emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les qualités et défauts à mettre en avant lors d’un entretien d’embauche

 | par Lucile Chevalier

Les qualités et défauts à mettre en avant lors d’un entretien d’embauche
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

« Citez-moi 3 de vos qualités et 3 de vos défauts ». C’est le grand classique de l’entretien d’embauche. Et la plupart du temps, les réponses des candidats sont aussi « bateau » que la question elle-même. Voici quelques conseils pour réussir l’exercice et faire mouche.

 

« Si je dois citer un de mes défaut, je dirai que je suis trop perfectionniste », ou peut-être « trop ponctuelle », ou simplement « trop géniale ». Tel est le grand classique de l’entretien d’embauche. Le recruteur pose la fameuse (et très) attendue question : « citez-moi trois de vos défauts et trois de vos qualités ». Et le candidat, pas fou, ressort les mêmes qualités génériques qui par leur banalités ne peuvent déplaire, et s’invente des défauts qui n’en sont pas. Il le veut le poste de comptable, il ne va pas aller dire à son potentiel recruteur que son plus gros défaut est son manque de rigueur. Alors avec un « je suis trop perfectionniste », il a l’impression finalement de s’en être bien tiré. Erreur ! Certes, il ne faut pas la jouer trop franc jeu. Si le candidat postule à un poste de commercial, mieux vaut éviter de dire qu’il est « asocial » et qu’il peine énormément côté relationnel. Mais faire l’inventaire des défauts et qualités « bateaux » est aussi le meilleur moyen de montrer au recruteur qu’on n’a aucun recul sur soi, voire donner l’impression qu’on est aussi « bateau » que ses défauts et qualités.

« Petite entreprise familiale ? Traduisez par la polyvalence »

Avec cet exercice banal qui pourrait même sembler hypocrite, le recruteur teste la capacité du candidat à s’auto-analyser. « Le candidat doit, d’une part, montrer qu’il se connaît bien, qu’il connaît ses compétences, ses limites et son parcours. D’autre part, il prouve aussi qu’il a compris ce que son recruteur et l’entreprise attendent pour le futur poste », explique Cécile Bernat, consultante formatrice recrutement à L’Atelier du recrutement, cabinet RH installé à Bordeaux.

L’affaire étant entendue, le candidat, pour trouver ses fameuses qualités et défauts, doit tout d’abord analyser l’intitulé de l’offre d’emploi diffusé pour le poste visé. Dans cette fiche de poste sont mentionnées notamment les compétences attendues. Exemple : « vous savez travailler en équipe et animer un groupe de travail ». Ces compétences, il faut ensuite les traduire en qualité. De quelles qualités dois-je faire preuve pour travailler en équipe et animer un groupe de travail ? Un don d’écoute sans aucun doute, de curiosité aussi pour aller comprendre les enjeux et problématiques de collègues oeuvrant dans d’autres métiers que le mien, et peut-être même d’un peu d’autoritarisme. Ce défaut est acceptable dans ce cas, du moins il vaut mieux que « forte timidité » rédhibitoire pour un poste de manager. Dans l’offre d’emploi sont aussi mentionnés d’autres éléments qui permettent au candidat de savoir ce que l’on attend de lui. « Petite entreprise familiale » ? Traduisez par « la polyvalence, l’autonomie sont des qualités attendues pour relever les défis ».

« On a pris des mesures pour s’améliorer »

Ensuite, en 2e étape, une fois ces qualités et défauts identifiés, le candidat ne pourra se contenter d’en dresser l’inventaire à la Prévert. Il devra les illustrer, en donner la preuve. Son autonomie, il l’a testé par exemple lors de missions sur le chantier, chez des clients. Loin de son entreprise, il a pu fournir seul une solution. Son autoritarisme, il en a pris conscience lors de telles mission, mais depuis il a mis en place telles actions pour y remédier. « Montrer que l’on a conscience d’un de ses défauts ne suffit pas. Il faut rebondir en montrant que l’on a pris des mesures pour s’améliorer », conclut Cécile Bernat de l’Atelier recrutement.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Première édition du baromètre des soft skills

Première édition du baromètre des soft skills

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8850 offres d’emploi en ligne

Fermer X