emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution, Les salaires de la grande distribution

Manageur de rayon : Un poste à responsabilité ouvert aux débutants

 | par 

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

«Dans les produits frais, la traçabilité est devenue un véritable cheval de bataille. J'ai la responsabilité, avec les 27 personnes de mon équipe, de rassurer les consommateurs.»

Eddy Valmorin,
34 ans. Manageur de rayon (fruits et légumes , poissonnerie, point chaud) à l'hyper Champion d'Épinay-sur-Orge.

MÉTIER
Gestionnaire, meneur d'hommes et commerçant! Dans un marché du travail frileux, peu de métiers offrent aux jeunes diplômés une telle palette de missions et de responsabilités.
Avec l'hôtesse de caisse, il est le poste emblématique de la grande distribution. Le chef de rayon, aujourd'hui dénommé «manageur»de rayon, représente 8% des effectifs du secteur et constitue le premier encadrant de la distribution. En dépit des réorganisations successives vécues par les magasins, il reste un pilier de l'activité. Et une aubaine pour les jeunes diplômés! Alors que l'on ne cesse de reprocher aux jeunes candidats leur manque d'expérience, ce poste, plutôt bien payé, réserve le meilleur accueil aux nouveaux diplômés, avec une ouverture sur des profils parfois atypiques...Et une chance égale donnée aux Bac +2 à +4. Mieux, «c'est l'un des rares postes, tous secteurs confondus, qui offre, dès l'âge de 25 ans, une triple responsabilité, quel que
soit le diplôme:la gestion financière d'une entité économique, le management de 5 à 50 personnes et la responsabilité commerciale», analyse Maryvonne Labeille,dirigeante du cabinet éponyme spécialisé dans les métiers de la distribution.

 
© Lahcène Abib


Mutations importantes
Pourtant, ce métier n'a pas échappé aux mutations. La centralisation des dix dernières années l'a dépossédé d'une partie de ses attributions et l'a fait passer d'un rôle d'acheteur à celui d'applicateur des directives et d'animateur. Au fur et à mesure, la fonction s'est étoffée en management d'équipe,
devenu une priorité. Ce n'est pas un hasard si l'ancien chef de rayon s'appelle manageur de rayon dans la classification des métiers de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution. Plus récemment, le manageur de rayon a retrouvé une latitude d'action sur l'assortiment. La tendance redonne de l'intérêt au métier et promet encorede se renforcer. «Le changement le plus marquant pour le chef de rayon consiste à adapter son commerce à la spécificité locale», indique Serge Lalleman, directeur de la formation de Auchan France. «Le rayon doit refléter les besoins du client, renchérit Marc Veyron, directeur des ressources humaines de Champion, pour qui le paysage réglementaire complique la tâche des chefs de rayon. La loi Dutreil, en apportant des contraintes sur les marges, exigera d'être plus commerçant pour maintenir le résultat, et d'entraîner les équipes dans ce sens.»

En contrepartie, le métier n'est plus aussi rude. «Si l'implication reste forte, les hiérarchies ne font plus l'amalgame entre travail bien fait et horaires extensibles», soutient Myriam Vasseur, consultante de Fora et ancienne chef de rayon. L'exigence de mobilité s'est aussi assouplie. L'époque où, pour évoluer, un chef de rayon devait accepter un poste à l'autre bout de l'Hexagone est terminée.

Derrière le nom, la fonction revêt de multiples facettes. Entre un chef de rayon en supermarché ou en hyper et le poste en grande surface spécialisée, les points communs ne sont pas légion. À commencer par la dimension des équipes à piloter - de 5 à 50 -, ou le statut... Chez Champion, certains chefs de rayon sont agents de maîtrise, d'autres cadres. Chez Leroy-Merlin, le responsable de rayon n'a pas de lien hiérarchique avec l'équipe qu'il anime ni de responsabilité de gestion.
Pourtant, dans cette enseigne tout jeune diplômé, Essec ou HEC compris, passe par cette case, quitte à y rester peu de temps. Le poste de chef de secteur, plus proche d'un chef de rayon dans l'alimentaire, n'est pas accessible directement à ces jeunes pousses!

