emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Mon mari est muté à Dunkerque !

 | par Laure Martin

Mon mari est muté à Dunkerque !
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Nous lançons une série sur ces villes qui, à tort, ont mauvaise réputation. Vous avez de Dunkerque une image pluvieuse et sombre. On vous donne quelques raisons de suivre votre conjoint dans cette ville du Nord de la France, située à trois heures de Bruxelles, Londres et Paris ! 

La ville de Dunkerque est une manne à embauches, principalement dans le secteur industriel. « En 2019, nous étions à 67 000 emplois dans le secteur privé, sur la base des chiffres de 2018, rapporte Jean-Yves Fremont, élu communautaire et adjoint au maire. Sur les six dernières années, environ 1000 emplois ont été créés sur le territoire. »
 
A l’origine, Dunkerque était une ville de pêcheurs, installée à l’extrémité d’un banc de sable. Cette culture de la pêche a été sauvegardée mais s’est industrialisée. « Nous sommes le troisième port français, et le premier ensemble portuaire si l’on compte la séquence Boulogne-Calais-Dunkerque », fait savoir Jean-Yves Fremont. Le secteur recrute pour toutes les activités développées autour du port : logisticiens, opérateur sur ligne, etc. 
 

Une industrie énergétique en reconversion

La ville de Dunkerque a perdu de nombreux emplois dans l’industrie, un secteur aujourd’hui en reconversion. « Nous sommes lauréats de l’action gouvernementale Territoires d’innovation, le premier qui n’est pas une région en termes de dotations budgétaires, ce qui représente un effort de l’Etat pour accompagner la mutation du territoire sur les activités historiques comme la sidérurgie, la chimie ou l’agro-alimentaire », indique l’adjoint au maire.  
 
Le territoire est également un grand producteur d’énergies. « Dans ce domaine également, nous sommes en mutation pour améliorer le mix énergétique avec le développement d’un champ éolien qui va être porteur d’emplois à la fois temporaire pour sa construction, et à long terme dans le domaine du service et de la sous-traitance », précise-t-il. Les emplois seront variés, de techniciens à ingénieurs. La mutation énergétique consiste également dans le développement d’unités de fabrication d’hydrogène. 
 
« Comme nous avons un tissu industriel important, nous avons beaucoup de maintenanciers, notamment des prestataires qui sont des entreprises de mécanique, chaudronnerie, électricité, climatisation, peinture industrielle, indique-t-il. Mais nous avons du manque sur des emplois de techniciens dans les industries et chez les prestataires de service. Le repli du tissu industriel pendant de nombreuses d’années a appauvri les entreprises prestataires qui ont quitté le territoire. Etant en phase croissante, il faut accorder du temps aux entreprises de recrutement pour se remette au niveau. » 
 

Activités touristiques 

Dunkerque mise également sur son activité touristique comme facteur d’attractivité. « La ville est redevenue la station balnéaire qu’elle était au début du 20e siècle », rapporte Jean-Yves Frémont. Et de poursuivre : « L’activité touristique se concentre principalement autour de la restauration et de l’hôtellerie. » Ce secteur draine une croissance de +20 % par an. « Nous avons doublé la fréquentation touristique en refaisant les équipements, la digue », énumère l’élu. Un hôtel quatre étoiles en front de mer est en construction, et va être créateur d’une centaine d’emplois. 
 
Pour rendre la ville attractive, le transport collectif est désormais gratuit sur l’ensemble du territoire. « Nous avons développé un système de transport à haut niveau de service, plaçant 70 % de la population de la communauté urbaine de Dunkerque à moins de 500 mètres d’un arrêt de bus. » L’enjeu est d’améliorer la qualité de vie dans la ville, notamment en réduisant la pression des voitures dans le centre-ville. Un cœur de ville qui a d’ailleurs été réaménagé pour rendre la circulation plus fluide et l’accès aux 450 commerces plus simple. 
 
Le volet du tourisme-nature est aussi en plein déploiement tout comme le sport-santé. « Nous travaillons sur le tourisme santé notamment avec les restaurateurs pour proposer des menus équilibrés », précise Jean-Yves Frémont. Outre l’activité culturelle en plein essor avec la présence d’une activité cinématographique importante (tournage de séries et de films), impactant positivement le secteur de la restauration et de l’hôtellerie, la ville dispose aussi d’un pôle universitaire important, avec deux nouvelles écoles d’ingénieurs qui viennent d’ouvrir leur porte. « Nous cherchons à nous diversifier dans tous les domaines afin d’éviter la fuite des cerveaux du territoire », conclut Jean-Yves Frémont. 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

Chief data officer : c’est quoi ce métier ?

Chief data officer : c’est quoi ce métier ?

La Fédération française du bâtiment mise sur l’apprentissage

La Fédération française du bâtiment mise sur l’apprentissage

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5459 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X