emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Les salaires dans l'industrie

Les salaires des ingénieurs en génie électrique

 | par Gwenole Guiomard

Les salaires des ingénieurs en génie électrique
Un ingénieur électricien débutant perçoit, en salaire de jeune diplômé, environ 34 000 euros brut par an.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les ingénieurs en génie électrique s’insèrent bien dans le monde du travail. D’où des salaires d’embauche de jeunes diplômés avoisinant aujourd’hui les 34 000 euros brut par an. En fin de carrière, les rémunérations peuvent atteindre les 100 000 euros variable compris.

 

Il s’agit d’un renouveau. Celui des spécialistes en génie électrique. Si l’on consulte le classement Usine nouvelle des écoles d’ingénieurs, on ne trouve plus aujourd’hui qu’une poignée d’établissements spécialisés sur la question. « Nous sommes effectivement très peu d’écoles à « fournir » des spécialistes du génie électrique, précise Maurice Chayet, directeur des études de ECAM-EPMI, l’une d’entre elles qui en diplôme chaque année 200 dont 60 % en électricité. Ces métiers avaient perdu de leur aura mais les besoins sont forts. Conclusion : l’insertion de nos diplômés est plus qu’excellente et chacun de nos jeunes diplômés disposent de 6 à 7 offres d’emploi pour choisir leur premier employeur ». D’où des salaires de départ confortable.

« La voie royale »

Le premier conseil à donner aux jeunes diplômés « électricien » est de débuter leur carrière comme ingénieur d’affaires ou assistant chargé d’affaires. Ils perçoivent, alors, en moyenne, quelque 34 000 à 37 000 euros brut par an. C’est le meilleur poste pour démarrer puisqu’il permet de côtoyer toutes les phases du métier de l’amont de la prospection à l’aval de la livraison du chantier. Le jeune peut aussi commencer en bureau d’études ou en maintenance mais les carrières sont potentiellement moins rémunératrices.

Après trois ans d’expérience, le jeune chargé d’affaire peut prétendre à 43 000 euros brut par an. L’idée est ensuite de devenir patron d’une petite unité. « Le responsable d’affaires passe ainsi de chef de groupe encadrant d’autres responsables d’affaires à chef de service, directeur de service, commente Clément Boix, responsable de la division génie climatique et électrique sur l’Ile-de-France pour le cabinet de recrutement Hays (100 recrutements par an). C’est effectivement la voie royale pour atteindre les postes les plus rémunérateurs de directeur d’agence, directeur régional. A 40-45 ans, ce salarié gère un centre de profit de 10 millions de chiffre d’affaires annuellement et reçoit, en échange, un salaire compris entre 70 000 et 80 000 euros par an avec, en sus, un variable de 10 à 20 % ». Cela fait, tout de même, quelque 100 000 euros de salaire mais les objectifs commerciaux sont importants. Cela ouvre aussi les poste de directions générales.

 

« S’appuyer sur de bonnes bases techniques »

Mais pour cela, il sera indispensable de maitriser son expertise. « Pour progresser, l’ingénieur électrique doit s’appuyer sur de bonnes bases techniques, estime Nouredine Zitouni, directeur des études de l'Esiee-Amiens, une autre école spécialisée dans le génie électrique. Tout en poursuivant leur formation technologique tout au long de leur vie professionnelle ». Mais il doit aussi faire preuve de qualités humaines comme le dynamisme, la curiosité, la rigueur et la capacité à entrainer et convaincre. « Pour encore améliorer son salaire, conclut Eric Escande, directeur de l’école d’ingénieurs Cesi Toulouse qui diplôme 60 personnes par an dans le génie électrique, il faut aussi viser l’international. Cela permet d’être fortement augmenté ».

 


« Après 15 ans d’expérience, je perçois 70 000 euros brut par an »

Sandra, son prénom a été modifié à sa demande, est ingénieure en génie électrique. Elle a 39 ans. Après 15 ans d’expérience, elle perçoit 70 000 euros brut par an.

« J’ai été diplômée ingénieure en génie électrique en 2001. Ma formation de généraliste de l’électricité m’a permis de m’adapter à plusieurs sujets, à plusieurs interlocuteurs. J’ai débuté dans un grand groupe d’électricité. Mon salaire était alors de 32 000 euros brut par an dont 5 % de prime. Trois ans plus tard, je percevais 39 000 euros dont 20 % de primes comprises avec, en plus, un véhicule d’entreprise. Au bout de 9 ans d’ancienneté, mon employeur m’a mis à disposition un véhicule de fonction et je percevais environ 60 000 euros brut par an. J’ai alors décidée de changer d’entreprise et ai négocié une hausse de rémunération de 16 %. Après 15 ans, d’expérience, je perçois 70 000 euros brut par an. J’ai, en plus, un téléphone portable, un ordinateur mais plus de véhicule de fonction. Je travaille officiellement 35 heures par semaine. Dans les 5 prochaines années, je vais tenter d’évoluer vers une fonction me permettant d’avoir une vision plus globale des projets ».

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Les Forces Françaises de l'Industrie lancent le premier accélérateur de PME en France

Les Forces Françaises de l'Industrie lancent le premier accélérateur de PME en France

La franchise : un secteur en pleine croissance

La franchise : un secteur en pleine croissance

L'aide soignante qui devint menuisière...

L'aide soignante qui devint menuisière...

Secteur du BTP : une bonne image auprès des jeunes

Secteur du BTP : une bonne image auprès des jeunes

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

393 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X