emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Les salaires dans l'assurance, la banque et la finance

Les salaires des agents généraux d’assurance

 | par Gwenole Guiomard

Les salaires des agents généraux d’assurance
Le salaire moyen d'un agent général d'assurance avoisine les 74 400 euros nets par an.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les agents généraux d'assurance perçoivent en moyenne 74 400 euros nets par an. Cette rémunération confortable cache des disparités. 20 % d’entre eux touchent moins de 48 000 euros et 1,5 % plus de 200 000 euros.

 

Les agents généraux d’assurance sont des professionnels libéraux qui peuvent exercer en entreprise individuelle ou sous forme sociétale. L’agent général d’assurance, intermédiaire entre la compagnie d’assurance et ses clients, est rémunéré par des commissions. Ces dernières sont fixées dans un traité de nomination négocié au sein de chaque compagnie par le syndicat le représentant et la compagnie d’assurance.

En 2016, la moyenne de commissionnement d’un agent général s’établit à 248 000 euros par an. Avec ces commissions, l’agent général gère son activité librement. Il investit pour acheter le portefeuille qui lui est confié par la compagnie, il investit dans des locaux, du matériel et tout ce qui lui permettra d’exercer son activité. Employeur (en moyenne 2,2 salariés par agence), l’agent général manage ses salariés qui exercent des tâches administratives ou commerciales.

Le taux de frais généraux moyen pour exercer cette activité s’établit entre 70 et 75%. Le revenu moyen est, donc, avant impôts et remboursement des prêts ayant servi à l’acquisition du portefeuille, d’environ 74 400 € annuel. Il est aussi important de préciser que l’agent général acquiert son portefeuille et que les bénéfices qu’il peut réaliser sont amputés par le remboursement des prêts. Cette rémunération confortable moyenne cache aussi des disparités. 20 % des agents généraux d’assurance touchent moins de 48 000 euros par an et 1,5 % plus de 200 000 euros. A titre de comparaison, selon l’insee (lire ici cette étude), le salaire moyen des Français est de 26 424 euros net par an (chiffre 2013) et celui des cadres de 43 840 euros net (54 800 euros brut) selon l’étude 2015 de l’Apec. Le revenu d'activité (Insee 2011) des médecins est, lui, en moyenne et en 2011, de 106 140 euros par an et celui des notaires (chiffre 2007, Insee), toujours en moyenne et annuellement, de 229 700 euros.

 

La profession est dite « ouverte »

Bien que réglementée, la profession est accessible et attractive car elle permet à tout un chacun, en fonction de ses qualités propres, de développer son affaire. L’agent général qui par son travail, sa compétence et sons sens relationnel réussit à gagner de nouveaux clients, peut développer son chiffre d’affaires. A cela, s’ajoute le fait d’être à son compte, de pouvoir gérer son emploi du temps et sa propre entreprise. Ce peut être le rêve de nombreux assureurs qui, à 30 ou 40 ans, veulent voler de leurs propres ailes. Avantage du modèle : la profession est dite « ouverte ». Il n’y a pas de diplôme spécifique requis mais seulement 150 heures de stage obligatoire. Ceci précisé, les représentants de la profession préconisent d’en réaliser 600 pour apprendre le métier. Par ailleurs, les faits montrent aujourd’hui que les nouveaux agents généraux d’assurance ont souvent un bagage universitaire équivalent à Bac +3. Il est aussi recommandé d’avoir le sens du commerce, de l’empathie pour sa clientèle et des connaissances en droit. Exerçant en tant que travailleur indépendant ou dans le cadre d’une société qu’il a reprise ou créée, l’agent général est à la fois chef d’entreprise et mandataire de la société d’assurances dont il distribue les produits. « Mais, comme le précise Patrick Evrard, président d’Agéa, la fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance (64 % des 11 960 agents en exercice) et lui-même agent général, l’ensemble du monde de l’assurance s’interroge de savoir pourquoi un agent général se développe alors que son concurrent, deux rues plus loin, n’y arrive pas. Pour moi, la réussite s’explique par le fait d’avoir envie d’exercer un métier de relation, où l’on rencontre et aime les gens ». Bien évidemment, cela ne suffit pas et un solide bagage en droit et en commerce constitue un avantage non négligeable tout comme une expérience commerciale préalable en banque ou en assurance. 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Et si « la vie d’après » était dans le Cantal ?

Et si « la vie d’après » était dans le Cantal ?

Les Français inquiets quant à l’avenir de leur pouvoir d’achat

Les Français inquiets quant à l’avenir de leur pouvoir d’achat

L’image-prix et l’image-promo des grandes enseignes à leur plus haut niveau

L’image-prix et l’image-promo des grandes enseignes à leur plus haut niveau

Consommation en avril : plus de jouets et de surgelés, moins de textile

Consommation en avril : plus de jouets et de surgelés, moins de textile

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

370 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X