emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les salaires des cadres vont rebondir … à partir de 2014

Les salaires des cadres vont rebondir … à partir de 2014
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
La reprise est encore repoussée d’une année. 2012, qui a bien commencé, c’est, au final, révélé décevante avec une stagnation des salaires des cadres. 2013 devrait s’inscrire dans la même veine, selon le cabinet de recrutement Robert Walters.

Il y a un an, le cabinet de recrutement spécialisé Robert Walters ne savait trop sur quel pied danser. « 2012 sera soit l’année de la reprise ou d’enfoncement dans la crise » avait annoncé Antoine Morgaut, le CEO Europe Continental et Amérique latine du groupe. Au final, ce fut l’année du « pétard mouillé » a-t-il convenu hier matin, lors d’une conférence présentant les tendances du marché des cadres pour les années 2012-2013. Et pourtant l’année avait si bien commencé. Les entreprises en sous-effectifs avaient bien dû rattraper le coup. Entre juin 2011 et mars 2012, les demandes de recrutements auprès du cabinet de recrutement ont bondi de 60 %. Le Brésil tablait alors encore à l’époque sur une croissance annuelle de 8 %. Puis, à partir de mi-mars et le début du mois d’avril, le climat s’est assombri. Au final, la croissance du Brésil a atteint les 2 %. La Chine a connu son premier ralentissement depuis des années. Quant à l’Europe, elle affronta une nouvelle crise de l’euro.

La France n’a pas fait exception. Les rémunérations des cadres ont stagné. Cela fait même presque 3 ans que les rémunérations bougent peu. La situation n’est néanmoins pas si catastrophique. « Nous ne sommes pas en train de revivre la crise de 1992-93, temporise Antoine Morgaut. Il faut rappeler que le chômage des cadres atteint à peine les 4 % ».

 

Être mobile paie

Et puis, certains ont su tirer leur épingle du jeu. Les gagnants sont les cadres mobiles et Robert Walters tient à le souligner. Ils ne sont pas tant que cela en France : « le cadre français est le moins mobile d’Europe, précise Antoine Morgaut.  Et d’ajouter : « un cadre français mobile est prêt à aller travailler à Paris ou à Lyon. Mais, in fine, il je préfère Paris » décrit Antoine Morgaut. Pourtant, le cadre français aurait tout à y gagner. Selon Robert Walters, un cadre avec plus de 5 ans d’expérience touchera 30 % en plus en Belgique (NDLR : comparatif basé sur les rémunérations brutes), et 40 % en Allemagne. Le logement, par exemple, étant moins onéreux dans ces pays, le gain en pouvoir d’achat peut-être substantiel. En France, certes, les rémunérations ont doublé en 20 ans, mais les prix ont grimpé plus vite. « Prenez un HEC, il y a 20 ans, à la sortie de son école, il gagnait l’équivalent de 28 000 euros, détaille Robert Walters. Aujourd’hui, il est payé le double. Mais le prix d’une baquette de pain est passé de 1 franc à 1 euro, il a donc sextuplé, même chose pour un journal, quant aux prix de l’immobilier ils ont décuplé ».

 

Les expertises recherchées

Bref, être mobile cela paie. Et il n’est pas nécessaire de changer de pays. Un cadre qui a tout simplement changé d’entreprise, a vu en 2012 son salaire s’alourdir de 10 à 15 %, pointe le cabinet de recrutement.

Enfin, les derniers gagnants sont les experts ou du moins certains experts qui ont bénéficié de la loi de l’offre et de la demande. Il y a ainsi les consolideurs financiers qui ont pu bénéficier de rémunérations intéressantes. « Cela fait 25 ans que l’on s’arrache les cheveux pour trouver des consolideurs », relate Antoine Morgaut. Il y a les chefs comptables, les credit managers, les fiscalistes, les actuaires, les ingénieurs spécialisés en système d’information, les pros de l’électronique embarqués, les directeurs d’usine en province.

Pour les autres, les cadres qui ne sont ni mobiles, ni experts dans un domaine en manque structurel ou chronique, il faudra patienter jusqu’en 2014 voire 2015 pour voir leur rémunération décoller. « En raison du retard accumulé, il y aura un ajustement des salaires à partir de 2014-2015. Les salaires pourraient alors augmenté de 5 à 10 % » conclut Antoine Morgaut.

Lucile Chevalier

 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12334 offres d’emploi en ligne

Fermer X