emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les petites villes du sud sont les plus attractives de France

 | par Gwenole Guiomard

Les petites villes du sud sont les plus attractives de France
La baie d'Ajaccio
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Selon une étude de l’université Paris Dauphine, les petites villes du sud de la France (et particulièrement celles de Corse) sont les villes qui attirent le plus d’habitants.

 

Ce n’est certes pas un scoop. Mais des chercheurs de l’université Paris Dauphine viennent de publier une étude sur l’attractivité d’une centaine de villes françaises. Contrairement aux classements des magazines, les universitaires Hervé Alexandre, François Cusin et Claire Juillard ont analysé les flux migratoires des Français entre 1999 et 2006. Il s’est agi d’éplucher les statistiques des recensements de l'Insee de 1999 et de 2006 retraçant les flux réels de population qu’ils soient naturels ou migratoires. Ils ont alors réalisé un savant calcul pour soustraire les partants des arrivants et ont ainsi effectué un classement.

Leurs analyses dressent le portrait d’une France coupée en deux avec un sud très attractifs et des villes qui gagnent des habitant et un Nord avec des agglomérations qui en perdent. La césure a lieu sur la traditionnelle frontière de la Loire chère à Fernand Braudel.

Dunkerque, Maubeuge, Le Havre

Ainsi, les trois premières villes les plus attractives de France seraient, dans l’ordre, Ajaccio, Bastia et Arcachon. Ajaccio affiche ainsi un solde migratoire de + 20 % de 1999 à 2006 avec l’arrivée en 8 ans de 10 000 nouvelles personnes. Viennent ensuite avec plus de 5 % de croissance, Bastia, Arcachon, Sète et Fréjus. Une soixantaine d'agglomérations perdent au jeu des mobilités résidentielles, plus d'ailleurs par un excédent de sortants que par un déficit de nouveaux venus. En tête de ces mauvais élèves, Charleville-Mézières, qui voit partir 8,8 % de sa population, suivie par Dunkerque, Maubeuge, Le Havre, Montbéliard et Cherbourg. Paris, dont le solde relatif négatif est de 1,5 %, perd 145 000 habitants sur la période.

Les chercheurs arrivent aussi à une conclusion très dommageable pour l’économie française. « L'attractivité résidentielle emprunte les mêmes chemins que l'attractivité touristique », écrivent-ils. De plus, « la carte de l'économie productive correspond de moins en moins à celle de l'économie résidentielle ». Cela veut dire aussi que le pays vieilli et que les zones ensoleillées sont prises d’assaut par des habitants venant chercher plus la farniente qu’un dynamisme économique. Une situation qui, sur le moyen terme, conduit à faire des zones touristiques de vastes maisons de retraite.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8064 offres d’emploi en ligne

Fermer X