emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Les services que les universités françaises doivent rendre aux étudiants

Les services que les universités françaises doivent rendre aux étudiants
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Certes les universités sont avant tout là pour délivrer un savoir. Elles ont néanmoins, selon le Centre d’analyse stratégique, tout intérêt à s’impliquer davantage dans les services qu’elles rendent aux étudiants au-delà de la seule formation.

Il y a la formation en soit mais aussi la vie étudiante, qui aux yeux du Conseil d’analyse stratégique, constitue un enjeu tout aussi important pour accompagner la réussite des élèves et le rayonnement des universités. C’est du moins la conclusion que la cellule d’analyse a tiré de son étude sur « les services rendues aux étudiants par les universités dans 4 pays (Angleterre, France, Suède et Japon). De plus en plus d’universités par-delà le monde s’implique d’ailleurs dans ce domaine. « La vie étudiante occupe, au niveau internationale, une place de plus en plus importante dans les politiques publiques relatives à l’enseignement supérieur, constatent les auteurs de la note. Par ailleurs celles-ci tendent à accorder de plus en plus d’autonomie aux universités renforçant leur responsabilité devant les étudiants et la société. »

En France, c’est l’Etat qui est responsable du financement et de l’organisation étudiante. Du coup, jusqu’à récemment, les universités s’en étaient que trop peu préoccupée. Mais la loi LRU, l’autonomie des universités et l’objectif d’une moitié d’une classe d’âge diplômés du supérieur (objectif réaffirmé dans la loi de l’Ecole de 2005) changent quelque peu la donne. Les universités doivent séduire les étudiants, les aider à s’insérer dans la vie professionnelle. Cela passe aussi par les services rendus aux élèves au-delà de la simple formation. L’offre doit se faire plus globale.

 

Deux types de services

Le CAS distingue deux types de services : les services péri-universitaires et les services para-universitaires. Les premiers sont intrinsèquement liés à la formation. Ce sont, par exemple, l’accueil des nouveaux étudiants, les services d’information et d’orientation, l’accompagnement pédagogique, les outils mis en place pour favoriser l’insertion professionnelle, etc… Dans ce domaine, toutes les universités étudiées par le CAS s’y sont mises. « En Suède, pointe la note, les universités valorisent les services d’accompagnement académique, d’information et d’orientation. Ces services s’inscrivent dans le cadre d’un système pédagogique très inclusif au sein de la formation proprement dite ». Au Japon, avant 2000 et le rapport du ministère de l’Education, les universités se concentraient surtout sur les enjeux académiques. Depuis, ces services ont gagné en importance.

Ensuite, il y a les services para-universitaires liés aux conditions de vie des étudiants (logement, restauration, transports, vie associative, culturelle et sportive). Dans le domaine, il existe de fortes disparités entre les pays. En Suède, par exemple, les résidences universitaires sont gérées par les organisations étudiantes et l’université ne joue en général aucun rôle tant dans le financement que dans l’attribution des places. En Angleterre, les étudiants sont considérablement choyés. Toutes les universités sont propriétaires de logements qu’elles louent aux étudiants. Sur le campus, une mini-cité a été créée avec ses différents services comme la restauration.

 

Des pistes pour les universités françaises

Le Centre d’analyse stratégique a constaté que plus une université est autonome, plus elle s’implique dans le vie étudiante. D’autres facteurs jouent également comme l’existence de campus, l’accès du plus grand nombre à l’enseignement supérieur, le statut social des étudiants dans la société et le niveau de dépenses par étudiant.

A la suite de ce voyage dans les pratiques universitaires dans ces 4 pays, le CAS est revenu avec pleins d’idées pour améliorer l’offre des universités françaises. Il est nécessaire, tout d’abord, d’y renforcer les services péri-universitaires, notamment l’orientation scolaire, l’accompagnement pédagogique et l’insertion professionnelle. Ainsi, les universités auront une meilleure connaissance des attentes de leurs étudiants, pourront centrer l’organisation institutionnelle sur eux et repérer ceux qui en ont le plus besoin. Il faudrait aussi améliorer les services para-universitaires en renforçant notamment les partenariats avec les acteurs locaux comme le Crous. Enfin, la cellule d’analyse invite les universités à « promouvoir l’engagement des étudiants dans l’animation, la conception et la gestion des services qui leur sont rendus par les universités. »

Lucile Chevalier

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12897 offres d’emploi en ligne

Fermer X