emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Newsletter n°130 - 06/10/11

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
C’est une interview comme tant d’autre avec un responsable de la marque employeur pas plus bête, ni plus méchant qu’un autre. Juste un peu naïf ou tout simplement dans l’air du temps. Notre homme explique qu’il va « recruter 60 % de personnes issus d’une école de commerce, 20 % d’une école d’ingénieur et 20 % d’universitaire et profils atypiques ». A cela trois remarques : ...


Langue de VIP
article1C’est une interview comme tant d’autre avec un responsable de la marque employeur pas plus bête, ni plus méchant qu’un autre. Notre homme explique qu’il va « recruter 60 % de personnes issus d’une école de commerce, 20 % d’une école d’ingénieur et 20 % d’universitaire et profils atypiques ». A cela trois remarques : les universitaires ne devraient pas se retrouver dans le même panier que les profils « atypiques ». Ils sont d’ailleurs tellement peu atypiques qu’ils représentent la majorité des diplômés Bac +5 de ce pays. Cette pensée – les universitaires sont des extraterrestres – explique en bonne partie le blocage de la société française. En effet, les Mastériens de la fac cumulent les handicaps : des études avec un couperet chaque année, des amphis surchargés et, pour remerciement, un salaire 30 % moins élevé que ceux des grandes écoles. Dans une méritocratie, ce double système est délétère. On promeut les jeunes gens qui ont su s’orienter avant 18 ans et parfois avant 14 ans. Bref, leurs parents jouent un rôle essentiel dans leur parcours. Pas leur mérite. Ce sont des maux qui gangrènent la société française en général et les entreprises en particulier.

Tendances
article1« Comment la France divise sa jeunesse ». Tel est le surtitre d’un petit livre écrit par MM Cahuc, Carcillo, Galland et Zylberberg. A lire de toute urgence.

0,1 %
article10,1 % représente l’augmentation du nombre de chômeurs entre juillet et août 2011.
A la une

Coup de froid sur les salaires en 2012

En juillet, les très grandes entreprises françaises envisageaient des hausses de salaires de 3 %. Mais c’était avant les turbulences boursières. Depuis, les ambitions ont été revues à la baisse.

article 2 La crise allait être conjugué au passé. L’économie redémarrait, et l’optimisme semblait pointer son nez. Interrogées par le cabinet Mercer, entre mars et juillet, 329 multinationales françaises semblaient voir l’avenir en rose pour le plus grand bonheur de leurs salariés. Elles anticipaient des hausses de salaires de l’ordre de 3 %. La moitié des entreprises envisageaient, en effet, une augmentation des enveloppes salariales un peu au-dessus des 3 %, et l’autre moitié, un peu en-dessous. Mais, il n’y avait pas que cela, côté embauches, 2012 devait être prometteur. Seulement 7 % des entreprises interrogées prévoyaient de réduire leurs effectifs en 2012, soit le même niveau qu’en 2008 avant la crise. Et 28 % anticipaient une croissance de leurs effectifs.
Des prévisions revues à la baisse
Mais tout cela, c’était avant. A la rentrée, les estimations sont beaucoup plus prudentes et les mines moins réjouies. L’intérêt principal de l’étude du cabinet Mercer réside dans le fait qu’elle s’est déroulée en deux temps. Un premier temps, entre mars et juillet, avec son lot de bonnes nouvelles. Et le second temps, à la rentrée, « au vu de la crise des marchés en août, Mercer a réinterrogé son panel d’entreprises », note le rapport. Les bonnes nouvelles pourraient bien s’éloigner. Huit entreprises sur dix indiquent désormais que poussées par les tendances économiques incertaines, elles pourraient bien revoir leurs plans à la baisse. Les directions générales et les directions des ressources humaines « pourraient être amenées à réduire leurs budgets de révision salariale de l’ordre de 0,5 point durant l’automne ».

> Lire la suite
L'actualité de la semaine
Les jeunes préfèrent Google
Google et les Big Four de l’audit sont plébiscités par les étudiants en commerce et management. Les futurs ingénieurs rêvent quant à eux d’informatique et d’automobile, d’après le dernier classement Universum... >
Les futurs ingénieurs confiants
Dans leur recherche d'emploi, les étudiants d’écoles d’ingénieur sont plus sereins que leurs homologues d’écoles de management. Ils envisagent aussi un meilleur salaire et souhaitent moins travailler. Voilà... >
L’emploi intérimaire a progressé
Selon le baromètre du syndicat professionnel Prisme, l’emploi intérimaire a progressé de 8,2 % en août 2011 par rapport à juillet. Cette progression est due au développement des missions à destination des cadres et des professions...>

La CFDT explique l’entreprise
Le syndicat CFDT vient de publier un ouvrage expliquant l’entreprise aux jeunes cadres. La confédération souhaite aider cette nouvelle population et pourquoi...>

A lire aussi

> Un salon peut être un entraînement aux entretiens

> Pourquoi Deloitte recrute en temps de crise

> Le sud de la France attire les actifs

Nouvelles offres d'emploi
INGENIEUR SUPPORT APPLICATIONS ROBOT
Staubli, Faverges (74)
RESPONSABLE COMMERCIAL ADDITIFS POUR PRODUITS PETROLIERS
INNOSPEC, Saint Marcel (27) ou Home office
TECHNICO CPOMMERCIAL EUROPE
SHAMROCK TECHNOLOGIES BVBA, France
TECHNICIEN HELPDESK
SODIS, Lagny-sur-Marne (77)
CHEF DE PROJET LOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN
SODIS, Lagny-sur-Marne (77)
Formations A la une
Institut Formation Prochaine session
L.C.A. PERFORMANCES
Formation management 10 octobre 2011
Lean Training Lean Manager 18 octobre 2011
Université Sorbonne Management NC
UTT INGENIEUR EN SYSTEMES MECANIQUES NC
ISEP Formation ingénieur NC

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5265 offres d’emploi en ligne

Fermer X