emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Malgré la crise, les salaires ont continué à augmenter

Malgré la crise, les salaires ont continué à augmenter
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Alors qu’avec le début de reprise, la grogne sur les salaires enfle, l’Insee, dans une étude publiée hier, démontre que les salaires ont plutôt bien résisté à la crise.

Le gouvernement peaufine son projet de prime pour les salariés. « Un leurre » conteste les syndicats qui réclame une hausse des salaires. Le tout avec un même objectif : calmer la grogne des actifs qui se seraient fortement serrés la ceinture pendant la crise et exigent en conséquence de toucher les dividendes de la reprise. L’Insee, dans son étude annuelle Emplois et salaires, revient sur cette douloureuse période de vaches maigres et casse une idée reçue. La crise n’aurait pas violemment pesé sur les salaires.

Tout d’abord, la volonté de préserver les salaires a été forte. Les salaires ont été la dernière mesure enclenchée par les entreprises pour affronter la crise. « Dans un premier temps, au 1 er trimestre 2009, les employeurs ont plutôt utilisé les outils de flexibilité dont ils disposaient (chômage partiel, réduction des heures supplémentaires, primes). Ensuite, à travers la négociation salariale, ils ont plutôt joué sur le salaire de base », note l’Insee.

La faible inflation pour 2009 et le jeu des primes et des heures supplémentaires pour 2010 ont également permis de limiter la casse.

 

Le salaire de base progresse de 1,3 % en 2009

La progression du salaire mensuel de base -   soit la somme qui apparaît sur la 1 e ligne du bulletin de paie, le salaire brut avant prime ou prise en compte des heures supplémentaires – a ralenti de manière continue pendant la crise. En hausse de 3,2 % au 4 e trimestre 2008 en glissement annuel, la progression salariale n’était plus que de 1,7 % au 4 e trimestre 2010. Une faible augmentation en trompe l’œil. Car le pouvoir d’achat du fait de l’inflation a considérablement été grignoté. Après prise en compte de l’inflation, pour 2010, le solde est négatif : la baisse est de 0,1%. En 2009, à l’inverse, la faible inflation a permis de limiter les dégâts. Le salaire mensuel de base a progressé de 1,3 % au 4 e trimestre 2009 en glissement annuel après prise en compte de l’inflation.

 

Le salaire moyen par tête : +1,2 % en 2009 et 2010

Si l’on prend en compte les primes et heures supplémentaires, les courbes changent. Le salaire moyen par tête, après prise en compte de l’inflation, a progressé de 1,2 % en 2009 et en 2010. Le retour des heures supplémentaires en 2010 à leur niveau d’avant crise a beaucoup contribué à cette hausse.

Lucile Chevalier

 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X