Les qualités sont aussi différentes selon le produit vendu. Dans l'alimentaire, le sens du commerce se juge essentiellement sur la capacité à faire vivre un rayon, à mettre en valeur des produits bien choisis. Dans le prêt-à-porter ou le bricolage, l'accueil, la compréhension du client et la vente active constituent le coeur de son activité. De là un poste beaucoup plus tourné vers le coaching et les techniques de vente chez les spécialistes non alimentaires.

Le périmètre de responsabilité influe également sur le métier. Eddy Valmorin dit avoir pris du recul: «Je coache désormais des responsables et je passe plus de temps à contrôler, voire à apporter des corrections »,même s'il «met la main à la pâte».

Nombreux débouchés
Mais le poste n'est plus, dans un secteur mature, une garantie de devenir directeur de magasin. Les enseignes comme Champion recrutent désormais 50% de leurs directeurs stagiaires en externe! Mais s'il n'est plus un passage obligé, il reste une voie royale, notamment pour des jeunes gens évolutifs, ayant un niveau de diplôme élevé mais acceptant néanmoins depasser par le terrain. «C'est une excellente école, meilleure que les fonctions, telles que le marketing, qui continuent de faire rêver les étudiants», observe Maryvonne Labeille. C'est le premier poste pour diriger une entreprise. Et le sens du client allié à l'esprit concret et à l'anticipation le rendent attractif hors de la distribution, aussi bien dans le monde des services aux collectivités comme responsable d'agence que dans l'organisation des salons. «La banque et l'assurance sont aussi de plus en plus intéressées par nos chefs de rayon, constate Marc Veyron, car ils ont acquis très jeunes des compétences demanagement. »

NADÈGE JOYAUX

Son CV
? BTS agricole.
? Spécialisation chef de rayon en chambre de commerce.
? Entre dans le groupe en 1997 où il suit une formation de trois mois.
? Occupe plusieurs affectations comme chef de différents rayons, dans des magasins à chaque fois plus importants. Il seconde aujourd'hui le directeur.

L'ESSENTIEL DU MÉTIER

Les missions
> Il gère un compte d'exploitation (chiffre d'affaires, marge, stocks, pertes...).
> Il anime le commerce d'un rayon (merchandising, adaptation de l'assortiment...).
> Il manage une équipe de 5 à 50 personnes.

Les cursus de formation les plus adaptés
> Ecal (l'école de la distribution).
Formation de référence, surtout dans l'alimentaire.
Un cursus demanageur de rayon (Bac+2) et une 3e année accessible à Bac+2 pour former des cadres évolutifs.
> Distech.
La licence professionnelle. Uniquement en apprentissage. www.distech.asso.fr
> Institut de commerce et distribution (ICD).
Propose un cycle spécialisé jusqu'à Bac+5. 20% à 25% des étudiants se placent dans la distribution.
> BTS Management des unités commerciales (Muc).
C'est l'ancien BTS Action co. Reste un peu généraliste. À compléter d'une licence ou à suivre en alternance.
> ESC (écoles supérieures de commerce).
Un niveau Bac+4, qui, bien que non ciblé, rassure.

La rémunération annuelle
> Au départ (en alimentaire) : 28000 à 30000€.
> De deux à cinq ans d'expérience: 30000 à 40000€ en grandes surfaces alimentaires; 25000 à 35000€ en grandes surfaces spécialisées.

Les évolutions possibles
> Chez le distributeur: chef de secteur, directeur de supermarché ou d'hyper pour les meilleurs, chefs de réseau hard-discount, fonctions transverses
(gestion, ressources humaines...).
> Chez le fournisseur: direction régionale, du marketing opérationnel.
> En solo: patron de supérette ou de commerce spécialisé.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

399 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X