emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Ma femme est mutée à Charleville-Mézières!

 | par Marjorie Corcier

Ma femme est mutée à Charleville-Mézières!
Une centaine d’agents de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) doivent aussi s’installer prochainement ici
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Son passé de ville industrielle, frappée de plein fouet par le déclin de la métallurgie à la fin des années 1970, lui colle encore à la peau bien des décennies plus tard. A tort. Non, Charleville-Mézières en 2020 n’est pas une ville-repoussoir, loin de là !

Plantons le décor et imaginez l’Ardenne, cette grande région transfrontalière, à cheval sur la Belgique, la France, Le Luxembourg et l’Allemagne, un territoire verdoyant de forêts et de moyenne montage. 
Charleville-Mézières, capitale du département des Ardennes, y occupe une place stratégique. Associée à la ville de Sedan, elles forment une agglomération de 130 000 habitants. Au nord, Charleroi (Belgique) est à une heure de route, au sud, Reims à 50 minutes et il faut 1h15 pour rejoindre Luxembourg à l’Est. 
« Plusieurs centaines d’habitants de Charleville-Mézières vont travailler chaque jour en Belgique. Du côté de Sedan, ce sont des milliers de salariés qui travaillent au Luxembourg. Le Grand Duché, c’est une sacrée locomotive économique, c’est le pays le plus riche au monde ! », vante Boris Ravignon, le mairie LR de Charleville-Mézières et président de l’agglomération Ardenne Métropole avec Sedan.

Industrie et tertiaire

Le territoire est aussi source d’emplois, dans l’industrie notamment. En effet, la métallurgie est encore bien présente car c’est à Charleville que se trouve la principale fonderie du groupe PSA. Avec 1800 salariés, c’est le premier employeur privé de Champagne-Ardennes. Toujours dans l’automobile, la fonte ardennaise ou le groupe coréen Hanon systems sont d’importants pourvoyeurs d’emplois. 
Si l’industrie représente encore 15 000 salariés sur le Nord des Ardennes, le territoire s’est diversifié vers des activités tertiaires. Depuis 2007, c’est à Charleville-Mézières que s’est installée l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Elle compte aujourd’hui une centaine d’agents épaulés par les 200 téléconseillers du prestataire Intelcia. C’est en effet à Charleville qu’aboutissent les appels au 34.00, destinés à aider tous ceux qui demandent une carte d’identité, un passeport ou une carte grise via internet. « Quand en 2017, le ministère de l’Intérieur a lancé la dématérialisation des demandes de permis de conduire et de cartes grises, nous avons dû trouver des locaux et les équiper. Tous les décideurs locaux, les élus se sont mis autour de la table et cela s’est fait en un temps record ! J’ai été bluffé», se félicite  Jérôme Letier, directeur de l’ANTS. Et de vanter la qualité des profils recrutés sur place « à bac+2 ». « C’est un bassin d’emplois publics très intéressant », juge-t-il.
D’ailleurs une centaine d’agents de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) doivent aussi s’installer prochainement ici. La marque de luxe Hermès va prochainement ouvrir un deuxième site de fabrication de maroquinerie dans les Ardennes.

De l'emploi public bientôt

« Ce qui plaît aux entreprises qui s’installent ce sont les compétences que l’on trouve sur place et la fidélité des collaborateurs : les salariés sont très attachés à leur territoire », confie Boris Ravignon. Charleville est en effet depuis peu une ville universitaire avec son campus Sup Ardennes qui accueille 2500 étudiants sur l’ensemble de l’agglomération. Après une école d’ingénieurs il y a deux ans, c’est Y School, une école de commerce qui fera sa première rentrée en septembre 2020. « Notre objectif c’est d’accueillir 4000 étudiants », poursuit l’édile.
Enfin au-delà de ces arguments économiques, la belle des Ardennes entend tirer parti de cette période post-confinement, mettant en avant son cadre verdoyant, la proximité du parc naturel régional des Ardennes, la vallée de la Meuse, mais aussi la richesse de son offre culturelle. La ville de Rimbaud a dédié un musée au poète. Charleville-Mézières est aussi une ville de festivals : le Cabaret vert est le 5e festival de musiques actuelles en France et c’est le berceau du plus ancien festival de marionnettes au monde.
Rançon de ce succès, le Guide du Routard a enfin lancé une édition consacrée aux Ardennes en avril 2019. « Elle a tellement bien marché qu’il a fallu la rééditer tout de suite ! », applaudit le maire de Charleville-Mézières.
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

470 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X