IV Voyages (réseau Selectour) a la particularité d'être gérée à parts égales par l'ancienne chef d'agence, Sandrine Beaupère, et la fille de l'ancien propriétaire, Aurore Bernini : un montage original, qui mêle reprise et transmission. "Gérard Bernini m'a proposé de reprendre le point de vente avec sa fille en 2004. Nous avons changé la présentation générale de l'agence, acheté un nouveau mobilier et réouvert en janvier 2005 : l'année a été très bonne, couronnée par le Trophée du jeune entrepreneur décerné par Selectour qui nous aide beaucoup en matière de communication", explique Sandrine Beaupère.
Avec le départ à la retraite des créateurs d'entreprises des années 60-70, les transmissions d'agences sont aujourd'hui très nombreuses. Poussé par la demande de ses adhérents, le réseau Afat Voyages a même créé une commission "Transmission et reprise d'agences" juste après l'édition 2005 de Top Resa. "Nous traitons actuellement une quarantaine de dossiers et conseillons les vendeurs comme les futurs acheteurs, souvent les numéro 2 de l'agence qui n'ont pas toujours les connaissances juridiques et comptables nécessaires. Autant que possible, nous aidons les gérants à trouver des acquéreurs au sein du réseau", explique Philippe Rouillard, président de la commission.
Savoir déléguer pour... profiter aussi de la vie !
Selectour a pour sa part créé Selectour Finances il y a déjà plusieurs années pour faciliter la transmission des agences au sein du réseau. Aujourd'hui, les "fils de...", comme Loïc Planche (OVP en Rhône-Alpes), Nicolas Delaire (Issy Voyages à Issy-les-Moulineaux), Bernard Véron (Liberté Voyages), Jean-Pierre Laurente (Bleu Voyages en Rhône-Alpes) sont de plus en plus nombreux à reprendre le flambeau paternel. Tout en suivant les orientations initiales du réseau, ils adaptent aujourd'hui le management à leur époque. "Mon père, toujours PDG de Bleu Voyages, reste très présent dans les choix stratégiques. J'assure quant à moi la gestion et les finances, ainsi que la direction des ressources humaines. Et je délègue aussi plus facilement", assure Jean-Pierre Laurente.
Même son de cloche chez OVP. Depuis sa nomination comme PDG en 2003, Loïc Planche a mis en place un comité de direction pour le seconder. Savoir déléguer au sein de son entreprise lui permet, entre autres, de prendre quelques responsabilités en tant qu'administrateur chez Selectour, et au Snav de la région Rhône-Alpes. "Mon père a bien géré la succession en m'intégrant petit à petit aux décisions du groupe. Mais pour moi, comme pour beaucoup de dirigeants de ma génération, il n'y a pas que le travail dans la vie !", conclut-il.



Les jeunes créateurs sont plus réalistes

L'avis d'Elisabeth Vinay du service Edition Documentation Expertise de l'Agence Pour la Création d'Entreprises

Comment évolue la création d'entreprises dans le tourisme ? 
C'est toujours un secteur phare de l'économie nationale. Chaque année, plus de 300 agences de voyages se créent en France, chiffre stable depuis une dizaine d'années. On constate toutefois que les jeunes créateurs sont mieux informés et mènent leur projet de façon plus réaliste, en sachant justement que s'ils apportent du rêve, eux n'auront pas forcément le temps ni les moyens de rêver !
 

Vers quelles activités se portent les jeunes créateurs ? 
Plutôt le réceptif et la production : tourisme vert, bien-être, tourisme éthique, nautisme et croisières, voyages adaptés au troisième âge... En ce qui concerne la distribution, l'agence en ligne a toujours le vent en poupe, souvent couplée à une agence classique qui maintient un relationnel. Les créateurs d'entreprise qui veulent ouvrir une agence de voyages savent, aujourd'hui, que l'avenir de la distribution se joue sur le conseil et la valeur ajoutée.
 

* Sur le site de l'APCE (www.apce.com), les deux fiches " tourisme " et " agences de voyages " donnent un aperçu clair et complet de l'activité touristique. A lire avant de se lancer dans la création d'entreprise. 


 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5095 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X